Source ID:384087; App Source:cedromItem

Vous avez aimé le Merion?

L'Anglais Justin Rose est tombé en amour avec... (Photo Morry Gash, AP)

Agrandir

L'Anglais Justin Rose est tombé en amour avec le terrible parcours Est du club Merion, en fin de semaine. Rose y a remporté le 113e Omnium des États-Unis, devançant par deux coups l'Américain Phil Mickelson et l'Australien Jason Day.

Photo Morry Gash, AP

Les amateurs de golf ont tous été charmés par le superbe parcours Est du club de Merion, emplacement de l'Omnium des États-Unis.

Comme sorti d'une autre époque, le parcours a obligé les joueurs à retrouver leur créativité et on a vu que tous n'en étaient pas capables.

Pendant que Phil Mickelson laissait son bois 1 dans sa voiture, optant plutôt pour cinq (!) cocheurs, d'autres s'acharnaient à braver le Merion, avec les conséquences qu'on a vues. On aurait d'ailleurs aimé entendre ce que les joueurs se racontaient, en privé, dans les vestiaires, après chacune des rondes où ils étaient dominés, voire ridiculisés par ce «petit parcours».

Pour un Justin Rose qui a raconté être tombé amoureux à l'instant où il a mis le pied sur le premier tertre, combien de concurrents ont-ils maudit ce parcours étonnant? Et ils n'avaient probablement pas tort.

Tiger Woods et Rory McIlroy, les numéros un et deux du golf mondial, n'ont jamais été dans la lutte et ils ont l'un et l'autre répété à plusieurs reprises que le Merion était beaucoup plus (trop?) difficile que ce que plusieurs avaient laissé entendre au début de la semaine.

Et même s'ils ont souhaité le retour de l'omnium sur ce parcours, on peut gager qu'ils ne sont pas pressés d'y jouer à nouveau.

Un ami, professionnel d'un excellent niveau dans un des clubs historiques du Québec, m'expliquait ce week-end que les meilleurs joueurs du monde ne jouent que très rarement sur des parcours comme ceux de Merion. Woods n'y avait d'ailleurs jamais mis les pieds avant une ronde d'entraînement, il y a trois semaines. La plupart de ses rivaux non plus.

Les tournois du circuit de la PGA sont disputés en majorité sur des parcours modernes qui privilégient la distance à la créativité. À moins de 7000 verges, parfois même tout juste 6900, le Merion était loin de la norme.

Et que dire des tournois majeurs? Au Tournoi des Maîtres, le parcours du club Augusta National est maintenant à 7435 verges. À l'Omnium britannique et au Championnat de la PGA, plus tard cet été, les golfeurs seront confrontés à des parcours de 7192 verges (Muirfield, en Écosse) et 7163 verges (Oak Hill, dans l'État de New York).

L'an prochain, à Pinehurst en Caroline-du-Nord, l'Omnium des États-Unis sera joué sur un parcours de 7500 verges! On aura vite oublié le Merion.

Ce serait pourtant dommage, car les amateurs aimeraient sûrement découvrir d'autres parcours semblables. Les joueurs? Qu'ils acceptent eux aussi, ne serait-ce qu'une fois ou deux, d'avoir l'air un peu fou sur un terrain de golf!

Des nouvelles de Jean Laforce

Le professionnel québécois Jean Laforce a touché son premier chèque sur le Circuit européen senior, le week-end dernier au pays de Galles. Un modeste 557 euros, résultat d'une 59e place qui témoigne déjà des progrès du joueur de 54 ans.

«Nous avons joué les deux premiers tournois en Grande-Bretagne, sur des "links", et ce n'était vraiment pas facile, a concédé Laforce, lundi en entrevue. Le week-end dernier, nous avons eu des vents de 80 km/h, de la pluie, du froid. Je suis donc relativement satisfait de mes performances dans les circonstances.

«Disons que ç'aurait été plus facile si nous avions amorcé la saison sur des terrains comme ceux que j'ai connus au Québec... La bonne nouvelle, c'est que les prochains tournois le seront justement!»

Après une pause de deux semaines, Laforce se rendra en Suisse pour disputer l'Omnium senior de Bad Ragaz du 5 au 7 juillet. Un autre tournoi est prévu ensuite en Allemagne. Le golfeur et sa conjointe sont installés au Club des Gouverneurs, à Lyon, en France, où Laforce peut profiter d'installations de qualité pour s'entraîner.

«Raphael Jacquelin, l'un des meilleurs professionnels français, est ici, et je devrais pouvoir disputer quelques rondes compétitives avec lui. J'ai d'ailleurs été très bien accueilli sur le circuit senior. Les autres golfeurs sont sympathiques, et je me suis déjà fait quelques amis. L'expérience est donc très positive pour l'instant, et je suis confiant de faire encore mieux dans les 10 prochains tournois.»

* * *

CETTE SEMAINE

> PGA: CHAMPIONNAT TRAVELERS

Au club TPC River Highlands, de Cromwell, Conn.

Bourse: 6,1 millions; 1,1 million au champion.

Champion en titre: Marc Leishman, États-Unis.

Notes: Justin Rose, champion de l'Omnium des États-Unis dimanche dernier, est du peloton, tout comme Hunter Mahan, Jason Dufner, Bubba Watson, Lee Westwood, Keegan Bradley, Ian Poulter et Rickie Fowler.

> LPGA: CHAMPIONNAT NW ARKANSAS

Au club Pinnacle de Rogers, Ark.

Bourse: 2 millions; 300 000 $ à la championne.

Championne en titre: Ai Miyazato, Japon.

> CIRCUIT DES CHAMPIONS: CHAMPIONNAT ENCOMPASS

Au North Shore Country Club de Glenview, Ill.

Bourse: 1,8 million; 270 000 $ au champion.

Champion en titre: première présentation du tournoi.

> EUROPÉEN: OMNIUM BMW INTERNATIONAL

Au club Eichenried de Munich, en Allemagne.

Bourse: 2,67 millions; 445 000 $ au champion.

Champion en titre: Danny Willett, G.-B.

> PGA CANADA: CLASSIQUE ATB FINANCIAL

Au Country Hills Golf Club de Calgary, en Alberta.




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer