(Seattle) Avant même de se joindre à la section Ouest de la Nationale, Matthew Stafford sentait bien que la rivalité est féroce entre Seattle (2-2) et les Rams (3-1), qui vont croiser le fer jeudi.

Tim Booth Associated Press

Sa première expérience directe de cette confrontation, il la vivra dans un stade où il n’a pas encore signé de victoire.

« On parle de deux clubs très fiers et très performants, a dit Stafford. Il y a un bon entraîneur-chef de chaque côté, avec de beaux résultats ces derniers temps. C’est excitant. J’ai hâte. »

Stafford a joué à Seattle le plus récemment en janvier 2017, Detroit s’inclinant alors 26-6, en match éliminatoire. Sa fiche là-bas est 0-3, bien qu’il compte une victoire contre les Seahawks au Ford Field.

Stafford vit d’excellents débuts avec les Rams : 1222 verges aériennes et 11 passes de touché, avec seulement deux interceptions. Il n’a subi que trois sacs.

Il a moins bien paru dimanche par contre, dans le revers de 37-20 face aux Cardinals.

« Ça se voit que les entraîneurs lui font grandement confiance, a dit l’entraîneur-chef des Seahawks, Pete Carroll. C’est évident qu’ils aiment beaucoup ce qu’il apporte. »

Seattle a stoppé une série de deux revers en battant San Francisco en Californie dimanche dernier.

En janvier dernier, les Rams ont infligé au groupe du Nord-Ouest leur première défaite éliminatoire à domicile en 16 ans.

« Ce match-là, nous n’avons pas très bien joué globalement, a dit le quart des Seahawks, Russell Wilson. Ce qui m’importe, c’est de trouver des façons de gagner un match. Cette fois-là, ça nous a échappé après qu’ils aient marqué tardivement. Cela dit, concentrons-nous plutôt sur le présent. »

Faisant partie des meubles de cette section de la ligue lui aussi, Aaron Donald en est à 13 sacs en carrière aux dépens de Wilson. Il lui voue beaucoup de respect, par contre.

« C’est un fabricant de jeux polyvalent, a dit Donald. Il donne l’impression d’agir comme si c’était un match de parc public, mais il prend de bonnes décisions. C’est tout un joueur. Il sait comment se tirer d’embarras avec son bras ou ses pieds. »

Au chapitre de l’efficacité lors des troisièmes essais, Rams et Seahawks ne se ressemblent pas du tout. Les Rams sont deuxièmes de la ligue, ayant converti 54,3 % de ces occasions. Quant aux Seahawks, seules trois formations ont un taux de succès pire que le leur, soit 33,3 %.