Tiger Woods a été sérieusement blessé aux jambes, à la suite d’une sortie de route en banlieue de Los Angeles, mardi matin. Le scénario aurait pu être plus sombre encore, a cependant affirmé le premier policier arrivé sur les lieux.

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

« Il a eu beaucoup de chance de s’en sortir vivant », a estimé Carlos Gonzalez au cours d’une conférence de presse.

La taille du VUS au volant duquel il se trouvait, un Genesis GV80, et le fait que Woods avait bouclé sa ceinture de sécurité lui ont probablement sauvé la vie. Le tronçon sinueux où il a perdu la maîtrise de son véhicule se trouve au pied d’une descente, a souligné le policier, où l’on suggère de réduire sa vitesse à 45 mi/h (72 km/h) maximum.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Un hélicoptère de la chaîne de télévision KABC a survolé la scène de l’accident.

M. Gonzalez a dit intercepter régulièrement des automobilistes roulant jusqu’à 80 mi/h dans ce secteur et que les accidents y étaient courants.

Woods circulait à « une vitesse relativement plus élevée que la normale », a d’ailleurs dévoilé Alex Villanueva, shérif du comté. Aucune trace de dérapage ou de freinage n’a été relevée sur la route.

« Incapable de se tenir debout »

Seul à bord, Woods descendait la côte de cette route soumise aux vents lorsqu’il a traversé la ligne médiane avant de perdre la maîtrise de son véhicule dans le virage. Son VUS a effectué de multiples tonneaux dans la végétation bordant la route entre les localités de Rolling Hills Estates et Rancho Palos Verdes, au sud de Los Angeles. Des gens qui habitent près de l’endroit où a eu lieu l’accident ont composé le 911 à 7 h 12 (heure locale).

« Nous pouvons présumer qu’ils ont fait l’appel immédiatement puisqu’ils se trouvent à moins de 50 pieds du lieu de l’accident », a indiqué M. Villanueva.

Les blessures de la légende du golf – vainqueur de 15 tournois majeurs – n’ont jamais semblé fatales.

« Il était en mesure de communiquer et conscient », a raconté le shérif Villanueva.

Mais il était « incapable de se tenir debout lui-même », avait révélé un peu plus tôt l’agent Gonzalez. Et « incroyablement calme », probablement parce qu’il était en état de choc.

Le golfeur vedette a dû être extrait de son véhicule par le pare-brise, à l’aide d’un outil spécial et d’une hache. L’agent de Woods, Mark Steinberg, a indiqué que son client avait subi des opérations aux jambes.

Selon le Los Angeles Times, le sportif souffrait d’une cheville cassée et de fractures aux jambes, dont une multiple.

Rien ne laisse croire, dans l’immédiat, que Woods conduisait avec les facultés affaiblies, ont fait savoir les forces de l’ordre. Aucune prise de sang n’a été effectuée sur place, mais des tests seront réalisés.

Tiger Woods se trouvait dans la mégalopole californienne à l’occasion d’un tournoi qu’il parraine, le Genesis Invitational, qui s’est achevé le week-end dernier.

Le véhicule qu’il conduisait lui avait d’ailleurs sans doute été prêté par l’organisation puisqu’il en portait le logo.

Il devait passer les journées de lundi et de mardi en tournage pour GOLFTV, l’un de ses commanditaires, propriété de Discovery Channel.

Carrière terminée ?

Daniel Langevin, entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal depuis 2005 et entraîneur-chef des programmes golf-études au Québec depuis 2006, admire les réalisations professionnelles de Tiger Woods.

Bien que des inquiétudes légitimes quant à l’avenir sportif du golfeur puissent circuler, il est trop tôt pour s’avancer à ce sujet, dit-il. Et, de toute façon, ce n’est pas ce qui compte pour l’instant.

« J’espère qu’il s’en tirera sans trop de séquelles. Je pense à la personne, à l’individu en premier lieu », indique M. Langevin.

Il s’agit d’une tuile supplémentaire pour celui dont le parcours, à seulement 45 ans, a déjà été passablement mouvementé.

« Ils n’ont pas fini de produire des émissions ou des films sur sa vie, laisse tomber le coach. Il ne me vient pas d’autres noms d’athlètes qui ont eu une carrière avec autant de rebondissements. Sur le plan personnel aussi. »

Dans un message transmis à La Presse par l’entremise de Twitter, l’Association des golfeurs professionnels du Québec (PGA du Québec) s’est dite « attristée » par la nouvelle.

« Tiger est parmi les idoles d’énormément de professionnels de golf au Québec. Il est un ambassadeur pour le sport. Il a révolutionné la façon de jouer au golf et l’entraînement pour le sport. Il a vécu beaucoup d’adversité avec les blessures dans les dernières années et on lui souhaite de se remettre rapidement. »

Beaucoup d’athlètes et de personnalités, de Mike Tyson à Magic Johnson, en passant par les ex-présidents Barack Obama et Donald Trump, lui ont souhaité prompt rétablissement.

« J’en ai mal au ventre, a dit Justin Thomas, no 3 mondial. Ça fait mal de voir l’un de mes plus proches amis être victime d’un accident. J’espère seulement qu’il ira bien. »

Comme beaucoup d’autres, Phil Mickelson, longtemps le plus populaire du circuit aux côtés de Woods, a également eu une pensée pour son collègue et adversaire.

Tiger Woods pourra-t-il rebondir de nouveau ? Ce ne serait pas la première fois. Mais cet épisode semble encore plus compromettant que tous les précédents.

Une histoire et un palmarès hors du commun

Le golfeur n’a pas joué depuis le Championnat PNC, le 20 décembre, en compagnie de son fils de 11 ans, Charlie, qui avait fait sensation. Il a subi une cinquième intervention chirurgicale au dos, une microdiscectomie, deux jours avant Noël et n’avait pas donné d’indication précise sur une date de retour à la compétition.

PHOTO MIKE SEGAR, ARCHIVES REUTERS

Tiger Woods

C’est la troisième fois que Woods est impliqué dans un incident en voiture. Le plus célèbre a eu lieu en 2009 quand son VUS est passé par-dessus une borne-fontaine et a heurté un arbre, ce qui avait révélé dans la foulée ses problèmes conjugaux.

En mai 2017, la police l’avait trouvé endormi derrière le volant alors que son véhicule était garé bizarrement sur l’accotement. Il avait été arrêté et accusé de conduite avec les facultés affaiblies.

Il a plus tard déclaré avoir eu une réaction inattendue à un anti-inflammatoire qu’il prenait pour ses douleurs au dos. Il a plaidé coupable à une accusation de conduite dangereuse et obtenu de l’aide pour ses médicaments sur ordonnance et ses troubles du sommeil.

Le palmarès de celui que tous appellent simplement « Tiger » est parmi les plus impressionnants du golf, voire de tous les sports confondus.

Avec ses 15 titres majeurs – son plus récent au Tournoi des Maîtres de 2019 –, il est à trois du meneur, Jack Nicklaus. Il a remporté 82 tournois du circuit de la PGA, à égalité avec le légendaire Sam Snead.

Woods a été élu joueur de l’année 11 fois, la dernière en 2013.

Et il a passé un nombre ahurissant de 683 semaines à la première place mondiale, dont 281 consécutives entre juin 2005 et octobre 2010.

Son arrivée sur le circuit de la PGA a propulsé le golf dans une nouvelle dimension. Il est l’un de ces très rares sportifs qui transcendent leur sport.

Avec CNN, l’Agence France-Presse, l’Associated Press et La Presse Canadienne