Les équipes de la NFL ne pourront pas créer des « bulles » locales pendant les éliminatoires en forçant les joueurs à rester dans un hôtel, sauf la nuit avant un match.

Teresa M. Walker
Associated Press

« Les équipes ne pourront pas demander aux joueurs et au personnel de rester dans un hôtel local, est-il écrit dans un message de la NFL aux équipes dont une copie a été obtenue par The Associated Press. La décision est basée sur une analyse de la fréquence des cas positifs dans la ligue en comparaison aux risques de propagation significative parmi les joueurs et le personnel réunis pendant une importante période de temps dans un hôtel. »

Les équipes pourront continuer à payer pour les joueurs qui souhaitent être installés dans un hôtel pour éviter les risques de contracter la COVID-19 par le biais de leur famille ou colocataires pendant les éliminatoires, selon le message.

Quand les équipes s’installeront dans un hôtel avant un match, les joueurs et les membres du personnel devront porter un dispositif de traçage jusqu’à ce qu’ils retournent dans leur chambre pour la nuit, que ce soit avant un match à domicile ou à l’étranger.

La NFL a aussi rappelé aux équipes que les rassemblements sociaux dans les hôtels sont interdits. Il est aussi obligatoire de porter un couvre-visage et de respecter la distanciation sociale.

Lors des éliminatoires, les équipes seront remboursées si elles utilisent deux avions lors de leurs déplacements. Les restrictions sur le nombre de personnes pouvant voyager seront les mêmes qu’en saison régulière. La NFL a aussi rappelé aux équipes d’assigner les sièges de manière stratégique pour réduire les risques de propagation du virus.

La NFL et l’Association des joueurs de la NFL ont également conclu un accord pour mettre à jour le protocole concernant la COVID-19, incluant un nouveau test de dépistage, une augmentation de la fenêtre pour qu’un cas positif mais asymptomatique puisse revenir au travail et encourageant les membres des familles des joueurs d’être aussi soumis à un programme de tests de dépistage.

Quiconque subira un contrôle positif sans présenter de symptômes ne pourra retourner au travail avant 10 jours à partir de la journée où l’échantillon positif a été recueilli. Jusqu’ici, un joueur ou membre du personnel asymptomatique pouvait revenir au travail après avoir produit deux échantillons négatifs consécutifs.

Les équipes sont également « fortement encouragées » à organiser des tests de dépistage au moins deux fois par semaine pour les familles ou colocataires des joueurs, ainsi que les personnes embauchées par les joueurs, comme leur barbier, chef personnel, chiropraticien et massothérapeute.