(Atlanta) L’Américain Dustin Johnson a trouvé son erre d’aller au bon moment, et il a touché le gros lot.

Doug Ferguson
Associated Press

Johnson a enfin remporté la Coupe FedEx, lundi, utilisant ses nerfs d’acier pour faire le nécessaire quand les joueurs à sa poursuite ont réduit son avance. Il a réussi un court roulé pour un oiselet au dernier trou lors d’une ronde de 68 (- 2) et il a devancé ses compatriotes Justin Thomas et Xander Schauffele par trois coups au Championnat du circuit de la PGA.

Johnson a également remporté le prix de 15 millions US, la bourse la plus importante dans le monde du golf. Il était aussi heureux de voir son nom gravé sur le trophée argenté de la Coupe FedEx, aux côtés de certains des plus grands de sa génération, dont l’Américain Tiger Woods et le Nord-Irlandais Rory McIlroy.

« J’ai toujours voulu être champion de la Coupe FedEx, a indiqué Johnson. Je voulais pouvoir soulever ce trophée pendant ma carrière. »

Johnson est devenu le premier joueur classé premier au début du Championnat du circuit, depuis Woods en 2009, à maintenir son avance et à remporter la Coupe FedEx.

« Difficile à gagner »

Bénéficiant d’une avance de cinq coups à - 19 au début de la journée – il a commencé le tournoi à - 10 en vertu de sa première place au classement de la Coupe FedEx –, Johnson a terminé le tournoi à - 21.

« C’est un trophée très difficile à gagner, a souligné Johnson. J’étais maître de mon destin, mais je devais jouer du bon golf. Il y avait beaucoup de bons joueurs à ma poursuite. Ç’a été serré. Je savais que ça se jouerait dans la dernière ligne droite et que j’aurais à réussir de bons coups. »

Schauffele, qui excelle dans les grands moments, et Thomas se sont approchés à moins de trois coups de Johnson sur le premier neuf du club East Lake, à Atlanta, puis à deux coups sur le neuf de retour.

Johnson a agité légèrement le poing – un rare signe d’émotion dans son cas – quand il a calé un roulé de 20 pieds pour un oiselet au 13e trou, qui lui permettait de maintenir une avance de trois coups. Pendant ce temps, Schauffele ratait un roulé de 25 pieds et commettait un boguey.

« Il était ici pour gagner, a noté Schauffele. Il a réussi ce roulé, moi, je l’ai raté. Ce fut un tournant. »

PHOTO JOHN BAZEMORE, ASSOCIATED PRESS

Xander Schauffele

Thomas a commis un boguey au 17e après avoir envoyé son coup de départ vers la droite. Schauffele a aussi eu des ennuis au 17e, se contentant d’une normale après une visite dans une fosse de sable. Au 18e, une normale 5, Johnson a envoyé son coup de départ au centre de l’allée.

Il a finalement réussi un oiselet, avant de faire l’accolade à son frère Austin, son cadet, et de recevoir le trophée dont il rêvait depuis longtemps.

Schauffele est celui qui a inscrit le meilleur score lors des 72 trous réglementaires (- 15), mais il avait commencé le tournoi au 14e rang du classement de la Coupe FedEx et avec un retard de sept coups sur Johnson.

Thomas et Schauffele ont partagé le deuxième rang, recevant chacun 4,5 millions US. L’Espagnol Jon Rahm, qui était la deuxième tête de série, a joué 66 pour terminer en quatrième position (- 17) et recevoir 3 millions.

Mackenzie Hughes, de Dundas, en Ontario, a disputé une ronde de 67 et terminé le tournoi en 14e place (- 8). Hughes a gagné 14 positions au classement de la Coupe FedEx, terminant également la saison au 14e rang pour obtenir une prime de 620 000 $.

La fin d’une drôle de saison

La saison la plus étrange de l’histoire de la PGA a pris fin sur cette note. La nouvelle saison commencera jeudi, avec deux tournois majeurs encore à jouer.

Le jeu a été interrompu pendant trois mois en raison de la pandémie de COVID-19.

Quand les activités ont repris, en juin, Johnson occupait le 111e rang au classement de la Coupe FedEx. Il a ensuite gagné le Championnat Travelers, puis commencé une séquence qui lui a permis de gagner le prix qu’il souhaitait désespérément ajouter à son palmarès.

Je joue probablement le meilleur golf de ma carrière. J’ai la sensation que tout s’accorde très bien dans mon jeu.

Dustin Johnson

Lors de quatre tournois consécutifs rassemblant les meilleurs joueurs du monde, Johnson a mené trois fois après 54 trous et partageait la tête l’autre fois. Il en a profité pour gagner un tournoi, mais a perdu le Championnat de la PGA quand le jeune Américain Collin Morikawa a joué 65, et le Championnat BMW, quand Rahm a réussi un roulé de 65 pieds.

Johnson voulait à tout prix gagner le dernier tournoi à East Lake. Il l’a fait et il est de retour au sommet de l’échiquier du monde du golf. Le prochain tournoi sera l’Omnium des États-Unis, dans deux semaines, au club Winged Foot à Mamaroneck, dans l’État de New York. Les célébrations attendront donc un peu.

« Je joue bien et j’ai confiance en mon jeu. J’ai hâte de voir ce que ça va donner dans les prochains mois », a conclu Johnson.

— Avec l’Agence France-Presse