Brooke Henderson a ciblé l’Omnium de golf britannique féminin pour effectuer son retour sur le circuit de la LPGA.

John Chidley-Hill
La Presse canadienne

L’une des golfeuses les plus réputées du circuit professionnel féminin et de l’histoire du golf au Canada, Henderson n’a pas joué depuis près de sept mois.

Au départ, c’était volontaire, car la septième joueuse mondiale avait décidé de ne pas participer au volet australien de la LPGA. Puis, la pandémie de la COVID-19 a commencé et le circuit a dû interrompre ses activités.

« Ç’a été une très longue pause, surtout pour moi », a déclaré la Canadienne de 22 ans, depuis le chalet familial.

« Je pense que c’est ma plus longue période de temps sans jouer de façon compétitive depuis, peut-être, mes années à l’école élémentaire. Ç’a été un gros changement pour moi, mais je suis très excitée de retourner sur le terrain. Je suis sûre que je ressentirai beaucoup d’adrénaline sur ce premier tertre. »

Le 16 janvier, Henderson a terminé à égalité au quatrième rang lors du Tournoi des Champions Diamond Resorts avec un score relatif à la normale de moins-12. La semaine suivante, elle s’est classée ex-aequo en 15e place au tournoi de Gainbridge.

Ce furent les deux seuls tournois auxquels a pris part Henderson, qui vit en Floride mais qui est retournée chez ses parents à Smiths Falls, en Ontario, tôt après le début de la pandémie.

« Au cours des derniers mois, j’ai apprécié le fait de demeurer au même endroit, de ne pas voyager et de ne pas avoir été aussi en vue », a raconté Henderson, qui s’est placée en isolement volontaire pendant 14 jours avant de retourner chez ses parents.

« Je vais demeurer ici jusqu’à l’Omnium britannique. Après, je vais participer à quelques autres évènements et jouer plus souvent. »

L’Omnium britannique doit commencer le 20 août au Royal Troon, en Écosse. Ce sera le premier tournoi majeur de la saison de la LPGA, après l’annulation du Championnat Evian, qui devait avoir lieu en France du 6 au 9 août.

La LPGA relancera sa saison jeudi avec la toute première présentation du Championnat Drive On, à Toledo, en Ohio. Suivront la Classique Marathon, du 6 au 9 août, et l’Omnium d’Écosse, du 13 au 16 août.

Henderson, qui a toujours été très active sur le circuit depuis qu’elle est devenue professionnelle en 2015, a apprécié la pause.

« J’ai lu beaucoup de livres, j’ai pu m’entraîner davantage que lorsque j’évolue sur le circuit », a précisé Henderson.

« J’ai appris à beaucoup mieux cuisiner, ce qui est vraiment excitant. J’ai passé des moments de qualité avec ma maman et mon papa depuis que je suis à la maison. Ç’a été une pause profitable, mais d’une certaine façon, j’aurais voulu que cette pause survienne et qu’elle n’affecte pas tout le monde. »

En principe, Henderson et sa compatriote ontarienne Alena Sharp auraient pris la direction du Japon cette semaine pour participer aux Jeux olympiques d’été de Tokyo. Les deux golfeuses auraient ainsi représenté le Canada pour la deuxième fois en golf féminin aux Jeux olympiques.

« [Tokyo] est quelque chose à regarder l’année prochaine. De toute évidence, ce fut une décision intelligente de déplacer [les Jeux] en 2021. Souhaitons que ce sera sécuritaire de jouer et que ça ne sera pas repoussé d’une autre année. J’ai beaucoup aimé jouer à Rio en 2016. Il n’y a pas de doute que c’est un honneur. »