On doit effectuer un retour dans le temps afin d'avoir un avant-goût de ce qui pourraît se produire, cette semaine, à l'Omnium canadien de golf.

Chris Johnston LA PRESSE CANADIENNE

Le tournoi est de retour au club St George's pour la première fois depuis 1968, et un voile de mystère entoure la 101e édition du championnat national du Canada.

Bob Charles a été le dernier qui a soulevé le trophée du champion sur le terrain Stanley Thompson, à l'ouest de Toronto. Il l'a emporté au terme d'une lutte épique avec Jack Nicklaus. Il a signé une victoire par deux coups, même si le «Golden Bear» réussissait de plus longs coups de départ d'une trentaine de verges en moyenne.

Le jeu sur les verts avait fait toute la différence.

«Il m'a simplement battu net et sec», avait affirmé Nicklaus, à la suite d'un de ses sept résultats de deuxième rang au Canada.

«On aurait dit que chacun des roulés qu'il faisait allaient disparaître dans le trou. Il était plus dominant que quiconque sur les verts sur le circuit.»

Un coup d'oeil sur ce tournoi représente un bon présage pour le Canadien Mike Weir. Comme Charles, Weir est gaucher et il vient au deuxième rang de la PGA au chapitre de l'efficacité sur les verts.

Weir a également l'avantage de bien connaître le terrain pour y avoir joué plusieurs fois.

Les joueurs ont commencé à se pointer au club, lundi, et ils tenteront de se familiariser avec le terrain le plus possible d'ici au parcours initial de jeudi.

«Nous sommes très emballés, a affirmé, lundi, le gérant et chef de direction du club St. George's, Joe Murphy. Nous sommes ravis de la tournure des événements. Depuis 1968 que nous n'avons pas présenté le tournoi ici - c'est une génération ou à peu près. Le tournoi est tellement différent qu'à l'époque.»

Il y a 42 ans, Charles s'est vu remettre un chèque de 25 000$ de l'enveloppe totale de 125 000$ en bourses. Cette année, le champion va toucher la bourse principale de 918 000$ des 5,1 millions$ à l'enjeu.

Les problèmes de logistique sont une des principales raisons pour lesquelles St. George's n'a pas accueilli l'Omnium canadien depuis belle lurette. Le club est situé sur une petite parcelle de terre au coeur de la plus grande ville du pays.

Quand on a décidé l'an dernier de tenir le tournoi ailleurs qu'à Glen Abbey, Golf Canada a commencé à plancher sur un retour à St. George's.

«Je n'aurais jamais cru, comme plusieurs personnes, que ça reviendrait ici», a relevé le directeur du tournoi, Bill Paul.

Une chose qui n'a pas presque pas changé au fil des années, c'est le parcours à normale-70 d'une longueur de 7046 verges - seulement 74 verges de plus qu'en 1968.

Stephen Ames, de Calgary, a longtemps considéré le terrain comme un des plus beaux au pays et il a hâte de voir comment il va résister aux élans des professionnels cette semaine.

«J'y ai moi-même joué souvent, a dit Ames. C'est un parcours de style ancien, avec des rangées d'arbre. Si les verts sont rapides, ce sera un très bon test pour nous.»

Le bourdonnement positif au sujet du parcours a permis d'attirer un meilleur contingent de golfeurs qu'au cours des années antérieures.

Onze des 30 premiers au classement du circuit FedExCup seront de la partie, incluant les Paul Casey, Retief Goosen, Tim Clark, Camilo Villegas, Hunter Mahan et Luke Donald. Seulement huit des 30 meilleurs étaient venus au Canada, l'an dernier.

Ames s'est dit confiant que les joueurs vivront une plus belle expérience cette année.

«Je pense qu'ils vont vraiment apprécier, a-t-il conclu. Disons simplement que ce sera un changement par rapport à Glen Abbey.»