(Miami) Les Chiefs de Kansas City sont favoris pour remporter le Super Bowl de ce dimanche soir contre les 49ers de San Francisco par un écart de 1,5 point. Un faible avantage attribuable au fait que les Chiefs auront le meilleur joueur sur le terrain au Hard Rock Stadium.

Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Festival offensif en perspective

Patrick Mahomes a été encensé toute la semaine à Miami. Mahomes est le meilleur quart-arrière de la NFL et devrait l’être pour plusieurs années encore. Les anciens joueurs et analystes Kurt Warner et Michael Irvin font partie de ceux qui estiment qu’il est très possiblement le quart le plus doué de l’histoire du sport.

Après des premiers quarts plus difficiles, l’attaque des Chiefs a marqué des points à profusion lors de ses deux premières rencontres éliminatoires. Lorsqu’elle s’est mise en marche, il n’y avait rien pour l’arrêter. L’unité du coordonnateur Eric Bieniemy devra être aussi bonne pour vaincre les 49ers, une équipe qui n’a aucune faiblesse marquée.

PHOTO WILFREDO LEE, ASSOCIATED PRESS

La défense des 49ers repose en grande partie sur les épaules de la recrue Nick Bosa.

S’il y a des doutes quant à l’une des unités qui prendront part au Super Bowl LIV, c’est la défense des Chiefs. Sera-t-elle en mesure d’arrêter le jeu au sol dominant des 49ers ? Et si elle y parvient, restera-t-il suffisamment d’effectifs dans les zones intermédiaires et profondes pour empêcher George Kittle, Deebo Samuel et Emmanuel Sanders d’obtenir de longs gains ?

Les gens doutent de notre défense depuis le début de la saison. Et c’est pour cette raison qu’on a encore un goût amer en bouche. On aime la pression de devoir élever notre niveau de jeu et ça fait notre affaire qu’il y ait encore des gens qui doutent de nous. Ça nous donne une petite motivation supplémentaire.

Chris Jones, plaqueur chez les Chiefs de Kansas City

Une reconstruction signée Spagnuolo

Le système défensif des Chiefs et la très grande majorité du personnel en défense ont changé depuis la saison dernière. Le nouveau coordonnateur Steve Spagnuolo a transformé l’unité. Sans surprise, la défense s’est améliorée tout au long de la saison et les morceaux semblent s’être mis en place un à la fois.

PHOTO KIRBY LEE, USA TODAY SPORTS

George Kittle, des 49ers, et Travis Kelce, des Chiefs, seront au cœur des jeux à l’attaque de leur club respectif.

Il y a de très bons joueurs au sein de la défense de Kansas City. Jones, le chasseur de quarts Frank Clark, le demi de sûreté Tyrann Mathieu. Mais il y a également plusieurs joueurs moyens ou inférieurs à la moyenne.

L’entraîneur-chef des Niners, Kyle Shanahan, est peut-être le coach offensif le plus brillant de la NFL actuellement. Il aura eu deux semaines pour trouver des façons d’exploiter les faiblesses de cette défense. Que ce soit au sol avec Raheem Mostert et les autres demis, ou encore par la voie des airs avec Jimmy Garoppolo.

Il sera donc essentiel pour les Chiefs que leur attaque performe à un très haut niveau et ça commence avec Laurent Duvernay-Tardif et la ligne offensive. Si Mahomes obtient le temps et la protection nécessaires, l’arsenal à sa disposition pourrait être une trop grosse commande pour la défense des 49ers, même si elle a terminé au premier rang de la NFL pour les verges accordées par la passe.

Sauf que la ligne offensive des Chiefs sera opposée à un front défensif qui compte cinq anciens choix de premier tour dans ses rangs : Joey Bosa, DeForest Buckner, Arik Armstead, Dee Ford et Solomon Thomas.

C’est sûr que c’est un gros défi. C’est une ligne défensive qui a du talent à toutes les positions et qui joue très bien collectivement.

Laurent Duvernay-Tardif

Le garde sait également que les 49ers pourraient gagner le temps de possession par une bonne marge si leur jeu au sol est aussi bon que d’habitude.

« Ce n’est pas tant le temps de possession qui importera. On devra marquer des points à toutes nos séries, même si elles sont courtes. Si on a six possessions du ballon au cours du match, il faudra marquer six fois », a dit Duvernay-Tardif.

Pour Andy Reid

Dans une partie qui pourrait fort bien se décider dans les dernières minutes ou même dans les dernières secondes, les revirements risquent d’être encore plus déterminants qu’ils ne le sont normalement. Ça pourrait se jouer là et dame chance est souvent un facteur important dans cet aspect du jeu, comme on le sait.

PHOTO DAVID J. PHILLIP, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Si les Chiefs remportent le Super Bowl, Patrick Mahomes sera certainement l’un des artisans de cette victoire.

Alors, qui gagnera le 54e Super Bowl ? Sur papier, les 49ers ont un peu plus de talent, ou à tout le moins une équipe mieux équilibrée. Si l’une des deux équipes remporte le match assez facilement, ce sera probablement San Francisco.

Mon choix pour remporter le Super Bowl avant le début de la saison était Kansas City, et quelques éléments me poussent à rester fidèle à celui-ci. Il y a bien sûr le facteur Mahomes et la présence de Duvernay-Tardif chez les Chiefs. Surtout, un entraîneur qui a connu une carrière comme celle d’Andy Reid mérite de savourer une victoire au Super Bowl, ce qu’il n’a jamais fait. Courte victoire in extremis pour les Chiefs.

Notre prédiction : 49ers de San Francisco 33, Chiefs de Kansas City 34

Le fleurdelisé sur le terrain ?

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE 

Si les Chiefs remportent le Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif pourrait fièrement brandir le fleurdelisé sur le terrain.

Il ne faut jamais tenir la victoire pour acquise, et c’est d’autant plus vrai contre les Niners… Mais si les Chiefs remportent le Super Bowl, vous verrez sûrement le fleurdelisé sur le terrain. C’est François Legault qui l’a envoyé à Laurent Duvernay-Tardif au cours des derniers jours, avec la complicité d’un ami du footballeur-docteur. Le premier ministre a d’ailleurs signé le drapeau que le numéro 76 pourrait brandir fièrement… à condition de toucher au trophée Vince-Lombardi. À suivre !

— Tommy Chouinard, La Presse