(Washington) L’équipe de la NFL à Washington a annoncé qu’elle abandonnera immédiatement le nom « Redskins » et le logo de la tête d’Amérindien, cédant aux critiques qui perdurent depuis des décennies selon lesquelles ils sont offensants pour les Amérindiens.

Stephen Whyno
Associated Press

Un nouveau nom doit encore être choisi pour l’une des équipes les plus anciennes et les plus légendaires de la NFL, et on ignore pour l’instant combien de temps ce processus prendra. Mais dans l’immédiat, sans doute le nom le plus polarisant dans les sports professionnels en Amérique du Nord a disparu à une époque où l’injustice raciale, l’iconographie et le racisme aux États-Unis sont au cœur des préoccupations.

Cette décision survient moins de deux semaines après que le propriétaire Dan Snyder, un fervent partisan de l’équipe depuis l’enfance qui avait déclaré qu’il ne se débarrasserait jamais du nom, ait lancé une « révision approfondie » de la question sous la pression des commanditaires. FedEx, Nike, Pepsi et Bank of America se sont tous opposés à conserver ce nom, qui a été donné à l’équipe en 1933 alors qu’elle évoluait toujours à Boston.

L’équipe a révélé qu’elle « retirait » le nom et le logo et que Snyder et l’entraîneur Ron Rivera travaillaient en étroite collaboration pour trouver un nouveau nom et un nouveau design.

« En grandissant dans la région du District, ce sera toujours #HTTR (“Hail to the Redskins”, le chant de ralliement des partisans), mais je regarde vers l’avant », a déclaré le quart partant Dwayne Haskins sur Twitter.

Le « R » dans « Hail to the Redskins » pourrait bientôt vouloir dire Redtails, Redwolves ou Redhawks. Redtails ou Red Tails — en hommage au Tuskegee Airmen, un groupe d’aviateurs afro-américains qui s’est distingué durant la Seconde Guerre mondiale — est le favori selon le site de paris BetOnline. Le groupe a déclaré qu’il serait « honoré de travailler avec le comité de changement de nom si ce nom devait être adopté ».

Il s’agira de la première équipe de la NFL à changer de nom depuis les années 1990, quand les Oilers du Tennessee sont devenus les Titans deux saisons après s’être amenés de Houston.

Après que le président Donald Trump eut critiqué les Redskins et les Indians de Cleveland la semaine dernière sur leur éventuel changement de nom, la porte-parole de la Maison-Blanche Kayleigh McEnany a indiqué que le président « croit les communautés de Premières Nations seront très fâchées par cette décision et qu’il a des sondages pour appuyer ses dires ». Elle a cité un sondage réalisé en 2016 par le Washington Post qui indiquait que 90 % des représentants des Premières Nations n’étaient pas offensés par ce nom, un sondage qui a depuis été discrédité par les experts.

Les défenseurs et les experts amérindiens ont longtemps critiqué le nom qu’ils qualifient d’« insulte raciale définie par un dictionnaire ». Plus d’une douzaine de dirigeants et d’organisations autochtones ont écrit la semaine dernière au commissaire de la NFL, Roger Goodell, pour lui demander de mettre fin immédiatement à l’utilisation du nom par l’équipe de Washington. Goodell, qui répond aux questions sur le sujet depuis des années, a confié qu’il soutenait la révision.

Les protestations contre le nom datent de l’achat de l’équipe par Snyder en 1999 et, jusqu’à présent, il n’avait montré aucune volonté d’envisager un changement. Les pressions des commanditaires — y compris d’une entreprise dirigée par un actionnaire minoritaire de l’équipe — ont changé la donne.

Plus tôt ce mois-ci, FedEx est devenu le premier commanditaire à annoncer qu’il avait demandé à l’organisation de changer de nom, ce qui est particulièrement important, car le président-directeur général Frederick Smith possède une partie de l’équipe. FedEx a également déboursé 205 millions US pour les droits de dénomination à long terme du stade de l’équipe à Landover, au Maryland.

Le bail du FedEx Field expire en 2027, et l’abandon du nom ouvre diverses possibilités au Maryland, en Virginie et à Washington pour le nouveau stade et les quartiers généraux de l’équipe. La mairesse du District de Columbia, Muriel Bowser, a déclaré que le nom était un « obstacle » à la construction de Snyder sur l’ancien site du stade RFK, lequel est considéré comme sa préférence.

Bowser a déclaré qu’elle applaudissait ce changement de nom, mais qu’il y avait toujours des obstacles à surmonter avant que l’équipe ne revienne du Maryland.

« Oui, nous désirons ce changement de nom et un changement de lieu, a-t-elle dit. L’équipe de Washington mérite de jouer à Washington. »

L’équipe, dont le nom lui a été attribué en 1933, alors qu’elle évoluait toujours à Boston, a récemment commencé à couper les ponts avec son fondateur raciste George Preston Marshall, en retirant son nom du Ring of Fame et en renommant une section du FedEx Field en l’honneur du premier joueur noir de l’équipe, le défunt membre du Temple de la renommée Bobby Mitchell.

Marshall, qui a rebaptisé les Braves de Boston du nom des Redskins en 1933 et l’a transféré à D. C. quatre ans plus tard, était un ségrégationniste et a été le dernier propriétaire de la NFL à intégrer les Noirs à son équipe. Le logo actuel montre le profil d’un Amérindien au visage rouge avec des plumes dans les cheveux.

Après des jours de gloire avec les conquêtes du Super Bowl en 1982, 1987 et 1991 sous la tutelle de l’entraîneur Joe Gibbs, Washington n’a disputé que cinq matchs éliminatoires en 21 ans et n’a aucune victoire depuis 2005. L’équipe ne compte aucune grande vedette depuis la brève gloire de Robert Griffin III et le calendrier cette saison ne comporte aucun match aux heures de grande écoute.

La recherche d’un nouveau nom et d’un nouveau logo — et peut-être les mêmes couleurs bordeaux et or — jumelée au transfert des opérations football à Rivera pourrait être un atout pour Snyder sur le terrain et à l’extérieur. Même si une partie des partisans s’opposent au changement de nom en raison de la tradition, gagner compenserait largement.