Les Carabins de l’Université de Montréal se sont qualifiés samedi pour la finale de la Coupe Vanier grâce à une victoire de 38-0 sur les Axemen d’Acadia, à Wolfville en Nouvelle-Écosse.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Largement favoris, les Carabins ont pourtant dû faire preuve de patience devant une formation qui n’avait pas encore perdu cette saison et dans des conditions rendues difficiles par le froid et de forts vents qui atteignaient parfois 50 km/h.

Il a fallu attendre la deuxième demie pour voir les Montréalais prendre un avantage significatif et s’assurer la Coupe Uteck. « Ce n’était vraiment pas évident aujourd’hui, mais les joueurs ont fait ce qu’il fallait, particulièrement en deuxième demie, et on a trouvé la façon d’aller gagner ce match », a souligné l’entraîneur-chef Danny Maciocia en entrevue.

Après avoir dû se contenter de deux placements et d’un simple dans les 30 premières minutes de jeu, Les Carabins ont marqué 31 points en cinq séquences consécutives à partir du troisième quart.

Le quart Dimitri Morand, appelé en relève à Frédéric Paquette-Perrault en fin de première demie, a joué son meilleur match de la saison. Il a d’ailleurs réussi le premier touché de son équipe, sur une course d’une verge, avant de compléter une passe de touché de 23 verges à Kevin Kaya.

La défense des Carabins, dominante tout au long du match, a ensuite provoqué trois revirements d’affilée. Une interception spectaculaire de Jean-Sébastien Belisle a d’abord mené à un autre placement de Louis-Philippe Simoneau. Un échappé de Dale Wright a ensuite été récupéré par Benoit Marion et il a suffi de trois jeux en attaque pour mener au touché de Reda Malki, sur une course de 16 verges.

Les Carabins ont tout de suite récupéré le ballon et Malki a en a profité pour réussir un autre touché, cette fois sur une course de quatre verges. Souvent blessé au cours des dernières saisons, l’étudiant de troisième année a gagné 160 verges en 15 courses, une performance qui a fait oublier l’absence du demi Ryth-Jean Giraud.

« J’attendais un moment comme ça pour montrer que j’étais bien de retour et que je pouvais aider l’équipe, a raconté Malki. On avait un bon plan de match et la ligne offensive a fait un gros travail devant moi. Les conditions n’étaient pas faciles, mais c’était quand même moins pire qu’à Montréal ! »

PHOTO ANDREW VAUGHAN, LA PRESSE CANADIENNE

Frédéric Paquette-Perrault

L’entraîneur-chef Danny Maciocia insistait cette semaine sur l’importance d’établir l’attaque au sol et ses joueurs ont totalisé pas moins de 276 verges en 42 courses. « Avec le vent, c’était vraiment primordial aujourd’hui et les joueurs ont répondu à l’appel », a-t-il souligné.

« Il faut aussi lever notre chapeau à Dimitri. Même quand il a cédé sa place à Frédéric (en fin de saison régulière), il est resté un grand meneur dans le vestiaire, un coéquipier modèle. Il s’est toujours préparé comme s’il était le partant et aujourd’hui, il était prêt quand nous avons fait appel à lui. »

Contre Calgary

Les Carabins disputeront donc la Coupe Vanier, samedi prochain à Québec. Ils affronteront les Dinos de Calgary, vainqueurs samedi de la Coupe Mitchell, 30-17, face au Marauders de McMaster. Ce sera le tout premier match entre les deux équipes.

Les Dinos sont menés par le quart montréalais Adam Sinagra, un ancien du cégep John-Abbott. Ils ont remporté quatre fois la Coupe Vanier, la dernière en 1995. Ils ont perdu quatre finales depuis, les trois dernières contre le Rouge et Or de Laval.

De leurs côtés, les Carabins en seront à leur troisième finale nationale en six ans. Ils ont remporté leur seul titre en 2014, à Montréal contre McMaster, avant de s’incliner l’année suivante à Québec contre les Thunderbirds de UBC.

La blessure de Paquette-Perrault, qui avait excellé samedi dernier en finale provinciale contre le Rouge et Or, pourrait priver les Montréalais d’un atout important, mais la performance de Morand laisse espérer que l’attaque puisse continuer au même rythme.

En plus de quelques entraîneurs, trois joueurs des Carabins — Belisle, Simoneau et Maxime Joubert — étaient déjà là en 2015. « C’est sûr qu’on voulait avoir la chance de jouer une autre Coupe Vanier, a souligné Jean-Sébastien Belisle. On a vraiment un groupe incroyable cette saison et c’est bien de penser qu’on va pouvoir aller jusqu’au bout. »

De son côté, Maciocia a rappelé : « C’était un de nos objectifs en début de saison de retourner au match de la Coupe Vanier. On doit être fier de cet accomplissement et du travail réalisé pour s’y rendre, par les joueurs et les entraîneurs, mais aussi par toute la communauté de l’Université de Montréal.

“Mais il nous reste encore un match, il ne faut pas l’oublier, et il y a beaucoup de travail de préparation qui nous attend dès demain matin. »

Les Carabins sont rentrés à Montréal samedi soir et ils reprendront l’entraînement en début de semaine. L’équipe se rendra à Québec jeudi pour le début des activités de la Coupe Vanier.

Samedi prochain : Finale de la Coupe Vanier, Calgary c. Montréal, Stade du PEPS à Québec, 13 h