Les Dinos de Calgary ont remporté dimanche à Québec la 55e Coupe Vanier en prenant la mesure des Carabins de l’Université de Montréal, 27-13. Menés par le quart-arrière montréalais Adam Sinagra, les Dinos ont mis fin à une série de trois défaites consécutives à Québec pour remporter leur cinquième Coupe Vanier, la première depuis 1995.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

« C’est une sensation incroyable d’être enfin un champion, a souligné le joueur de Pointe-Claire après le match. Ça ne m’était jamais arrivé depuis que je joue au football et ça faisait 25 ans que les Dinos n’avaient pas remporté la Coupe Vanier. Je dédie cette victoire à tous les Dinos, nos partisans ici et à Calgary, les anciens du programme, tous ceux qui attendent ce titre depuis si longtemps.

« C’est un privilège de pouvoir être un étudiant-athlète et d’avoir la chance de faire partie d’une équipe comme celle-ci. Mes années à Calgary m’ont vraiment changé. Elles ont fait de moi une meilleure personne, un adulte prêt à travailler fort, à affronter la vie. »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le quart-arrière étoile des Dinos, Adam Sinagra

Celui qui disputait son dernier match au football universitaire a complété des passes de touché à Jalen Philpot (13 verges) et Hunter Karl (9 verges), en plus de totaliser des gains de 292 verges (22 passes complétées en 28 tentatives).

Philpot a été la vedette offensive du match avec 116 verges de gains en quatre réceptions. Son frère jumeau Tyson a lui-aussi réussi quatre réceptions, dont une très importante en fin de match qui a permis aux Dinos de repousser les Carabins très loin dans leur territoire et de confirmer leur victoire.

Robinson Rodrigues a ajouté un touché sur une course de cinq verges en toute fin de match et le botteur Niko DiFonte a ajouté deux placements.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le quart arrière des Carabins, Dimitri Morand

Les Carabins, qui avaient remporté le titre en 2014, n’avaient pas affronté une attaque aussi forte que celle des Dinos cette saison et ils ont dû le affaire en l’absence de deux pièces maîtresses de leur défense après les blessures de Marc-Antoine Dequoy et Jean-Philippe Lévesque en première demie.

L’entraîneur-chef des Carabins, Danny Maciocia n’a pas voulu se servir des blessures comme excuse. « Les Dinos ont bien joué, ils ont confirmé tout le bien qu’on avait dit d’eux cette semaine, a-t-il insisté. Aujourd’hui, c’était la meilleure équipe sur le terrain. Il nous manquait quelques éléments, mais les jeunes qui ont pris la relève ont bien compétitionné et je suis fier de mes joueurs.

« Nous avions un bon plan, malheureusement, nous n’avons pu l’exécuter comme nous l’aurions voulu. Ils ont réussi quelques jeux de plus que nous et ça explique la différence au tableau. N’eût été une série à la fin de la première demie-quand notre maraudeur a perdu le ballon dans les airs-et une couple de séries en deuxième demie, nous aurions été en mesure de rivaliser avec eux.

« Nous avons eu de belles courses, des opportunités de lancer le ballon profondément, des situations de "un contre un", mais malheureusement, ce sont eux qui ont réussi les quelques jeux de plus qui ont fait la différence. »

L’attaque des Carabins était privée du quart Frédéric Paquette-Perrault, blessé la semaine dernière à la Coupe Uteck. Maciocia a indiqué que l’équipe savait depuis quelques jours déjà qu’il ne serait pas en mesure de jouer, mais qu’on avait préféré garder l’incertitude sur l’identité du quart partant.

C’est Dimitri Morand qui a dirigé l’attaque. Brillant la semaine dernière, il n’a pu répéter ses exploits devant les Dinos. L’étudiant-athlète de troisième année n’a pas mal fait dans les circonstances, avec des gains par la passe de 253 verges (21 en 38), mais les Carabins n’ont marqué qu’un touché, sur une course d’une verge de Reda Malki. Louis-Philippe Simoneau a ajouté deux placements.

« On savait ce qui nous attendait, a expliqué Morand. Ils ont de très bons athlètes en défense et ils ont réussi de gros jeux. Je pense qu’on a quand même réussi à bien établir notre jeu au sol au début du match. Ils se sont ajustés par la suite et on n’a pas réussi à profiter de nos chances. »

Une foule de 8376 spectateurs a assisté au match, la plus petite en six présentations de la Coupe Vanier à Québec. Comme on s’y attendait, les deux équipes ont reçu un appui semblable, la vieille rivalité entre les Carabins et les Rouge et Or de Laval ayant amené plusieurs spectateurs locaux à se ranger du côté des Dinos !

ILS ONT DIT

Wayne Harris : L’entraîneur-chef des Dinos est avec l’équipe depuis près de 40 ans. « J’étais là lors de notre dernière victoire en Coupe Vanier (en 1995) et c’est une sensation incroyable d’en obtenir une autre après toutes ces années. Nous avions une équipe exceptionnelle cette saison, avec des joueurs prêts à faire les sacrifices pour gagner. Adam (Sinagra) a été un grand leader, comme il l’a montré aujourd’hui, et tous nos joueurs ont suivi son exemple. Les Carabins avaient une bonne équipe, avec des joueurs très talentueux, et ils nous ont donné une vive opposition.

« Nous avions perdu trois fois d’affilée à Québec, mais les gens de l’Université Laval nous ont accueillis à bras ouverts cette semaine et nous tenons à les remercier pour l’organisation de cette Coupe Vanier. Les gens de Québec sont parmi les meilleurs partisans de football au Canada et nous sommes heureux d’avoir enfin pu leur offrir une performance gagnante ! »

Carl Chabot : La recrue a été le meilleur joueur des Carabins avec pas moins de 318 verges de gains par la passe (126 verges en neuf réceptions) et sur les retours de botté (190 verges). « C’était le match le plus important de la saison et on a tout laissé sur le terrain. Malheureusement, on n’a pas obtenu le résultat que nous voulions et nous sommes très déçus. On avait un bon plan match. On savait qu’il fallait battre nos couvreurs dans les situations de ‘un contre un’et je pense qu’on l’a fait, mais pas assez souvent… »

Brian Harelimana : Le secondeur étoile a été au cœur de la défense des Carabins, réussissant une interception qui aurait pu changer l’allure du match. « On s’est battu jusqu’au bout. Les gars qui ont remplacé les blessés ont fait du très bon travail, mais la meilleure équipe a gagné aujourd’hui. Leur quart (Adam Sinagra) a toujours placé le ballon où il devait et les jumeaux Philpot ont été excellents. »