(Fort Lauderdale) Le joueur autonome de la NFL Antonio Brown a été libéré sous conditions, vendredi, après s’être lui-même rendu dans une prison de la Floride la veille.

Curt Anderson
Associated Press

Son entraîneur Glenn Holt et lui ont été accusés d’avoir agressé le conducteur d’un camion de livraison qui lui apportait des effets personnels de la Californie.

Le juge du comté de Broward Corey Amanda Cawthon a établi la caution à 110 000 $ US et a imposé à Brown le port d’un GPS, l’interdiction de posséder des armes ou des munitions, de subir une évaluation psychologique et de confier son passeport aux autorités. Il devra également se soumettre à des tests de détection de drogues inopinés.

Le footballeur de 31 ans a comparu par vidéoconférence et n’a parlé qu’au moment de répondre aux questions du juge.

Les procureurs souhaitaient qu’il ne puisse pas profiter d’une libération conditionnelle, arguant qu’il est un riche athlète professionnel qui pourrait facilement quitter le pays et que les policiers ont été appelés à son domicile de la Floride 18 fois depuis décembre.

L’un des avocats de Brown a plutôt fait valoir que son client s’était lui-même présenté à la prison et qu’il n’avait pas l’intention de fuir.

Au cours de ses neuf saisons passées à Pittsburgh, Brown a été l’un des plus prolifiques receveurs de passes de la NFL. Échangé aux Raiders d’Oakland l’an dernier, il a été libéré avant le début de la campagne en raison d’incidents hors du terrain. Embauché par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, il n’a disputé qu’un match avant ces derniers ne le libèrent après qu’une deuxième femme en 10 jours l’eut accusé de harcèlement sexuel.