En trente ans sur les lignes de côté, l’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, n’avait jamais eu à faire face à un pareil défi au niveau du recrutement. Les jeunes joueurs de football qu’il doit tenter de convaincre de s’amener à l’Université Laval n’ont pour la plupart pas disputé un match depuis plus d’un an.

IAN BUSSIÈRES
Le Soleil

« C’est plus compliqué, c’est plus long cette année, mais ça commence à débloquer. Au football universitaire, nous n’avons pas de contrats, nous ne pouvons pas faire d’échanges, alors on n’a pas le luxe de se tromper. De plus, le processus d’évaluation des joueurs est rendu plus difficile dans les circonstances actuelles. Ce sont des kids qu’on a vus jouer la dernière fois à l’automne 2019. On n’a pas pu voir s’ils ont progressé ou régressé et on n’a pas vu de performances récentes », explique l’architecte du Rouge et Or en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.