On parle abondamment de l’attaque explosive des Chiefs, mais l’autre qui prendra part au Super Bowl, dimanche à Miami, est également très bonne. Le jeu au sol des 49ers est le plus dangereux de la NFL et leur jeu aérien est plus qu’adéquat. Bien qu’elle se soit améliorée durant la première saison du coordonnateur Steve Spagnuolo, la défense des Chiefs risque d’en avoir plein les bras contre l’attaque de Kyle Shanahan.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

L’attaque des 49ers de San Francisco

Le plan

Les 49ers avaient un plan très précis lors de leurs deux plus récentes victoires et il a fonctionné à merveille. Dans leurs deux matchs éliminatoires, ils n’ont tenté que 27 passes et ont effectué 89 jeux au sol ! C’est un nombre ahurissant, qui leur a permis d’amasser 471 verges par la course contre les Vikings et les Packers, qui n’ont rien pu faire d’autre que de regarder le précieux temps s’écouler au tableau indicateur. Les Chiefs ont relativement bien fait contre Derrick Henry en finale de l’Américaine, mais doivent en remercier les Titans, qui ont abandonné leur jeu au sol beaucoup trop tôt. La défense des Chiefs a fini 26e contre la course en saison. Elle devra positionner sept ou huit joueurs dans la fameuse boîte, ce qui aura pour effet d’ouvrir le jeu pour Greg Kittle, Deebo Samuel et Emmanuel Sanders, trois receveurs qui sont particulièrement habiles pour réussir de longs jeux lorsqu’ils peuvent profiter de brèches.

Quart-arrière

Il n’aura coûté qu’un choix de deuxième tour aux 49ers afin de mettre la main sur le quart qui devrait être leur partant pour la prochaine décennie. Deux ans plus tard, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ne feraient presque assurément pas le même choix qu’ils ont fait lorsqu’ils ont échangé Jimmy Garoppolo aux Niners. Tandis que Tom Brady ressemble de plus en plus à un quart de 42 ans, Garoppolo n’a probablement même pas encore atteint son apogée. Les 49ers n’ont pas à en demander beaucoup à Garoppolo : il doit prendre les bonnes décisions et éviter les erreurs. Mais si Patrick Mahomes et les Chiefs prennent une avance confortable, Garoppolo sera-t-il en mesure de faire le boulot ? Ça demeure une incertitude, malgré son talent.

Ligne offensive

Le bloqueur à gauche Joe Staley est le seul joueur des 49ers qui a participé au dernier Super Bowl de l’équipe, il y a sept ans. Premier choix en 2007, Staley pourrait un jour être intronisé au Temple de la renommée. À 35 ans et disputant sa 13e saison, Staley continue d’exceller autant en protection de passe que sur les jeux au sol, et il est le meneur de la ligne. Mike McGlinchey est un géant de 6 pi 8 po qui continue de s’améliorer au poste de bloqueur à droite. Ancien premier choix des Lions de Detroit, le garde à gauche Laken Tomlinson joue bien depuis qu’il est arrivé chez les Niners, alors que le garde à droite Mike Person est étonnamment bon lorsqu’il effectue des blocs en mouvement. Le centre Weston Richburg a vu sa saison prendre fin en raison d’une blessure à une jambe à la mi-décembre, mais Ben Garland excelle depuis qu’il l’a remplacé. À défaut d’être très impressionnante sur papier, la ligne offensive des 49ers est l’une des plus efficaces de la NFL grâce à une cohésion remarquable.

Demis offensifs

Très peu de gens connaissaient Raheem Mostert avant le début de la saison. Ayant été remercié par six équipes avant d’aboutir chez les 49ers, Mostert a marqué quatre touchés et a couru pour 220 verges en finale de l’Association nationale. On ne sait toujours pas si Tevin Coleman jouera dimanche après avoir subi une dislocation de l’épaule droite contre les Packers. Matt Breida peut également contribuer et le fera encore plus si Coleman doit s’absenter. Curieusement, le demi offensif qui serait le plus difficile à remplacer du côté de San Francisco est Kyle Juszczyk, de loin le meilleur centre-arrière de la ligue et un vrai petit bulldozer lorsqu’il bloque devant le porteur de ballon.

Receveurs

Le groupe de receveurs des 49ers n’a pas grand-chose à envier à celui des Chiefs, à part la profondeur. Et puisque les Niners utilisent beaucoup leur centre-arrière Kyle Juszczyk, ce manque de profondeur est un facteur plus ou moins important. George Kittle est aussi bon pour attraper des passes que pour bloquer. L’ailier rapproché est la bougie d’allumage et le joueur clé de l’attaque. On ne devinerait jamais que Deebo Samuel est une recrue en le regardant jouer. Combatif, fiable et déterminé, Samuel est à la fois un receveur dangereux et un bon bloqueur, lui aussi. Il est peut-être le meilleur ailier espacé dans cet aspect du jeu depuis les bonnes années de Hines Ward. Emmanuel Sanders est discret depuis le début des éliminatoires, mais il est capable de dominer un match s’il en obtient l’occasion. Kendrick Bourne est le troisième ailier espacé derrière Sanders et Samuel, et réussit normalement au moins un jeu important par match.

La défense des Chiefs de Kansas City

Le plan

Le coordonnateur défensif des Chiefs, Steve Spagnuolo, n’en sera pas à son premier Super Bowl. Il était le responsable de la défense des Giants de New York lorsqu’ils ont surpris les Patriots de la Nouvelle-Angleterre lors de la 42e édition de la classique hivernale, et était un adjointchez les Eagles lorsqu’ils se sont inclinés en finale, il y a 15 ans. Ce sera déjà un casse-tête d’arrêter le jeu au sol des 49ers, et il reste à voir si les Chiefs ont les demis de coin pour couvrir les receveurs des 49ers, qui sont de très bons athlètes. Il serait assez étonnant que les Chiefs réussissent à garder le total de verges accumulées par les 49ers relativement bas. La clé pour les Chiefs sera donc de provoquer quelques revirements et d’obtenir des sacs opportuns. La défense de Kansas City a totalisé huit sacs dans ses deux matchs éliminatoires, mais n’a réussi qu’un seul revirement. Afin de l’emporter, les Chiefs devront fort probablement gagner la bataille des revirements.

Ligne défensive

La force de la défense des Chiefs est sa première ligne. Non seulement le groupe est talentueux, mais il peut compter sur beaucoup de profondeur. Absent lors du premier match éliminatoire, le plaqueur Chris Jones est revenu au jeu face aux Titans et a eu un impact considérable même s’il n’a effectué que deux plaqués. Jones est l’un des cinq meilleurs plaqueurs de la NFL et un joueur de premier plan même s’il n’est pas à 100 % de sa forme. Frank Clark fait exactement ce à quoi s’attendaient les Chiefs lorsqu’ils l’ont obtenu des Seahawks de Seattle. L’ailier défensif a déjà quatre sacs à son actif depuis le début du tournoi. Tanoh Kpassagnon émerge à sa troisième campagne ; Mike Pennel et Derrick Nnadi sont utilisés dans une rotation à l’intérieur et font un travail honnête ; enfin, l’arrivée en fin de saison du vétéran Terrell Suggs a donné un chasseur de quarts de plus à Spagnuolo.

Secondeurs

Les secondeurs qui sont les plus utilisés chez les Chiefs sont des joueurs qui ont été rejetés par d’autres équipes. Damien Wilson a été un réserviste chez les Cowboys de Dallas lors de ses quatre premières saisons. Il a terminé sa première saison comme partant avec 81 plaqués, 1,5 sac et un échappé provoqué avec les Chiefs. Un autre ancien des Cowboys, Anthony Hitchens, se spécialise dans le jeu contre la course, ce qui est également le cas de Reggie Ragland, ancien choix de deuxième tour des Bills de Buffalo. Ces trois joueurs sont tous meilleurs contre le jeu au sol et sont vulnérables par la voie des airs. Kyle Shanahan aura sûrement trouvé des façons d’exploiter leur manque d’agilité et de vitesse s’ils sont trop souvent sur le jeu.

Tertiaire

Le demi de sûreté Tyrann Mathieu (le Honey Badger dans une autre vie) vient probablement de connaître sa meilleure saison avec 75 plaqués, 2 sacs, 4 interceptions et 12 passes défendues. Mathieu et Daniel Sorensen, qui a été l’un des bons joueurs sur le terrain en finale de l’Américaine, forment un duo de demis de sûreté robuste et très actif, ce qui aide à partiellement camoufler les limitations du groupe de secondeurs. Bashaud Breeland est le meilleur demi de coin de l’équipe et semble avoir trouvé sa place après quatre saisons à Washington et une à Green Bay. Charvarius Ward est normalement l’autre demi de coin régulier, mais Rashad Fenton joue beaucoup depuis le début des éliminatoires après avoir été peu utilisé durant la saison. Le vétéran Kendall Fuller, acquis dans la transaction qui avait envoyé le quart Alex Smith dans la capitale américaine, est un autre demi de coin qui pourrait voir de l’action.

Unités spéciales

Les unités spéciales des Chiefs ont fait de très bons et de très mauvais jeux lors du premier match éliminatoire contre Houston. En règle générale, elles représentent davantage une force qu’une faiblesse. Les Chiefs ont deux dangereux « retourneurs », les ailiers espacés Mecole Hardman et Tyreek Hill. À défaut d’avoir beaucoup de puissance dans ses frappes, le botteur de dégagement Dustin Colquitt est fiable et expérimenté, lui qui termine sa 15e année dans la NFL. Les Chiefs ont très rarement besoin de tenter des placements dernièrement, mais peuvent compter sur un bon botteur de précision en Harrison Butker (89,7 % de réussite en carrière pour les placements). Dans un match qui pourrait être très serré, les unités spéciales des Chiefs pourraient s’avérer la carte cachée.