(MIAMI) Pendant que Laurent Duvernay-Tardif et les Chiefs célébreront leur victoire du Super Bowl à Kansas City au cours des prochains jours, les 49ers de San Francisco repasseront le match dans leur tête en se demandant ce qu’ils auraient pu faire de différent pour ajouter un sixième trophée Lombardi à leur collection.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Même si l’écart final de 11 points (31-20) a été substantiel, le 54e Super Bowl a été chaudement disputé, la preuve étant bien sûr que ce sont les Niners qui menaient par 10 points au milieu du 4e quart.

Une fois leur grande déception passée, les 49ers pourront être encouragés par rapport à ce qui s’en vient pour leur équipe, et ce, pour plusieurs raisons. Ils pourront également être très fiers du travail accompli. Personne ne s’attendait à les voir en finale ni à une saison de 13-3 comme celle qu’ils ont connue.

Kyle Shanahan et les équipes dont il faisait partie ont maintenant laissé filer une bonne avance au Super Bowl à deux occasions. L’entraîneur-chef des 49ers était le coordonnateur offensif des Falcons d’Atlanta lorsqu’ils ont gaspillé une avance de 25 points et perdu le Super Bowl contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, il y a trois ans.

Cela dit, Shanahan est l’un des bons jeunes entraîneurs de la NFL et devrait le rester pour au moins la prochaine décennie. Et on pourrait essentiellement dire la même chose du directeur général John Lynch, qui a construit une excellente formation en très peu de temps.

Il ne manque pas grand-chose pour compléter le casse-tête chez les 49ers.

Avec des joueurs comme Nick Bosa, DeForest Buckner et Fred Warner, entre autres, le jeune « front seven » des Niners est l’un des cinq meilleurs de la NFL. Jimmie Ward et Jaquiski Tartt forment également une bonne paire de demis de sûreté, et c’est en partie grâce à eux si le jeu aérien des Chiefs a eu de la difficulté à se mettre en marche jusqu’au milieu du quatrième quart, dimanche soir.

Il y a toutefois du travail à faire sur les demis de coin. C’est maigre derrière Richard Sherman, et le vétéran a connu un match difficile contre les Chiefs. Il a notamment accordé un long gain à Sammy Watkins le long des lignes de côté et Tyreek Hill l’a fait mal paraître à quelques reprises grâce à sa vitesse et à son agilité. Les Niners devront ajouter au moins un autre demi de coin de premier plan durant la saison morte.

« On doit retourner au travail. Nos joueurs savent maintenant comment on se sent après avoir perdu un Super Bowl. Ils savent également ce que ça prend pour le gagner à présent », a dit Sherman.

Et Jimmy G ?

Jimmy Garoppolo est loin d’avoir joué un mauvais match à Miami. Mais il n’a toujours pas répondu à la question que tout le monde se pose : est-il un quart-arrière d’élite ou non ?

N’oublions pas que Jimmy G n’a même pas encore 30 départs d’expérience dans la NFL. Il a un contrat pour les trois prochaines saisons avec San Francisco et devrait normalement être en mesure d’élever son niveau de jeu d’un cran.

Les 49ers ont un bon groupe de porteurs de ballon, une ligne offensive solide, même si l’ajout d’un bon garde ne serait pas de trop, et deux excellents joueurs en Deebo Samuel et George Kittle.

En contrepartie, Emmanuel Sanders pourrait obtenir son autonomie en mars et, même s’il est de retour avec l’équipe, l’unité des receveurs doit être améliorée avec une ou deux acquisitions sur le marché des joueurs autonomes ou au repêchage.

Rois de l’Américaine

Du côté des Chiefs, on parle possiblement du tout début d’une période de domination dans la Conférence américaine. Aucune équipe ne semble prête à les concurrencer dans leur division, et il n’y a qu’une poignée de clubs dans les trois autres de la conférence qui semblent pouvoir réellement les menacer pour le titre.

L’entraîneur-chef Andy Reid ne semble pas près de la retraite, bien au contraire. Les Chiefs comptent sur plusieurs receveurs faisant partie de la crème, une ligne offensive avec de bons joueurs, dont Duvernay-Tardif, et une défense qui a été la grande surprise du Super Bowl LIV.

PHOTO STEVE MITCHELL, USA TODAY SPORTS

Patrick Mahomes, des Chiefs de Kansas City

Surtout, les Chiefs ont Patrick Mahomes. Le quart-arrière a démontré qu’il était sans contredit le meilleur joueur de la NFL au quatrième quart du Super Bowl. Aucun doute, les Chiefs feront partie de la discussion pour retourner en grande finale pour au moins les deux ou trois prochaines années.

« Vous remportez un titre, puis vous voulez remporter le prochain. Mais on doit garder les choses en perspective. On va savourer ce championnat pendant un certain temps, puis on va se remettre au boulot pour le prochain », a commenté Reid.

Les Chiefs n’ont peut-être même pas encore atteint leur apogée en tant qu’équipe, ce qui n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour les 31 autres de la NFL.