(Miami) Don Shula a souvent dit qu’il espérait qu’on se souvienne de lui pour le respect qu’il portait aux règlements, et c’est ce qui est arrivé lundi.

Steven Wine
Associated Press

Dans la foulée de son décès à l’âge de 90 ans, un déferlement d’éloges de partout à travers la Ligue nationale de football a non seulement permis de souligner ses deux triomphes au Super Bowl et son record de 347 victoires à titre d’entraîneur-chef, mais aussi la façon avec laquelle il a gagné.

« Il est l’une des personnalités les plus honorables dans toute l’histoire de notre sport », a déclaré l’ancien entraîneur-chef Marv Levy, des Bills de Buffalo, un rival et ami de longue date.

PHOTO BILL SIKES, AP

L’entraîneur-chef des Bills de Buffalo Marv Levy et Don Shula en conversation sur le terrain après le dernier match dirigé par l’entraîneur des Dolphins le 30 décembre 1995 à Orchard Park, près de Buffalo.

« Le fait qu’il soit l’entraîneur ayant gagné le plus grand nombre de matchs dans l’histoire de la ligue, et qu’il y est arrivé en respectant les règles et en rendant hommage au sport, c’est quelque chose de certainement très impressionnant. On se souviendra de lui pour les succès qu’il a connus et aussi à cause du genre de personne qu’il était, pour son habileté et aussi son caractère. »

Des entraîneurs de la NFL, des joueurs et des commissaires, passés et contemporains, sont de ceux qui ont loué l’héritage que Shula a laissé. Le groupe inclut Jimmy Johnson et Bill Belichick, même si Shula les percevait avec froideur.

« Dans tous les aspects, Don Shula a représenté ce qu’étaient les plus grands critères d’excellence », a témoigné l’ancien commissaire Paul Tagliabue.

« Sa contribution à la NFL, au sport du football, a largement dépassé son total record de victoires. Don a aussi été l’un des plus grands gagnants lorsqu’il était question d’intégrité, d’honnêteté et de classe. »

Shula a passé plus de 20 ans au sein du puissant comité de compétition, qui sert à évaluer les règlements, et il a toujours accordé de l’importance à sa réputation d’homme intègre.

« Il ne transgressait pas les règlements », a déclaré le puissant centre-arrière Larry Csonka, un membre du Temple de la renommée et l’un des joueurs préférés de Shula.

À ses yeux, si nous trichions pour gagner, il s’agissait de la pire forme de défaite.

Le porteur de ballon Larry Csonka.

PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AFP

Larry Csonka avait trouvé le plan de match de l’équipe adverse dans le vestiaire avant une partie au début des années 70. Don Shula avait refusé de le regarder. Ci-haut Czonka (au centre) lors d’une cérémonie à la Maison-Blanche, lorsque Shula et son équipe de 1972 championne du Superbowl de 1973 avaient été reçus à la Maison-Blanche par le président Barack Obama en 2013 pour le 40e anniversaire de cette victoire.

Csonka a raconté qu’il avait découvert le plan de match de l’équipe adverse dans le vestiaire avant une partie à l’étranger au début des années 70. Csonka l’a remis à l’instructeur adjoint Monte Clark pour qu’il le donne à Shula, pendant que l’entraîneur-chef se servirait de cette information privilégiée.

Les Dolphins ont perdu. Csonka a relaté que lorsqu’il a demandé à Clark, plus tard, ce qu’il était advenu du plan de match, l’instructeur adjoint a répondu ainsi : « Coach Shula a dit,’Jette-le. Si nous ne pouvons pas les battre en respectant les règlements, nous ne devrions pas gagner.’ »

Shula et Belichick le tricheur

À cause de sa réputation, les commentaires de Shula ont eu plus d’impact encore lorsqu’il a mis en doute l’intégrité de Belichick dans la foulée des scandales liés à de l’espionnage et au ballon dégonflé. En 2015, il a fait allusion à l’entraîneur-chef des Patriots en le surnommant « Belicheat ».

Dans son témoignage lundi, Belichick n’a fait aucune référence à ce désaccord.

PHOTOS D’ARCHIVES AP

Bill Belichick en 2019 et Don Shula en 1983.

« Don Shula est l’une des grands entraîneurs de tous les temps, et la norme en matière de régularité et de leadership dans la NFL », a-t-il déclaré.

Johnson a également rendu hommage à Shula, même se celui-ci a affiché du ressentiment à l’endroit de celui qui l’a remplacé chez les Dolphins en 1996.

« RIP, l’un des plus grands de tous les temps… Don Shula », a écrit Johnson sur Twitter. « Il a établi la norme. »

D’autres qui ont succédé à Shula au sein de la profession étaient d’accord.

« En Don Shula, nous avons perdu l’un des hommes les plus emblématiques parmi tous les entraîneurs-chefs dans l’histoire de la NFL », a affirmé Bill Cowher, qui a dirigé les Steelers de Pittsburgh de 1992 à 2006.

« Son leadership et sa sagesse m’ont guidé, ainsi que de nombreux autres qui ont passé leur vie à titre d’instructeur au football. Merci, coach Shula. Ton esprit et ton héritage resteront toujours vivants. »