Nick Watney joue tellement bien qu'il ne s'en rend pas compte lui-même. Devancé d'un seul coup par Phil Mickelson à Doral, Watney a continué d'offrir du golf de haut niveau, vendredi, ramenant une carte de 67, quatre coups sous la normale, pour se hisser en tête à mi-chemin du Championnat Transitions, ex aequo avec Steve Stricker.

ASSOCIATED PRESS

«Je suppose que je joue bien mais j'ai l'impression de simplement jouer mon golf», a déclaré Watney.

Watney va se retrouver dans le dernier groupe pour la troisième fois de suite en week-end. Il a été jumelé à Mickelson dans les deux derniers parcours du Championnat CA, et les choses ne seront pas nécessairement plus faciles à Innisbrook.

Stricker, qui a également joué 67, offre lui aussi de l'excellent golf.

À l'exception d'un parcours de 77 à la classique Bob Hope et d'une mauvaise performance à Phoenix, Stricker a égalé le par ou amélioré la normale dans toutes ses rondes cette année. Vendredi, il a joué sous la normale pour une dixième ronde d'affilée.

Watney et Stricker présentent un cumulatif de 136, six coups sous la normale après 36 trous sur le difficile parcours Copperhead Course asséché par le soleil et balayé par les vents.

Stephen Ames, de Calgary, se trouvait à un coup de la tête après le premier parcours de jeudi. Vendredi, il n'a pu faire mieux que 74 et se retrouve à quatre coups des meneurs à 140.

Charles Howell III a ramené une carte de 66. Il fait partie d'un groupe de plusieurs golfeurs à 137, cinq coups sous la normale.

«On ne joue pas sur ce terrain en pensant réaliser plusieurs birdies, a dit Howell. Du moins, ce n'est pas mon cas. Mais c'est peut-être justement un de mes problèmes.»

Bien des golfeurs peuvent encore prétendre à la victoire. Quelque 24 joueurs se retrouvent à seulement quatre coups des meneurs.

Jonathan Byrd (70), Retief Goosen (68), double vainqueur de l'Omnium des États-Unis, Stuart Appleby (67) et Tom Lehman (69), qui vient de fêter son 50e anniversaire de naissance, sont du nombre à 137.