(Houston) La Sud-Coréenne A Lim Kim a conclu de manière mémorable sa première participation à l’Omnium des États-Unis, lundi, réussissant des oiselets sur les trois derniers trous pour couronner une remontée record et remporter le tournoi le plus prestigieux du golf féminin.

Associated Press

Et lors de ce dernier tournoi majeur présenté en cette année sportive chambardée par la pandémie de COVID-19, elle a réussi l’exploit en portant un masque.

Face à un recul de cinq coups au début de la ronde finale, disputée par un temps froid au Club de golf Champions à Houston, la golfeuse de 25 ans s’est emmitouflée dans un chaud manteau entre ses coups et a signé une carte de 67, quatre coups sous la normale.

Kim a terminé le tournoi avec une fiche globale de 281, trois coups sous la normale. Elle a devancé sa compatriote Jin Yung Ko (- 2) et l’Américaine Amy Olson (- 2) par un coup.

Sa victoire lui a rapporté une bourse de 1 million US.

« Je suis encore incapable d’imaginer que je suis la championne », a commenté Kim quelques minutes après avoir été arrosée de champagne, par une journée où le mercure est demeuré sous la barre des 10 degrés Celsius.

La Canadienne Brooke M. Henderson a fini le tournoi avec un score de 72, pour un total de 294 (+ 10). Elle a terminé au 44e rang, à égalité avec l’Américaine Stacy Lewis.

Kim est devenue la septième joueuse à combler un retard de cinq coups lors de la ronde ultime de l’Omnium de golf féminin des États-Unis, et la première depuis la Suédoise Annika Sörenstam, en 1995.

La peine d’Olson

Olson s’est bien tirée d’affaire malgré le chagrin qui l’accablait à la suite de la mort inattendue de son beau-père, samedi soir, au Dakota du Nord. Elle était en larmes dimanche matin au terrain d’exercice avant que la pluie ne repousse la ronde finale à lundi.

Toujours en quête d’une première victoire en sept ans sur le circuit de la LPGA, Olson détenait une avance de deux coups sur le neuf de retour, profitant des déboires de la meneuse à l’issue de la troisième ronde, la Japonaise Hinako Shibuno.

Toutefois, Olson a été incapable de stopper la poussée tardive de Kim. L’Américaine a glissé au classement lorsque son coup de départ au 16e trou, une normale 3, a bondi par-dessus la surface de coups roulés et jusque dans l’herbe haute. Elle a commis un boguey.

Olson a inscrit un oiselet au dernier trou, mais Kim était déjà assurée du titre. Ko, numéro un au monde, a également enregistré un oiselet au 18e trou, mais là aussi, c’était trop peu, trop tard.

« Je me suis sentie très faible et démunie au cours des deux derniers jours, et probablement aujourd’hui sur le terrain de golf », a admis Olson, en tentant de refouler ses larmes.

« Je crois sincèrement que le Seigneur m’a guidée jusqu’à la fin. Ça vous fait réaliser à quel point la vie est bien plus importante que le golf. Mais je suis satisfaite de mon classement final et de ma performance », a-t-elle ajouté.

Avec sa ronde de 68, Ko a été l’une des six golfeuses seulement à jouer sous la normale, lundi.

Après des bogueys consécutifs pour amorcer le neuf de retour, Shibuno a terminé sa journée avec un score de 74, à deux coups de la gagnante.