L’attaque des Carabins de l’Université de Montréal s’est finalement mise en marche, hier après-midi, au stade Percival-Molson, et l’équipe s’est aisément imposée, 34-4, devant la formation de McGill.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Le match proposait un duel entre deux quarts-arrières prénommés Dimitri, et c’est celui des Carabins, Dimitri Morand, qui a eu le dessus. Après deux matchs difficiles, l’attaque a récolté des gains de 430 verges. Et n’eût été une série de cinq revirements en début de match, le pointage aurait été encore bien plus sévère pour les hôtes.

« Il y a quand même beaucoup de positif à retenir de ce match, a estimé Morand. Depuis le début de la saison, on s’est améliorés chaque semaine et je crois qu’on a montré beaucoup de caractère dans l’adversité. Je crois que cela va nous servir plus tard dans la saison et dès la semaine prochaine, contre le Rouge et Or.

« Cela dit, on ne peut pas se permettre de commencer nos matchs comme on l’a fait aujourd’hui. [Les joueurs de McGill] ont une bonne défense, mais nous leur avons donné tous leurs gros jeux. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Après deux matchs difficiles, l’attaque des Carabins de l’Université de Montréal, dirigée par Dimitri Morand (à gauche), a récolté des gains de 430 verges.


[Sans] les cinq ou six erreurs que nous avons commises en première demie, on aurait mis beaucoup plus de points au tableau.

Dimitri Morand, quart-arrière des Carabins

Morand a complété 25 passes en 32 tentatives, dont une pour un touché à Antoine Chabot. Raphaël Major-Dagenais a quant à lui réussi sept réceptions et pas moins de six joueurs ont attrapé au moins une passe.

La défense s’impose

De l’autre côté du ballon, la défense des Bleus a encore offert une performance impressionnante en limitant Dimitrios Sinodinos et l’attaque de McGill à seulement une verge de gain au sol et un total de 163 verges.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Hier après-midi, au stade Percival-Molson, la défense des Carabins de l’Université de Montréal a limité les joueurs de l’Université McGill à seulement une verge de gain au sol et un total de 163 verges.

La défense a aussi contribué au pointage, quand Samuel Rossi a réussi une interception, avant d’effectuer une passe latérale à son coéquipier Redha Kramdi, qui a couru jusque dans la zone des buts, un jeu de 90 verges au total.

« Nous avons vraiment une bonne chimie sur le terrain, a souligné Rossi. Après l’interception, quand j’ai vu que je ne me rendrais pas dans la zone des buts et qu’il n’y avait personne autour de Redha, je n’ai pas hésité une seconde à lui donner le ballon et il est allé marquer ! »

L’entraîneur-chef Danny Maciocia a aussi souligné l’efficacité des unités spéciales, les six placements du botteur Louis-Philippe Simoneau en particulier : « Il en a réussi plusieurs sur de longues distances, mais cela ne me surprend plus de sa part. Après tout ce qu’il a traversé au cours de la dernière année [en luttant contre le cancer], il n’y a pas grand-chose qui l’impressionne. »

Les Carabins auront droit à un test plus sérieux samedi prochain lors de la visite du Rouge et Or de Laval au CEPSUM. Maciocia a d’ailleurs souligné : « Au début, avec les revirements, on a été obligés de nous battre pour garder le pointage serré, mais quand ça a débloqué, on a vu que, quand on joue comme du monde, on est capables de faire de belles choses. Cela dit, il va falloir éliminer les revirements, car il faut payer pour tout ça dans ce que j’appelle la deuxième moitié de la saison, la plus importante ! »

Le Rouge et Or n’a pas été inquiété

À Concordia, le Rouge et Or de Laval a infligé aux Stingers leur troisième défaite d’affilée, 41-6, dans un match où les visiteurs n’ont jamais été inquiétés. L’équipe de l’entraîneur-chef Glen Constantin a rapidement trouvé son rythme cette saison, après le départ de plusieurs vétérans.

Le quart Samuel Chénard a encore offert une performance sans faille, complétant 17 passes en 22 tentatives pour des gains de 201 verges et une passe de touché, à Mathieu Robitaille. Chénard, Vincent Breton-Robert et Luca Perrier ont aussi réussi des touchés sur des courses respectives de 8, 42 et 6 verges.