Est-ce que choisir les Chiefs de Kansas City pour gagner le prochain Super Bowl est une prédiction prudente et facile ? Absolument. Est-ce que miser contre Patrick Mahomes et l’équipe d’Andy Reid serait une sage décision ? Pas du tout.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Aucune équipe n’a prouvé qu’elle pouvait contenir la puissante attaque des Chiefs durant 60 minutes de jeu. Pendant un, deux ou même trois quarts, peut-être. Mais pas pendant quatre quarts. Parlez-en aux Texans de Houston, aux Titans du Tennessee et aux 49ers de San Francisco, qui ont tous laissé filer des avances d’au moins 10 points contre les Chiefs lors des éliminatoires de l’hiver dernier.

Tyreek Hill, Travis Kelce et Sammy Watkins sont encore tous avec les Chiefs. Mecole Hardman sera plus impliqué et dangereux à son deuxième tour de piste, ce qui devrait rendre le jeu aérien des Chiefs encore plus dévastateur.

Comme si Mahomes n’avait pas assez de joueurs explosifs autour de lui, les Chiefs lui en ont trouvé un autre avec la sélection du demi Clyde Edwards-Helaire au premier tour du repêchage. L’ancien des Tigers de LSU pourrait faire des ravages grâce à sa vitesse et ses à qualités de receveur. La menace qu’il représentera dans les flancs va sûrement calmer les ardeurs des défenses qui voudraient miser sur le blitz un peu trop.

La plus importante perte des Chiefs est celle de notre homme, Laurent Duvernay-Tardif. Le garde québécois a décidé de ne pas jouer en 2020 en raison de la COVID-19. Sa combativité et sa ténacité vont manquer à la ligne offensive des Chiefs. La présence de deux vétérans bloqueurs comme Mitchell Schwartz et Eric Fisher devrait permettre à l’unité de rester solide.

PHOTO REED HOFFMANN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Laurent Duvernay-Tardif a décidé de ne pas jouer en 2020 en raison de la COVID-19.

En défense, Steve Spagnuolo est l’un des meilleurs coordonnateurs de la NFL. Même s’il semblait plutôt moyen sur papier, son groupe en a fait suffisamment pour remporter le Super Bowl et le noyau composé de Chris Jones, Tyrann Mathieu et Frank Clark est toujours en place. L’arrivée du secondeur de première année Willie Gay fils, que l’on dit particulièrement rapide, ajoutera une carte au jeu de Spagnuolo.

Andy Reid a célébré sa première conquête du Super Bowl à sa 21e saison comme entraîneur-chef. L’attente devrait être beaucoup moins longue pour sa seconde.

Selon le NFL Network, Reid et le DG Brett Veach ont récemment signé de nouveaux contrats de six ans avec les Chiefs. On connaît bien Reid, mais pas autant Veach. C’est lui qui aurait convaincu l’organisation d’améliorer son rang de sélection afin de pouvoir repêcher Mahomes au 10e rang du repêchage de 2017, alors qu’il était un dépisteur. Une décision qui a tout changé et un vrai coup de maître.

Il manque quelque chose

Qui pourrait arrêter les Chiefs, demandez-vous ? Dans l’Américaine, il ne fait aucun doute que les Ravens de Baltimore sont les mieux outillés pour y parvenir.

L’équipe de John Harbaugh possède le meilleur jeu au sol et le meilleur groupe de demis de coin de la ligue. Le jeu de course pourrait permettre aux Ravens de garder Mahomes sur les lignes de côté le plus longtemps possible. Quant à elle, leur tertiaire pourrait peut-être limiter les talentueux receveurs des Chiefs sans devoir doubler Hill ou Kelce.

Du côté de la Nationale, les Seahawks de Seattle pourraient offrir de l’opposition aux champions en titre. L’auteur de ces lignes a d’ailleurs choisi la formation de Pete Carroll pour représenter la Nationale au Super Bowl. Mais il leur manque encore un petit quelque chose pour venir à bout des Chiefs.

Antonio Brown ? Si l’on se fie aux rumeurs qui ont circulé au cours des derniers mois, les deux équipes les plus intéressées à ses services étaient justement les Seahawks et les Ravens.

PHOTO MICHAEL REAVES, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le receveur Antonio est suspendu pour la première moitié de saison en raison de ses nombreux écarts de conduite, mais nul doute qu’il pourrait aider une équipe s’il a enfin appris sa leçon et qu’il restait sage.

L’enfant terrible est suspendu pour la première moitié de saison en raison de ses nombreux écarts de conduite, mais nul doute qu’il pourrait aider l’une de ces deux équipes s’il a enfin appris sa leçon et qu’il restait sage.

Les Seahawks ont réembauché Josh Gordon cette semaine, un autre ailier espacé qui a gâché une partie de sa carrière. Gordon n’est toutefois pas un joueur du même calibre que Brown. Si les Seahawks greffaient Brown à Gordon, DK Metcalf, Tyler Lockett et Greg Olsen, Russell Wilson aurait suffisamment de talent autour de lui pour échanger coup pour coup avec Mahomes. Quel Super Bowl ce serait !

Football en temps de pandémie

La saison 2020 sera très particulière avec la COVID-19. Plusieurs équipes ont déjà annoncé qu’elles joueraient devant des gradins vides jusqu’à nouvel ordre, tandis que d’autres le feront devant des foules réduites. Les Chiefs disputeront leur match d’ouverture contre les Texans avec approximativement 16 000 spectateurs (22 % de la capacité de leur stade), jeudi soir.

PHOTO CHARLIE RIEDEL, ASSOCIATED PRESS

En raison de la COVID-19, les Chiefs de Kansas City disputeront leur match d’ouverture contre les Texans de Houston avec approximativement 16 000 spectateurs (22 % de la capacité de leur stade), jeudi soir.

La NFL a instauré une réglementation rigide afin de contrôler la situation du mieux qu’elle le pouvait, que ce soit en ce qui concerne les tests de dépistage ou les consignes que devront suivre à la lettre les joueurs afin d’éviter d’être réprimandés. La NFL ne manque pas de moyens et est généralement l’un des circuits professionnels les mieux organisés.

Malgré tous les efforts de la ligue, des imprévus liés à la COVID-19 surgiront presque immanquablement. La NFL étudierait même la possibilité de tenir son tournoi éliminatoire dans une ville bulle, comme l’ont fait la LNH et la NBA, afin de mettre toutes les chances de son côté.

Chacune des 32 équipes de la ligue touche environ 250 millions par saison en revenus médiatiques, dont la large part est bien sûr en droits de télédiffusion. Alors à moins que la situation de la pandémie dégénère complètement, la saison sera disputée, qu’il y ait des partisans dans les stades ou non.

Les prédictions de Miguel Bujold

Conférence américaine

Division Est

1. Bills de Buffalo (10-6)

2. Patriots de la Nouvelle-Angleterre (8-8)

3. Dolphins de Miami (5-11)

4. Jets de New York (4-12)

Division Nord

1. Ravens de Baltimore (12-4)

2. Steelers de Pittsburgh (11-5)*

3. Browns de Cleveland (9-7)*

4. Bengals de Cincinnati (4-12)

Division Sud

1. Titans du Tennessee (11-5)

2. Colts d’Indianapolis (9-7)*

3. Texans de Houston (6-10)

4. Jaguars de Jacksonville (3-13)

Division Ouest

1. Chiefs de Kansas City (13-3)

2. Raiders de Las Vegas (7-9)

3. Broncos de Denver (7-9)

4. Chargers de Los Angeles (6-10)

*Meilleurs deuxièmes accédant aux éliminatoires

Conférence nationale

Division Est

1. Cowboys de Dallas (10-6)

2. Eagles de Philadelphie (8-8)

3. Giants de New York (6-10)

4. Équipe de Washington (3-13)

Division Nord

1. Vikings du Minnesota (10-6)

2. Packers de Green Bay (9-7)*

3. Lions de Detroit (8-8)

4. Bears de Chicago (8-8)

Division Sud

1. Buccaneers de Tampa Bay (10-6)

2. Saints de La Nouvelle-Orléans (10-6)*

3. Falcons d’Atlanta (8-8)

4. Panthers de la Caroline (6-10)

Division Ouest

1. Seahawks de Seattle (11-5)

2. 49ers de San Francisco (11-5)*

3. Cardinals de l’Arizona (8-8)

4. Rams de Los Angeles (5-11)

*Meilleurs deuxièmes accédant aux éliminatoires

Finale de la conférence Américaine

Ravens de Baltimore c. Chiefs de Kansas City

Finale de la conférence Nationale

49ers de San Francisco c. Seahawks de Seattle

Super Bowl

Seahawks de Seattle c. Chiefs de Kansas City

Gagnants du Super Bowl

Chiefs de Kansas City

Honneurs individuels

Joueur par excellence : Patrick Mahomes (Chiefs)

Meilleur joueur offensif : Derrick Henry (Titans)

Meilleur joueur défensif : T. J. Watt (Steelers)

Recrue de l’année en attaque : Justin Jefferson (Vikings)

Recrue de l’année en défense : Isaiah Simmons (Cardinals)

Entraîneur de l’année : Andy Reid (Chiefs)