Avec 25 ans d’expérience comme entraîneur de football, des titres partout où il est allé, une connaissance approfondie des défis académiques que doivent relever les étudiants-athlètes, Marco Iadeluca s’estime prêt pour la prochaine étape de sa carrière : diriger les Carabins de l’Université de Montréal.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Assistant entraîneur-chef, coordonnateur offensif et responsable de l’encadrement académique des Carabins de 2011 à 2018, Iadeluca devient le quatrième entraîneur-chef de l’équipe depuis sa renaissance en 2002. Il remplace son bon ami Danny Maciocia, qui a récemment été nommé directeur général des Alouettes de Montréal après neuf saisons à la barre des Carabins.

« J’ai joué différents rôles au cours des dernières années, même si je n’ai pas souvent été entraîneur-chef. Quand j’ai quitté l’UdeM il y a deux ans, c’était pour acquérir d’autres compétences. J’en suis à ma 25e saison comme entraîneur, je pense avoir payé mes dus. Si je ne suis pas prêt à diriger les Carabins, je ne le serai jamais ! »

La nomination a été confirmée mardi par Manon Simard, la directrice du sport d’excellence à l’UdeM, lors d’une conférence de presse à laquelle assistaient de nombreux représentants des médias, mais aussi des dirigeants de l’Université et des joueurs des éditions actuelles et passées des Carabins. Danny Maciocia a aussi tenu à être présent pour « passer » le flambeau à celui qu’il connaît depuis leurs jeunesses à Saint-Léonard.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Manon Simard, Marco Iadeluca et Robert Panet-Raymond

« Marco est la personne qu’il nous fallait pour assurer la continuité et l’évolution de notre équipe de football, a estimé Simard. Sa connaissance de notre organisation, son leadership et sa vaste expérience faisaient de lui un candidat de choix.

Il représente à la fois le passé, le présent et l’avenir de l’équipe. Il a travaillé avec plusieurs anciens qui ont ensuite joué dans les rangs professionnels, il connaît pratiquement tous les joueurs de notre équipe actuelle et il vient de passer deux ans au Collège André-Grasset à côtoyer les joueurs du circuit collégial qui viendront se joindre aux Carabins dans les prochaines années. »

Iadeluca occupait un poste à la direction des sports du Collège André-Grasset depuis 2018, tout en donnant un coup de main à son frère Tony, l’entraîneur-chef du Phénix. Très proche de sa famille – sa femme Lina et lui ont trois filles âgées de 16, 14 et 12 ans –, très émotif aussi, il a hésité avant de poser sa candidature à l’UdeM. « Je suis très rationnel et je préfère toujours réfléchir avant de plonger, pas après, a-t-il expliqué. J’étais heureux à Grasset et je sais que le poste d’entraîneur-chef des Carabins, ce n’est pas un emploi, c’est une passion ! J’avais besoin d’avoir l’approbation de ma famille. »

Au contraire de Maciocia, Iadeluca n’a jamais travaillé au niveau professionnel et il ne prévoit pas le faire. « Je suis aujourd’hui là où j’ai toujours rêvé d’être. Je ne vise rien d’autre. Travailler avec les jeunes étudiants-athlètes m’a toujours stimulé et je sais que ma responsabilité va bien au-delà du football. C’est très gratifiant d’accompagner ces jeunes dans leur cheminement de carrière et de vie afin de les aider à devenir de meilleurs individus. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Danny Macciocia avec Marco Iadeluca.

Le nouvel entraîneur-chef des Carabins hérite d’une équipe qui a joué en finale de la Coupe Vanier l’automne dernier. Il a déjà rencontré tous les joueurs de l’équipe lundi, recevant un accueil très chaleureux. Rheda Kramdi, l’un des meneurs de la défense, a souligné : « tous les joueurs le connaissent déjà et lui connaît parfaitement notre système, notre style. Il va nous aider à conserver notre élan. »

Sa nomination relativement tardive oblige Iadeluca à vite se mettre au boulot. « La priorité numéro un, c’est le recrutement, a-t-il insisté. On a jusqu’au 1er mars pour convaincre les jeunes de venir étudier ici. Il reste de très bons joueurs qui n’ont pas encore choisi leur université et nous allons tenter de les convaincre de choisir les Carabins.

Je vais aussi devoir pourvoir certains postes d’adjoints. Nous avons un bon plan en tête, mais je viens juste d’arriver ! »

Selon Manon Simard, Iadeluca a les atouts pour être longtemps à la barre des Carabins. « Son mandat n’est pas le même que ceux des entraîneurs-chefs précédents. Nous célébrerons bientôt les 20 ans de la renaissance de l’équipe. Notre programme a connu de beaux succès, il commence à avoir une histoire, une tradition. Ce sera à Marco de bâtir là-dessus. »

La carrière d’entraîneur de Marco Iadeluca en bref

– 2018-2020 : responsable des sports, assistant entraîneur-chef et coordonnateur offensif du Phénix du Collège André-Grasset (Champion Bol d’or D1 en 2018)

– 2011-2018 : assistant entraîneur-chef, coordonnateur offensif et responsable de l’encadrement académique des Carabins de l’Université de Montréal. (Champion Coupe Vanier en 2014)

– 2010 : Coordonnateur offensif du Rouge et Or de l’Université Laval (Champion Coupe Vanier)

– 2009 : assistant entraîneur-chef et coordonnateur offensif du Phénix du Collège André-Grasset.

– 2000 à 2020 : Implications au niveau provincial et national dans des postes allant d’entraîneur-chef à entraîneur de position avec Équipe Canada et Équipe Québec.

– 1998-2008 : Coordonnateur offensif des Cougars de Saint-Léonard (Junior, CJFL).

– 1994-1997 : Coordonnateur offensif des Cougars de Saint-Léonard (Midget AAA).