Espérons que le deuxième tour des éliminatoires sera un peu plus enlevant que le premier.

Publié le 18 janvier
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Les Cardinals de l’Arizona ont subi le même sort que les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, les Eagles de Philadelphie et les Steelers de Pittsburgh : ils ont été rossés au premier tour du tournoi 34-11 par les Rams lundi soir à Los Angeles.

Le tout premier match éliminatoire de l’histoire à être présenté un lundi soir aura servi à nous démontrer que Kyler Murray et les Cardinals sont encore bien loin de former un aspirant légitime au Super Bowl. Ils n’ont pas été à la hauteur dans la plupart de leurs matchs les plus importants en saison, et la tendance s’est poursuivie lundi.

Tirant déjà de l’arrière 14-0 au milieu du deuxième quart, Murray a achevé son équipe en gaffant dans sa zone des buts. Pressé par un joueur des Rams, il a bêtement lancé le ballon dans les airs afin d’éviter de concéder un touché de sûreté. Il a plutôt fait cadeau d’un touché… Le demi de coin David Long fils a intercepté le ballon flottant avant de marquer un majeur de trois verges.

Murray a lancé une deuxième interception peu de temps après la première, mais le match était pratiquement déjà fini de toute façon. Avec une avance de 21-0, Aaron Donald, Von Miller et le reste du front défensif des Rams savaient que les Cardinals devraient surtout s’en remettre à leur jeu aérien à partir de ce point et ont donc pu se concentrer à exercer de la pression sur Murray.

Chase Edmonds et James Conner, les deux principaux porteurs de ballon des Cards, ont fini le match avec un total de 12 courses pour 47 verges. C’est au sol que la défense des Rams est le plus vulnérable, mais le déficit des Cardinals a forcé leur attaque à devenir unidimensionnelle. Notons également que Conner jouait en dépit d’une blessure aux côtes qui le faisait clairement souffrir.

Murray n’a vraiment pas bien joué à son premier match éliminatoire en carrière. Il ne pouvait compter sur son as receveur, DeAndre Hopkins, certes, mais ses passes ont manqué de précision et il ne semblait pas en contrôle de la situation du tout. Christian Kirk et Zach Ertz, ses deux principales cibles, n’ont récolté que 51 et 21 verges.

Une partie des doutes effacée

Il n’a peut-être pas prouvé hors de tout doute qu’il pouvait être un quart-arrière gagnant dans les éliminatoires, mais Matthew Stafford a certainement rassuré l’état-major des Rams avec sa performance de lundi soir. Le quart avait perdu ses trois premiers matchs éliminatoires en carrière avec les Lions de Detroit et sa première saison à Los Angeles a été inégale.

PHOTO JAE C. HONG, ASSOCIATED PRESS

Matthew Stafford, des Rams de Los Angeles

Les Rams ont principalement utilisé leur jeu au sol (38 courses contre 18 passes), mais Stafford n’a commis aucune erreur et a fini le match avec 202 verges et 2 passes de touché. Odell Beckham fils et Cooper Kupp ont attrapé les deux passes de touché. Stafford a joué avec aplomb durant toute la rencontre.

Disputant son deuxième match depuis son retour au jeu après une absence de six mois en raison d’une déchirure d’un tendon d’Achille, Cam Akers a obtenu 55 verges au sol, tandis que l’ancien des Patriots Sony Michel en a gagné 58. Ces deux joueurs forment une bonne paire de demis offensifs dont les styles de jeu se complémentent très bien.

Akers a par ailleurs été impliqué dans une dure collision avec le demi de sûreté Budda Baker, qui a été transporté à l’hôpital pour subir des examens après être resté au sol durant de longues minutes. Le joueur des Cardinals a subi une commotion cérébrale, mais n’aurait pas perdu de sensation dans ses bras et ses jambes. C’est le genre de contact qui nous rappelle jusqu’à quel point le football peut être un sport violent et dangereux. Heureusement, Baker semble avoir évité le pire.

À son retour au jeu après deux mois et demi d’absence, J.J. Watt a quant à lui été plutôt discret. Il a tout de même réussi un plaqué pour une perte de verges. L’ailier défensif des Cards avait subi une intervention chirurgicale à une épaule.

Rendez-vous avec Brady et les Bucs

Pour une deuxième année de suite, l’équipe de Kliff Kingsbury a connu une sérieuse baisse de régime après un très bon début de saison. Les Cardinals avaient raté le tournoi après s’être écrasés dans la dernière ligne droite en 2020 et, après avoir perdu quatre de leurs cinq derniers matchs de la saison, ils n’ont pas fait le poids face aux Rams.

L’absence de Hopkins n’a évidemment pas aidé leur cause, mais il est loin d’être sûr que les Cards auraient veillé beaucoup plus tard si l’ailier espacé avait été en santé. Contre des équipes de premier plan, ils sont rarement de calibre.

Les Rams porteront maintenant leur attention sur Tom Brady et les Buccaneers, qu’ils visiteront dimanche prochain à Tampa Bay. Si la blessure à une cheville qu’a subie Tristan Wirfs, qui est le meilleur joueur de la ligne offensive des Bucs, l’empêche de jouer, Brady risque d’en avoir plein les bras face à des joueurs comme Donald, Miller et Leonard Floyd.

Contrairement aux Cardinals, les Buccaneers devraient s’appuyer sur leur jeu au sol.

Dans l’autre demi-finale de la Conférence nationale, les 49ers de San Francisco seront à Green Bay pour y affronter Aaron Rodgers et les Packers, qui disputeront leur premier match du tournoi, samedi à 20 h 15. Les Packers ont obtenu un congé au premier tour après avoir terminé au premier rang de la Nationale en saison régulière.

Les Titans du Tennessee ont également obtenu un laissez-passer pour le premier tour dans l’Américaine et recevront Joe Burrow et les Bengals de Cincinnati, samedi à 16 h 30. Le deuxième tour se terminera avec un match qui opposera deux équipes qui ont complètement dominé leur première partie dans les éliminatoires, les Bills de Buffalo et les Chiefs de Kansas City, dimanche à 18 h 30. Les Chiefs avaient éliminé les Bills en finale de conférence l’année dernière.