(Miami) Le numéro un mondial de golf Rory McIlroy a annoncé jeudi qu’il comptait prendre part aux trois premiers tournois, organisés à huis clos par le circuit nord-américain (PGA) en juin, depuis l’arrêt de la saison en raison du coronavirus.

Agence France-Presse

« Je crois que la PGA a une politique (de sécurité) très solide en place, et, s’ils peuvent l’appliquer, je me sens à l’aise pour y retourner », a déclaré McIlroy.  

Le Nord-Irlandais, quadruple vainqueur en Grand Chelem, sera présent à Forth Worth, au Texas du 11 au 14 juin, pour y disputer le Charles Schwab Challenge. Il a également l’intention de participer au Heritage Classic en Caroline du Sud (18-21 juin) et au Travelers Championship (25-28 juin), près de Hartford (Connecticut).

Parmi les protocoles mis en place par la PGA, après consultation avec des experts médicaux et les autorités gouvernementales, des tests pour le coronavirus seront obligatoires, avant le départ des joueurs vers le site du tournoi et à leur arrivée. Ils devront également se soumettre à une prise de température quotidienne et répondre à un questionnaire de santé.

« Si on prend les précautions nécessaires –porter un masque, se laver fréquemment les mains, se désinfecter fréquemment, pratiquer la distanciation sociale– je pense vraiment que c’est possible », a dit le golfeur de 31 ans.

La PGA, qui organisera un quatrième tournoi à huis clos à Detroit début juillet, étudie la possibilité d’ouvrir le John Deere Classic à Sylvis (Illinois) à quelques spectateurs du 9 au 12 juillet.  

Le huis clos, c’est la nouvelle norme

Le huis clos, « c’est la nouvelle norme pour le moment », a indiqué McIlroy, estimant que la priorité « est de garder tout le monde en sécurité et de relancer la saison » sereinement.

« L’atmosphère ne sera pas la même que s’il y avait 50 000 personnes autour d’un parcours, mais je ne pense pas que cela enlève quoi que ce soit à la compétition ou à la qualité du golf » produit, a-t-il estimé.

Pour l’heure, le calendrier remodelé du circuit comprend des grands rendez-vous comme le Championnat PGA en août, l’US Open et la Ryder Cup en septembre, ainsi que le Masters d’Augusta début novembre.  

« La compétition me manque vraiment, le frisson que procure l’entrée en lice et ces dernières journées du dimanche. Le vestiaire me manque aussi, la compagnie qu’on y trouve, les plaisanteries qu’on sort, toute cette camaraderie que les gens ne voient pas forcément ».