Les Chiefs de Kansas City participeront au Super Bowl pour la première fois en plus d’un demi-siècle, dimanche prochain et c’est grâce à leur attaque, qui regorge de talent. Mais la défense des 49ers de San Francisco est tout aussi impressionnante. La confrontation entre ces deux unités sera un délice pour les amateurs de football.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

L’ATTAQUE DES CHIEFS DE KANSAS CITY

Le plan

Si la défense des 49ers a une faiblesse, elle se trouve chez les demis de coin. À part Richard Sherman, qui joue presque exclusivement du côté gauche, il y a de l’incertitude. Ce manque de profondeur risque d’être un problème contre les Chiefs, qui possèdent une armée de receveurs de talent. Les Chiefs voudront probablement avoir quatre ou cinq receveurs sur le jeu le plus souvent possible afin d’exploiter cette faiblesse, prenant ainsi le pari que leur ligne offensive sera capable de bloquer le front défensif des Niners sans trop d’aide des demis et des ailiers rapprochés. Le fait que Patrick Mahomes puisse s’esquiver et gagner du temps grâce à sa mobilité aidera les Chiefs.

PHOTO MARK J. REBILAS, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le quart Patrick Mahomes peut compter sur plusieurs receveurs talentueux pour animer l’attaque des Chiefs.

Quart-arrière

S’il ne s’était pas blessé à un genou, Patrick Mahomes aurait été dans la lutte pour le titre du joueur par excellence pour une deuxième année consécutive. Mahomes a raté l’essentiel de trois matchs et était limité à son retour au jeu. Comme l’a mentionné Laurent Duvernay-Tardif en répondant aux questions des journalistes, mardi dernier, Mahomes est sans contredit le meilleur quart-arrière de la NFL. La force et la précision de ses passes sont exceptionnelles et ses lectures du jeu semblent impeccables. Il est mobile et jamais craintif derrière sa ligne. Bref, il n’y a aucune lacune dans le jeu de Mahomes, et si les Chiefs remportent le Super Bowl, il y a fort à parier que c’est lui qui sera nommé le joueur par excellence du match.

PHOTO ELISE AMENDOLA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Patrick Mahomes est sans contredit le meilleur quart-arrière de la NFL.

Ligne offensive

Le jeu de cette unité pourrait fort bien décider du résultat du Super Bowl. Si le quintette gagne sa bataille contre le front défensif des 49ers, l’attaque des Chiefs devrait marquer au moins une trentaine de points. Et si cela s’avère, il pourrait être difficile pour les Niners de suivre la cadence. Le côté droit de la ligne des Chiefs est l’un des bons de la NFL grâce à Laurent Duvernay-Tardif et Mitchell Schwartz, qui est considéré comme le meilleur bloqueur à droite du circuit par plusieurs spécialistes. Premier choix au total du repêchage de 2013, Eric Fisher est devenu un bon bloqueur à gauche après un début de carrière inégal. Les points d’interrogation se situent aux postes de centre et de garde à gauche. Le vétéran Stefen Wisniewski a été embauché en octobre parce qu’il y avait plusieurs blessés parmi les joueurs de ligne des Chiefs et a bien fait comme garde à gauche en remplacement d’Andrew Wylie. Ce dernier a raté plusieurs matchs en raison de différentes blessures et n’a pas participé à la finale d’association, le 19 janvier. Austin Reiter est l’autre membre régulier de la ligne. Reiter a fait un boulot correct, mais n’est pas un centre du calibre de son prédécesseur Mitch Morse, qui a signé un contrat comme joueur autonome avec les Bills de Buffalo l’hiver dernier.

PHOTO DENNY MEDLEY, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Patrick Mahomes peut compter sur de bons bloqueurs pour le protéger, dont Laurent Duvernay-Tardif et Eric Fisher.

Demis offensifs

Les Chiefs ne possèdent pas de demi offensif de premier plan. Damien Williams a été le plus utilisé depuis le début des éliminatoires, mais n’a récolté qu’une moyenne de 3,2 verges par course (92 verges en 29 courses). Les autres principaux demis sont le vétéran LeSean McCoy et Darwin Thompson. Mahomes vient au premier rang de l’équipe pour les verges au sol dans les éliminatoires. Mais opposé à des secondeurs robustes et rapides comme ceux des Niners, Mahomes devra faire preuve de prudence. Il est probable que les Chiefs utiliseront un ou deux jeux renversés afin de tirer profit de la vitesse de leurs receveurs Tyreek Hill et Mecole Hardman.

PHOTO MARK J. REBILAS, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Damien Williams a été le demi offensif le plus utilisé depuis le début des éliminatoires, mais n’a récolté qu’une moyenne de 3,2 verges par course (92 verges en 29 courses).

Receveurs

Les deux meilleurs ailiers rapprochés de la NFL seront à l’œuvre lors du 54e Super Bowl, soit Travis Kelce (Chiefs) et George Kittle (49ers). Il sera très intéressant de voir l’approche que choisiront les 49ers pour couvrir Kelce. Dans le cas de l’explosif Tyreek Hill, les Niners utiliseront presque assurément deux joueurs pour le contenir. Mais même si San Francisco parvient à limiter l’impact de Hill et de Kelce, les Chiefs pourront se tourner vers Sammy Watkins (neuf attrapés pour 190 verges dans les éliminatoires) et la recrue Mecole Hardman, dont la vitesse est comparable à celle de Hill. Même DeMarcus Robinson peut contribuer, et c’est en raison de la présence de tous ces receveurs de talent autour de Mahomes qu’il sera essentiel pour les Niners de réussir à exercer de la pression sur celui-ci.

PHOTO REED HOFFMANN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Travis Kelce est l’un des deux meilleurs ailiers rapprochés de la NFL.

LA DÉFENSE DES 49ers DE SAN FRANCISCO

Le plan

La défense du coordonnateur Robert Saleh se contente généralement d’utiliser ses quatre joueurs de ligne pour presser le passeur. Il ne serait cependant pas étonnant de voir les Niners utiliser le blitz plus souvent que d’habitude afin de contrer ainsi l’impact qu’aura la vitesse des receveurs des Chiefs. Les 49ers devront d’abord s’assurer d’éteindre la menace du jeu au sol et de garder Mahomes derrière sa poche protectrice afin de rendre l’attaque des Chiefs unidimensionnelle. Grâce à la qualité de leur première ligne et de leurs secondeurs, ils devraient y parvenir. Au niveau de la tertiaire, les 49ers utiliseront probablement deux ou trois demis dans les zones profondes, tout en utilisant possiblement une couverture homme à homme contre Travis Kelce. L’une des clés du match pour les 49ers sera de ne pas rater de plaqués faciles, surtout aux dépens de Mahomes et Hill.

PHOTO TONY AVELAR, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La défense des Niners célèbre le touché inscrit par le demi Richard Sherman (numéro 25, assis avec le ballon) à la suite d’une interception contre les Packers en finale d’association, le 19 janvier. 

Ligne défensive

Depuis 2015, les 49ers ont choisi des joueurs de ligne défensive au premier tour à quatre reprises. Il s’agit de Nick Bosa (2e au total en 2019), Soloman Thomas (3e au total en 2017), DeForest Buckner (7e au total en 2016) et Arik Armstead (17e au total en 2015). Tous sauf Thomas sont des joueurs dominants, le meilleur étant Bosa, qui est pratiquement assuré de gagner le titre de la recrue par excellence en défense, samedi soir. Comme si la présence de ces joueurs ne suffisait pas, les Niners ont obtenu le chasseur de quarts Dee Ford, des Chiefs, en retour d’un choix de deuxième tour en 2020 l’année dernière. Il ne serait pas surprenant de voir les Niners changer de recette en plaçant parfois cinq joueurs sur leur première ligne contre Kansas City afin de les forcer à utiliser une attaque plus conservatrice.

PHOTO KYLE TERADA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Nick Bosa, 2e choix au total en 2019, est pratiquement assuré de gagner le titre de la recrue par excellence en défense.

Secondeurs

Parce qu’ils évoluent dans l’ombre de la redoutable ligne défensive, les secondeurs des 49ers reçoivent très peu de publicité. Or, les trois principaux joueurs du groupe sont d’excellents joueurs, à la fois rapides et très robustes. L’organisation avait accordé un riche contrat à Kwon Alexander, anciennement des Buccaneers de Tampa Bay, sur le marché des joueurs autonomes, mais il a raté une bonne partie de sa première saison avec les 49ers en raison d’une blessure à un muscle pectoral. Alexander est de retour au jeu, mais a joué sporadiquement dans les éliminatoires. L’absence d’Alexander a permis à Fred Warner de s’illustrer encore plus, lui qui a totalisé 118 plaqués, trois sacs, une interception et neuf passes défendues cette saison. Il est l’un des meneurs de l’équipe. La recrue Dre Greenlaw a également offert une bonne contribution avec 92 plaqués en saison et 10 dans les éliminatoires.

PHOTO KYLE TERADA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le secondeur Fred Warner a totalisé 118 plaqués, trois sacs, une interception et neuf passes défendues cette saison.

Tertiaire

Richard Sherman n’est plus le joueur qu’il était à son apogée avec les Seahawks de Seattle, mais il reste un demi de coin de premier plan. Les Niners dérogeront-ils de leur plan dans le cas de Sherman, ou opteront-ils plutôt pour le laisser du côté gauche de leur défense comme ils le font normalement ? Un peu comme les secondeurs, les demis de sûreté Jimmy Ward et Jaquiski Tartt ne reçoivent pas la reconnaissance qui leur revient. Ces deux joueurs devront être à leur sommet contre l’arsenal des Chiefs, étant les pièces maîtresses de la tertiaire. La grande interrogation se trouve chez les demis de coin. Ahkello Witherspoon, K’Waun Williams et Emmanuel Moseley seront-ils à la hauteur contre les receveurs de talent des Chiefs ?

PHOTO TONY AVELAR, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Richard Sherman reste un demi de coin de premier plan.

Unités spéciales

Les trois principaux spécialistes des 49ers viennent en milieu de peloton dans les différentes catégories de statistiques. Le spécialiste des retours Richie James fils a terminé la saison au 8e rang pour la moyenne de verges par retour de botté de dégagement (huit verges) et au 15e pour les retours de botté d’envoi (21,4 verges). Le vétéran Robbie Gould a quant à lui réussi 23 de ses 31 tentatives de placement en saison et a été parfait jusqu’à maintenant dans les éliminatoires (5 en 5). Il avait toutefois raté ses quatre bottés de 50 verges ou plus en saison avant d’en réussir un en séries. Mitch Wishnowsky est le botteur de dégagement et a terminé la campagne en 14position avec une moyenne nette de 41,6 verges par botté.

PHOTO CARY EDMONDSON, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Le spécialiste des retours Richie James fils a terminé la saison au 8e rang pour la moyenne de verges par retour de botté de dégagement (huit verges) et au 15e pour les retours de botté d’envoi (21,4 verges).