Patrick Mahomes tentera de devenir le premier quart-arrière âgé de 25 ans ou moins à gagner deux Super Bowls, dimanche.

Publié le 2 févr. 2021
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

À ses trois premières saisons comme quart partant des Chiefs de Kansas City, il a atteint la finale de la Conférence américaine. Il n’en finit plus d’émerveiller avec ses prouesses sur le terrain.

Les superlatifs et les accolades continuent de déferler sur Mahomes, qui a signé le plus riche contrat de l’histoire du football américain il y a moins d’un an, un pacte de 10 ans d’une valeur de 450 millions.

Mais en écoutant Mahomes parler lors de sa conférence de presse virtuelle, mardi matin, il n’y avait rien de changé depuis qu’il est devenu membre des Chiefs en 2017. Le jeune premier est toujours aussi authentique et humble dans ses réponses.

Avant Mahomes, c’est Andy Reid, entraîneur-chef des Chiefs, qui avait répondu aux questions des journalistes. Il a alors entre autres été question de l’impact que pouvait avoir sa jeune super étoile à l’extérieur du monde du football.

PHOTO REED HOFFMANN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Andy Reid, entraîneur-chef des Chiefs de Kansas City

Mahomes est très impliqué dans sa communauté, notamment par l’entremise de sa fondation « 15 and the Mahomies Foundation », dont la mission principale est d’améliorer la qualité de vie d’enfants, que ce soit sur le plan de la santé ou de leur bien-être.

« Je pense que Patrick a un talent pour bien comprendre et saisir les gens. Et je pense que les gens sont intéressés à écouter ce qu’il a à dire et d’en apprendre davantage à propos des causes qui lui tiennent à cœur. C’est une bonne combinaison pour promouvoir les causes qui lui sont chères », a résumé Reid.

Le père de Mahomes, Pat Mahomes, est un ancien joueur des ligues majeures de baseball. Le quart-arrière estime que d’avoir pu rencontrer quantité de personnes dans le vestiaire des équipes de baseball dont a fait partie son paternel a eu un impact profond sur lui.

J’ai grandi dans des vestiaires de joueurs, entouré de gens de plusieurs horizons différents. Je pense que je suis généralement assez bon pour unir les gens, et c’est ce que j’essaye de faire. En gagnant de l’expérience, j’utiliserai ma tribune du mieux que je le pourrai.

Patrick Mahomes

« Lorsqu’on a la chance d’avoir une tribune comme la mienne, c’est important de l’utiliser pour faire avancer les choses. Ce ne sont pas des mots vides, je le pense sincèrement », a commenté Mahomes après avoir été informé de ce que son entraîneur venait de dire à son sujet quelques minutes plus tôt.

Mahomes veut redonner à la société comme le font d’autres grands sportifs, dont LeBron James.

« Il y a plusieurs athlètes qui font les choses de la bonne façon, et LeBron est l’une de ces personnes. J’ai beaucoup d’admiration pour lui et j’aimerais l’imiter. Mais il y en a plusieurs autres qui utilisent leur tribune et leur voix positivement. Je veux m’inspirer de ces gens, mais je veux aussi avoir un impact dans ma communauté de ma propre façon. »

Le joueur par excellence de la NFL en 2018 a également parlé de l’importance du Mois de l’histoire des Noirs en février.

« C’est toujours très important, mais avec ce qui s’est déroulé au cours de notre saison morte [le printemps dernier], je pense que c’était particulièrement important d’en apprendre davantage sur notre histoire. De voir ce qui a déjà été accompli et ce qui reste à accomplir. »

Son orteil et la défense des Bucs

Un an après avoir vaincu les 49ers de San Francisco pour remporter leur premier Super Bowl en 50 ans, les Chiefs seront opposés au redoutable Tom Brady et aux Buccaneers de Tampa Bay, dimanche soir. La rencontre aura lieu dans le domicile des Bucs, le Raymond James Stadium, devant approximativement 25 000 spectateurs.

C’est à cet endroit que les Chiefs ont vaincu les Buccaneers, 27-24, le 29 novembre. Ce jour-là, la défense des Bucs s’est fait malmener par Mahomes et l’attaque des Chiefs en première demie. L’unité joue toutefois extrêmement bien depuis le début des éliminatoires. En particulier le front défensif, qui sera opposé à une ligne offensive actuellement décimée par les blessures.

« La chose la plus importante sera de me défaire du ballon rapidement et de le mettre dans les mains des joueurs de talent qui m’entourent. Ils ont une bonne défense sur tous les plans, qu’il s’agisse de la première ligne, des secondeurs ou de la tertiaire. Je devrai m’assurer d’obtenir des gains et d’éviter les jeux négatifs », a analysé Mahomes.

Autrement dit, Mahomes devra prendre ce que la défense lui donnera plutôt que de forcer le jeu.

« Il a fallu que j’apprenne à me contenter de courts gains lorsque la situation l’imposait. Même si j’aimerais ça, je ne peux pas toujours viser le long jeu. C’est l’une des choses qui font que j’ai gagné en maturité en tant que joueur. »

Avec des chasseurs de quarts de la qualité de Jason Pierre-Paul et Shaq Barrett, les Buccaneers pourraient changer l’allure du match avec quelques sacs, comme ils l’ont fait aux dépens d’Aaron Rodgers et des Packers de Green Bay en finale de la Conférence nationale. Mahomes peut toutefois compter sur une arme secrète en protection de passe : le coaching du coordonnateur offensif Eric Bieniemy.

PHOTO JUSTIN EDMONDS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Shaquil Barrett, des Buccaneers de Tampa Bay

« Il me prépare à toute éventualité, même pour des blitz qu’on n’a encore jamais vus. Je sais toujours ce que je dois faire avec le ballon, et c’est grâce à lui. »

Mahomes devrait également être en mesure de bien se déplacer derrière sa poche protectrice malgré une douloureuse blessure à un orteil qu’il a subie lors du match éliminatoire contre les Browns de Cleveland, le 17 janvier.

« C’est nettement mieux que c’était, et les deux semaines entre nos matchs m’auront permis de bien guérir. Ça fera trois semaines [dimanche] que je me suis blessé, et c’est normalement le temps qu’une telle blessure nécessite afin de bien guérir. »

Par la finesse ou la robustesse

Si Mahomes est suffisamment bien protégé par sa ligne, il y a très peu de doute qu’il réussira plusieurs « gros » jeux au cours du 55e Super Bowl. Les Chiefs possèdent des joueurs explosifs comme Tyreek Hill, Mecole Hardman et Sammy Watkins, de bons demis offensifs, ainsi que le meilleur ailier rapproché de la ligue, Travis Kelce. Hill et Kelce sont bien sûr les deux receveurs les plus dangereux des champions en titre.

« Ils se complémentent parfaitement, ce qui les rend encore plus dangereux. Tyreek est capable de battre les couvertures homme à homme et de réussir de longs jeux, ce qui crée des ouvertures pour Travis dans les zones moins profondes », a expliqué Mahomes.

Lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il s’attendait à ce que les Buccaneers jouent avec un peu plus de robustesse qu’ils le font normalement afin de ralentir la puissante attaque des siens, Mahomes a répondu avec son flegme habituel.

« Ça nous aurait peut-être dérangés en 2018, mais on a fait face à beaucoup d’adversité et on a livré plusieurs dures batailles depuis ce temps. Si vous regardez notre équipe jouer, vous savez sûrement qu’on n’est pas seulement talentueux. On possède plusieurs joueurs qui se démarquent par leur robustesse. Alors que ce soit un match axé sur la robustesse ou le jeu offensif, on sera prêts. »