Mine de rien, les Carabins de l’Université de Montréal présentent une fiche gagnante (3-2) depuis cinq ans en finale de la Coupe Dunsmore face au Rouge et Or de Laval. Et Gabriel Cousineau a joué un rôle déterminant dans chacune des trois victoires.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Celui qui était quart-arrière des Carabins en 2014 et 2015 est aujourd’hui le coordonnateur de l’attaque de l’équipe. Samedi dernier à Québec, il a orchestré avec Anthony Calvillo et leurs adjoints un plan de match qui a permis à l’attaque des Bleus de connaître son meilleur match de la saison, juste au bon moment. Jamais les Carabins n’avaient marqué autant de points à Québec.

Très critiqué toute la saison avec Calvillo, le responsable des quarts-arrières, Cousineau a toujours gardé le cap. Samedi dernier, un peu à l’écart pendant que les joueurs célébraient sur le podium, les responsables de l’attaque savouraient leur revanche.

« On ne s’est jamais découragés, a assuré Cousineau. On a continué à travailler, sans vraiment procéder à de gros changements. C’est sûr que l’arrivée de Frédéric Paquette-Perrault [au poste de quart, en fin de saison] nous a donné un regain de confiance et d’énergie. Depuis qu’il est là, ça va super bien. »

Séduisant sur papier, l’ajout de Calvillo au personnel d’entraîneurs des Carabins a nécessité une période d’adaptation. Celui qui est au Temple de la renommée du football est d’ailleurs le premier à le reconnaître. 

J’ai dû m’ajuster aux jeunes avec qui je travaillais, bien comprendre ce que j’étais en mesure de leur demander.

Anthony Calvillo

« Le football n’est pas facile, a poursuivi Calvillo, jeudi, en entrevue. Quand nous avons eu des ennuis en attaque au début de la saison, nous nous sommes demandé avec les autres entraîneurs ce qu’on pouvait faire pour aider nos joueurs, pour ne pas exiger d’eux des objectifs irréalistes.

« Je ne vais pas sur les médias sociaux, je ne l’ai jamais fait, mais les gens étaient en droit d’en attendre davantage de notre attaque. Ça fait partie du sport. Mais le plus important est ce qui se passe dans le vestiaire, le respect que nous avons des joueurs. Nous avons tous consacré beaucoup d’heures à trouver des solutions, les gens ne le voient pas toujours. »

Bon plan de match, exécution parfaite

L’entraîneur-chef Danny Maciocia a assuré après le match que sa confiance envers les responsables de l’attaque était restée intacte, malgré leurs déboires tout au long de la saison régulière. N’empêche, il était difficile de prévoir l’explosion offensive qui a permis à l’équipe de filer avec la Coupe Dunsmore.

« On savait que ce ne serait pas un seul joueur qui allait gagner ce match pour nous et l’objectif était que tous les joueurs touchent au ballon en attaque, a souligné Cousineau. On voulait aussi rester sur le terrain. On a une grosse défense, qui a été incroyable cette saison, et on voulait lui permettre de rester fraîche afin qu’elle puisse neutraliser l’attaque du Rouge et Or. Nous avons réussi deux très longues séquences en première demie et, surtout, nous avons réussi à marquer les premiers. »

Calvillo insiste sur le travail accompli par tous les responsables de l’attaque : « Mathieu [Pronovost, responsable de la ligne offensive] et Jason [Hogan, responsable des porteurs de ballon] s’occupent plus du jeu au sol; Gab [Cousineau] et moi supervisons plus le jeu aérien. Mais nous travaillons ensemble au plan de match et nous avons constamment ajusté celui-ci en fonction des progrès de l’attaque, de nos adversaires. »

Les Carabins avaient bien préparé leur coup à Québec. « Nous avions vraiment un très bon plan de match, mais il n’était pas facile, a expliqué Cousineau. Nous avions décidé de sortir un peu de notre zone de confort pour surprendre nos rivaux. Les gars ont vraiment pris les bouchées doubles pour s’approprier ce plan et ils étaient prêts. »

Ne penser qu’au prochain match

L’objectif sera le même samedi contre Acadia. Cousineau a joué deux fois en Coupe Vanier et il sait que l’opposition sera très forte, dès la demi-finale.

On a encore un gros match devant nous. Les Axemen sont invaincus cette saison et ils ont joué un très bon match contre Bishop’s.

Gabriel Cousineau, coordonnateur de l’attaque des Carabins

« On veut continuer sur notre élan. Ce voyage dans les Maritimes va être une belle expérience pour les joueurs et je pense que ce sera très bon pour l’équipe. Dans les matchs de cette importance, l’exécution est primordiale. On a été presque parfaits contre le Rouge et Or. Il va falloir l’être encore si on veut vaincre Acadia et avoir la chance de jouer pour la Coupe Vanier. »

Anthony Calvillo a lui aussi joué plusieurs matchs importants au cours de sa carrière, mais il avoue avoir été surpris par la réaction de ses joueurs samedi dernier à Québec. « Je connais l’histoire de la rivalité contre Laval, mais c’était ma première Coupe Dunsmore et j’ai vraiment été impressionné par l’excitation et la joie de nos joueurs après le match. C’était très spécial à voir et à vivre. »

Les Carabins ne risquent-ils d’ailleurs pas de manquer de motivation pour les éliminatoires nationales ? « Pas avec Danny [Maciocia] », répond Calvillo. Depuis le début du camp d’entraînement, il insiste toujours sur l’importance de ne penser qu’à un match, chaque semaine. « Ce qu’on a fait à Québec ne veut plus rien dire. Nous avons un match à jouer samedi et il va falloir le gagner. »

En 2014, quand les Carabins ont gagné leur seule Coupe Vanier, l’adversaire était McMaster, une équipe qui disputera l’autre demi-finale, samedi, à Calgary. « Ce serait intéressant de les affronter à nouveau, a noté Cousineau, mais on n’est pas encore rendus là ! Pour l’instant, on ne pense qu’au match à Acadia. »

Samedi
Coupe Uteck : Montréal c. Acadia, à Wolfville (N.-É.), 13 h
Coupe Mitchell : McMaster c. Calgary, à Calgary, 15 h

Une finale surprise au Bol d’Or

C’est ce week-end que sont disputées les finales du football collégial et juvénile au RSEQ dans le cadre du traditionnel Bol d’Or au cégep de Thetford. On aura droit à une finale surprise en division 1 collégiale puisque ce sont Vanier et Champlain-Lennoxville, les équipes classées cinquième et septième en saison régulière, qui s’affronteront. Les Cheetahs ont aisément défait CNDF, 31-9, la semaine dernière en demi-finale à Vanier, alors que les Cougars sont allés surprendre le Vieux Montréal, 31-2, dans un match à sens unique. Quatre autres finales sont prévues à compter de ce soir.

Les affrontements

Collégial D2 : John-Abbott c. Édouard-Montpetit, vendredi, à 19 h

Juvénile 1B : Collège Bourget c. Séminaire Saint-Joseph, samedi, à 10 h

Collégial D1 : Champlain-Lennoxville c. Vanier, samedi, à 15 h

Collégial D3 : Jonquière c. Saint-Hyacinthe, samedi, à 20 h

Juvénile 1 : Collège Saint-Jean-Eudes c. Collège Charles-Lemoyne, dimanche, à 13 h

Tous les matchs sont disputés au cégep de Thetford