(Portrush) Tous les spectateurs assis dans l’imposante estrade se sont levés pour acclamer une performance audacieuse de la part de Rory MciIlroy, qui espérait recevoir autant d’appui et d’amour pendant sa marche vers le 18e vert du Royal Portrush, site de l’Omnium britannique. Sauf que c’était vendredi.

Doug Ferguson
Associated Press

Et maintenant, McIlroy devra se contenter, à son tour, du rôle de spectateur au cours du week-end pendant que l’un de ses meilleurs amis, l’Irlandais Shane Lowry, tentera de soulever la Cruche d’argent dimanche.

PHOTO ANDY BUCHANAN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Rory McIlroy

Lowry a réussi des oiselets sur quatre de ses cinq premiers trous, chemin faisant vers une ronde de 67, quatre coups sous la normale, et le premier rang du classement à égalité avec l’Américain J. B. Holmes, qui a joué 68. Avec leurs scores cumulatifs de 134, huit coups sous la normale, ils détiennent une avance d’un coup Lee Westwood et Tommy Fleetwood, deux Britanniques qui se trouvent à des stades différents de leur carrière et qui ont ramené des cartes de 67 vendredi.

Trois joueurs, dont Justin Rose (67), suivent à deux coups du sommet tandis que les Américains Brooks Koepka (69) et Jordan Spieth (67) font partie d’un groupe de quatre golfeurs à trois coups de la tête.

Adam Hadwin sera le seul Canadien actif en fin de semaine. Après une difficile première ronde de 74 jeudi, Hadwin s’est ressaisi en jouant 69 pour un total de 143, soit le score qui était requis pour prendre part aux troisième et quatrième parcours.

Par ailleurs, Tiger Woods et Phil Mickelson seront absents samedi et dimanche, tout comme les Australiens Jason Day et Adam Scott.

En 77 tournois du Grand Chelem auxquels ils ont participé à titre de professionnels, c’est la première fois que Woods et Mickelson ratent le seuil de qualification lors du même événement. Darren Clarke a été exclu de la plus cruelle des façons, alors qu’il a commis un triple boguey sur son dernier trou.

Peu importe, la journée de vendredi était celle de McIlroy, qui a tenu les spectateurs au bout de leur siège alors qu’il tentait de prolonger son week-end après une ronde initiale de 79. Les cris du public avaient une intensité comparable à une ronde finale alors que McIlroy a enregistré cinq oiselets en sept trous pour ensoleiller un après-midi sombre au-dessus de l’Atlantique nord.

À la recherche d’un dernier oiselet, McIlroy a vu son coup d’approche s’arrêter près des buttes, à gauche du vert. Il a inscrit la normale, et un score de 65.

« C’est un moment auquel je pensais depuis quelques années, a confié McIlroy. Seulement, il est arrivé deux jours trop tôt. »

Il était déçu. Il était fier de son jeu.

« Je suis pleinement reconnaissant envers chaque personne qui m’a suivi jusqu’à la toute fin et qui espérait pour moi. Et même si j’ai dit au début de la semaine que je le faisais pour moi, à la fin de la ronde aujourd’hui, je le faisais autant pour eux. »

Si nerveux sur le tertre de départ au début du tournoi jeudi, Lowry a procuré à ses fans de nombreuses occasions de célébrer en obtenant des oiselets sur ses trois premiers trous de la deuxième ronde. Il en a ajouté un au cinquième trou et un autre au 10e, à l’aide d’un roulé de 40 pieds, ce qui lui permettait de se retrouver dix coups sous la normale.

« C’est incroyable, a déclaré Lowry. C’est incroyable de se faire acclamer sur chaque vert, sur chaque tertre. Je suis là à faire de mon mieux, à essayer de jouer le mieux possible pour tout le monde. »

Holmes est sorti victorieux à Riviera plus tôt cette année puis a raté le seuil de qualification lors de huit de ses 12 tournois suivants. Toutefois, il a suffisamment bien joué à Detroit, il y a trois semaines, pour retrouver un peu de confiance. Sur le parcours de Portrush, il a retrouvé son rythme.

« Vous pouvez connaître cette ronde spectaculaire, cette journée où tout va bien. Mais c’est agréable de jouer deux rondes d’affilée. Ça démontre un peu de régularité. Pendant deux jours consécutifs, j’ai bien frappé la balle et été efficace sur les verts. »

Quant à Woods, il a amorcé sa saison en Grand Chelem en remportant le Tournoi des Maîtres, mais a raté le seuil de qualification lors de deux des trois tournois majeurs qui ont suivi. Il n’a jamais paru en forme et impliqué à l’Omnium britannique.

Vendredi, il avait retranché trois coups à la normale après 11 trous, avec l’espoir de jouer samedi et dimanche. Toutefois, il n’a réussi aucun autre oiselet et il a terminé avec deux bogueys, pour un score de 70. Il a raté le seuil de qualification par cinq coups.

« Je vais connaître des semaines où tout ira à merveille. Je serai dans la lutte avec une chance de gagner, et je gagnerai des tournois », a déclaré Woods, qui faisait face à la réalité d’un golfeur de 43 ans qui a subi huit opérations à son genou et au dos.

« Mais il y aura des moments où je ne serai pas là. »