À moins que Patrick Mahomes doive s’absenter, les Chiefs devraient remporter un autre championnat de division assez facilement en 2020. Il est plus difficile de prédire le reste du classement dans l’Ouest de l’Américaine alors que les trois autres équipes sont d’un calibre similaire. Voici la septième de notre série de huit analyses en vue de la nouvelle saison de la NFL.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Chiefs de Kansas City : un championnat à défendre

PHOTO CHARLIE RIEDEL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Patrick Mahomes etTravis Kelce

En plus d’avoir remporté leur premier Super Bowl en 50 ans en 2019, les Chiefs ont gagné un minimum de 10 matchs et ont participé aux éliminatoires pour la cinquième année d'affilée. Ils tenteront maintenant de devenir les premiers en 16 ans à soulever le trophée Lombardi deux années de suite. Les Chiefs formaient déjà une bonne équipe, mais la fulgurante ascension de Patrick Mahomes les a propulsés au sommet de la pyramide du circuit Goodell.

L’organisation aurait pu choisir d’étirer ses négociations avec Mahomes pendant quelques années, mais a plutôt sagement choisi de le récompenser avec le plus riche contrat de l’histoire de la NFL après seulement sa troisième saison. Un pacte qui pourrait lui rapporter plus d’un demi-milliard (502 millions) au cours des 12 prochaines années, selon le Sporting News. Oui, vous avez bien lu.

Les Chiefs ont également conclu de nouvelles ententes avec l’ailier rapproché Travis Kelce et le plaqueur Chris Jones, le meilleur joueur défensif du club. La plupart des pièces du casse-tête resteront donc en place pour plusieurs années.

Kelce, Tyreek Hill, Sammy Watkins et Mecole Hardman seront les principales cibles de Mahomes. La situation est toutefois un peu moins claire au sol à la suite de la décision du vétéran Damien Williams de ne pas jouer en 2020 à cause de la COVID-19. Les Chiefs avaient toutefois repêché Clyde Edwards-Helaire avec leur premier choix en avril, un demi offensif particulièrement explosif et dangereux par la voie des airs. Comme si Mahomes avait besoin d’un autre joueur de ce type…

Williams n’est bien sûr pas le joueur le plus connu des Chiefs à avoir choisi de ne pas jouer cette saison. Cette distinction revient plutôt à Laurent Duvernay-Tardif, qui a été le tout premier joueur de la NFL à prendre cette décision. Le Québécois a plutôt choisi de travailler dans le réseau de la santé au cours des prochains mois.

L’absence de Duvernay-Tardif rend la situation au milieu de la ligne offensive des Chiefs encore plus incertaine. Le quintette peut compter sur deux bons bloqueurs, Mitchell Schwartz et Eric Fisher, aux extrémités, mais il n’y a aucune valeur sûre chez les gardes et au centre.

Jones et Frank Clark sont les joueurs clés de la ligne défensive, tandis que la sélection de Willie Gay fils au deuxième tour ajoutera de la vitesse et de l’agilité à un groupe de secondeurs qui en manquait.

Tyrann Mathieu est le meneur d’une tertiaire qui a surpris lors des éliminatoires, mais qui représente tout de même une faiblesse sur papier. La défense n’aura toutefois pas à être dominante, car la prolifique attaque des Chiefs devrait continuer de marquer des points à profusion. Une équipe à son apogée qui sera encore dans le coup en janvier.

Raiders de Las Vegas : peuvent-ils gagner sans super étoile ?

PHOTO CHASE STEVENS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Josh Jacobs

À son retour avec les Raiders, Jon Gruden n’a gagné que 11 matchs à ses deux premières saisons. Son prédécesseur Jack Del Rio en avait gagné 18 à ses deux dernières…

À la décharge de Gruden, le fiasco qu'a été l’acquisition d’Antonio Brown n’a certainement pas facilité les choses. En plus de toutes les distractions que Brown a causées, le système offensif de l’équipe avait probablement été construit autour de l’énigmatique receveur. Brown n’aura finalement jamais joué un match régulier avec les Raiders.

Embauché comme joueur autonome il y a un an et demi, Tyrell Williams n’a pas connu une grande saison en 2019, captant 42 passes pour 651 verges et 6 touchés. Il est actuellement ennuyé par une blessure à une épaule. La recrue Henry Ruggs III devrait occuper l’autre poste de partant chez les ailiers espacés, et les Raiders espèrent que leur choix de premier tour ajoutera un élément de vitesse à leur attaque.

L’organisation a greffé un quart d’expérience derrière le partant Derek Carr alors que Marcus Mariota s’est amené du Tennessee. Mariota soufflera dans le cou de Carr, qui semble avoir plafonné après un début de carrière prometteur.

Qu’il s’agisse de Carr ou de Mariota, le quart des Raiders devrait être bien protégé. Avec des joueurs comme Rodney Hudson, Gabe Jackson, Trent Brown et Richie Incognito, la ligne à l’attaque est imposante et robuste.

Les deux plus belles surprises de l’équipe en 2019 ont été le porteur de ballon Josh Jacobs et l’ailier rapproché Darren Waller. À sa première saison dans la NFL, Jacobs a récolté 1150 verges au sol, tandis que Waller a mené l’équipe avec 90 attrapés et 1145 verges par la passe.

Gruden et le directeur général Mike Mayock ont complètement reconstruit la défense depuis leur arrivée avec les Raiders. Les résultats de cette refonte dépendront largement de la progression de l’ailier défensif Clelin Ferrell, du plaqueur Maurice Hurst, du demi de sûreté Johnathan Abram et des demis de coin Damon Arnette et Trayvon Mullen. Tous ces joueurs ont été de hauts choix au repêchage. Les embauches du secondeur Cory Littleton et du demi défensif Damarious Randall ne nuiront certainement pas.

Le problème avec cette équipe n’est pas très difficile à trouver : elle ne compte aucune super étoile dans ses rangs, même si Jacobs, Littleton et Hudson sont des joueurs de très bonne qualité. Et dans la NFL, il est extrêmement difficile de gagner avec constance lorsqu’on ne possède pas quelques joueurs dominants.

Broncos de Denver : une attaque pour l’avenir

PHOTO RON CHENOY, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jerry Jeudy

Après plusieurs tentatives infructueuses, John Elway semble enfin avoir trouvé son quart d’avenir. Drew Lock a très bien fait en décembre dernier et a permis aux Broncos de gagner quatre de leurs cinq derniers matchs.

L’organisation a significativement amélioré son groupe d’ailiers espacés en repêchant Jerry Jeudy et K.J. Hamler avec ses deux premiers choix. Jeudy a le potentiel pour devenir un receveur numéro un, alors qu’Hamler est très explosif et devrait être un bon complément à Jeudy et au jeune vétéran Courtland Sutton, qui a été nommé au Pro Bowl pour la première fois de sa carrière en 2019.

Ajoutez l’ailier rapproché Noah Fant et vous vous retrouvez avec un jeu aérien qui devrait devenir une force dans un proche avenir. L’embauche de Melvin Gordon III, anciennement des Chargers, donne un autre bon demi offensif aux Broncos, qui pouvaient déjà compter sur Phillip Lindsay.

S’il y a du talent offensif à Denver, la ligne pourrait être problématique. Le bloqueur à gauche Garrett Bolles n’a pas progressé comme l’espéraient les Broncos et serait peut-être plus à sa place comme garde. Ja’Wuan James est probablement le meilleur joueur du quintette, mais il a décidé de s’absenter en raison de la COVID-19. Le centre de première année Lloyd Cushenberry pourrait quant à lui rapidement devenir le meneur du groupe. On dit que Cushenberry était un meneur avec les Tigers de LSU, champions de 2019 dans la NCAA.

Sans trop faire de bruit, Elway a ajouté deux très bons vétérans à sa défense en A. J. Bouye et Jurrell Casey. Le duo de chasseurs de quarts composé de Von Miller et de Bradley Chubb représente la plus grande force de l’équipe, alors que le demi de sûreté Justin Simmons a été l’une des belles révélations des dernières années.

Les morceaux tombent en place à Denver et les Broncos sont sur la bonne piste. Mais ils devront probablement patienter au moins une autre année avant de renouer avec les éliminatoires.

Chargers de Los Angeles : le début d’une nouvelle ère

PHOTO KIRBY LEE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Austin Ekeler

L’ère Philip Rivers s’est terminée sans participation au Super Bowl et avec une seule présence en finale de conférence, une défaite aux mains des Patriots il y a 13 ans.

Les Chargers ont utilisé leur premier choix, le sixième au total, afin de sélectionner Justin Herbert, qui est vu comme le quart d’avenir de la franchise. Aux dernières nouvelles, Herbert devait toutefois amorcer sa carrière sur les lignes de côté.

C’est plutôt Tyrod Taylor qui devrait être le quart partant. Taylor a déjà été le quart régulier des Bills, mais la bonne chaise pour lui est celle d’un réserviste.

Les ailiers espacés Keenan Allen et Mike Williams sont imposants et talentueux, et Hunter Henry est un ailier rapproché de premier plan lorsqu’il est en santé. Le problème, c’est qu’il a déjà raté 23 matchs à ses quatre premières saisons professionnelles.

Le changement au poste de quart ne sera pas le seul. Melvin Gordon III fait maintenant partie des Broncos, de sorte qu’Austin Ekeler sera dorénavant le premier porteur de ballon des Chargers. Ekeler a toujours été un bon réserviste, mais sera-t-il aussi productif dans un rôle de partant ?

Deux nouveaux venus occuperont le côté droit de la ligne offensive, le bloqueur Bryan Bulaga et le garde Trai Turner, qui sont anciennement des Packers et des Panthers. Ils devraient donner un peu de stabilité, mais la ligne demeure tout de même vulnérable.

Selon toute vraisemblance, la défense devra jouer à un très haut niveau afin de permettre aux Chargers de connaître du succès à court terme. Rivers n’était pas parfait, mais qu’on le veuille ou non, il a toujours été la pièce maîtresse des Chargers depuis qu’il a remplacé Drew Brees comme quart partant.

Bien qu’ils soient légèrement surévalués, Joey Bosa et Melvin Ingram III forment une bonne paire de chasseurs de quarts. L’embauche du plaqueur Linval Joseph et la sélection du secondeur Kenneth Murray fils en fin de premier tour devraient quant à elles améliorer la défense contre le jeu au sol, qui a terminé 18e en 2019. Le secondeur Drue Tranquill a bien joué à sa première saison et est une autre pièce importante de la défense.

Lorsqu’elle peut compter sur tous ses éléments, la tertiaire des Chargers est l’une des meilleures de la ligue grâce à des joueurs comme Derwin James, Casey Hayward fils et Desmond King. James ratera toutefois la saison en entier, blessé à un genou. En contrepartie, l’ancien des Broncos Chris Harris fils s’est joint au groupe.

Les Chiefs trônent au sommet de l’Ouest de l’Américaine, mais ce n’est pas si simple de départager les trois autres équipes de la section. Mais contrairement aux Raiders et aux Broncos, les Chargers ont un énorme point d’interrogation au poste de quart.