Quelques heures après l’annonce de la Ligue canadienne de football (LCF) de repousser l’ouverture des camps d’entraînement, les Alouettes de Montréal ont annoncé à leur tour qu’ils procédaient à des mises à pied temporaires.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Certains employés administratifs et d’autres des opérations football seront ainsi temporairement mis à pied à compter du lundi 6 avril. Les Alouettes ont toutefois indiqué que ces gens conserveront leurs liens d’emploi avec l’organisation et continueront de bénéficier des assurances collectives et des autres avantages sociaux.

« La situation dans laquelle nous sommes tous plongés nous force à prendre des mesures importantes. Nous souhaitons de tout cœur que la situation s’améliore le plus rapidement possible, afin que nos valeureux employés puissent regagner nos rangs », a commenté le président des Alouettes, Mario Cecchini, par voie de communiqué.

Dans ce même communiqué de presse, les Alouettes ont précisé que la majorité de leurs employés demeuraient en poste afin d’assurer le bon fonctionnement de l’organisation afin qu’elle soit prête pour l’éventuel début de la saison.

Lundi matin, la LCF a confirmé que les camps d’entraînement de ses neuf équipes ne s’amorceraient pas à la mi-mai comme c’était prévu. Les recrues pouvaient normalement se rapporter à leur équipe respective à compter du 11 mai, alors que les camps d’entraînement officiels devaient débuter le 17 mai. Aucune nouvelle date pour l’ouverture n’a été établie pour l’instant.

« La pandémie que nous vivons en ce moment et les directives qui en découlent imposées par les différents gouvernements font qu’il n’est pas sécuritaire de mettre en branle les actions nécessaires pour rassembler nos athlètes et nos entraîneurs comme prévu », a commenté le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, dans un communiqué de presse.

Jusqu’à maintenant, la LCF n’a toutefois pas repoussé la date de son repêchage canadien annuel, qui est le jeudi 30 avril. La séance de repêchage ne devrait pas poser de risque puisque les organisations la font toujours à distance. La saison régulière doit quant à elle débuter le 11 juin.

« En ce qui concerne la suite des choses, nous sommes à la merci des responsables de la santé publique, des avis, puis des directives qui sont émis à la population. Nous savons très bien que leur échéancier est dicté par l’évolution de la propagation du virus. D’autres décisions seront prises lorsqu’elles devront l’être et nous les rendrons publiques dès que ce sera possible. »

Ambrosie a cependant indiqué que la ligue avait encore bon espoir qu’il y ait une saison en 2020.

« À la LCF, nous sommes des pragmatiques optimistes. Notre pragmatisme nous fait réaliser, à contrecœur, que les camps d’entraînement ne pourront pas s’amorcer comme prévu. Mais notre optimisme demeure bien vivant : nous continuons de croire qu’il y aura une saison de la LCF et qu’il y aura un match de la Coupe Grey. »

L’Association des joueurs de la LCF a également commenté le report des camps d’entraînement, lundi, par voie de communiqué.

« La santé, la sécurité et le bien-être de tous nos joueurs sont notre priorité en cette période de grande incertitude. Et bien que ce ne soit pas une décision facile de reporter les camps d’entraînement, c’était dans le meilleur intérêt de nos joueurs, leurs familles, les partisans et tous ceux qui font partie de notre sport », a commenté Brian Ramsay, le président de l’association.

L’association des joueurs a également précisé qu’elle travaillait étroitement avec la LCF depuis la mi-mars afin d’évaluer les différents scénarios en vue de la prochaine saison, ce qu’elle continuera de faire. « Nous communiquons quotidiennement avec la LCF afin d’anticiper tous les scénarios possibles », a commenté Ramsay.