Vernon Adams fils est le premier à l’admettre : le quart-arrière qu’il est actuellement est à des années-lumière de celui qu’il était à son premier passage avec les Alouettes, en 2016.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Quelques jours après la spectaculaire victoire des Alouettes remportée à Calgary, samedi soir, Adams a parlé des changements qui lui ont permis de s’établir comme un quart partant dans la LCF – ou, du moins, d’être en très bonne voie de le faire.

« La grande différence, c’est sur le plan de la préparation. C’est de cette façon que je peux me distinguer, en travaillant fort sur le terrain et à l’extérieur. Et c’est également de cette façon qu’on gagne la confiance de ses coéquipiers. »

Adams a raconté qu’il passait trop de temps dans les rues de Montréal et pas assez au stade lorsqu’il est arrivé avec l’équipe, il y a plus de trois ans. Il a été échangé aux Roughriders de la Saskatchewan l’année suivante.

« Je suis plus mature. Je faisais beaucoup de folies [wild things] à cette époque. C’est Montréal, j’étais une jeune recrue, et comme on le sait tous, certaines personnes peuvent avoir de la difficulté dans une ville comme celle-ci. Alors je suis heureux que ce soit mon deuxième séjour avec l’équipe, j’ai tiré des leçons du premier. Je suis devenu un vrai quart-arrière professionnel. »

Adams habite à un jet de pierre du Stade olympique. Il arrive habituellement au travail vers 6 h 30 et quitte le stade vers 16 h. « Je vais parfois faire une petite sieste chez moi, puis je reviens faire de l’étude vidéo au stade », précise-t-il.

Samedi soir, Adams a fait fi des deux interceptions qu’il a lancées en première demie, de même que d’une blessure à la cuisse gauche, puis a orchestré la mémorable remontée des Alouettes, qui ont marqué 11 points dans la dernière minute de jeu du quatrième quart avant de finalement vaincre les Stampeders, 40-34, en double prolongation.

Adams a maintenant amorcé et terminé cinq matchs depuis le début de la saison. Il a gagné les quatre derniers, soit les quatre victoires des siens.

En anglais, on appelle ça le it factor. Le petit quelque chose que possèdent les quarts qui trouvent souvent le moyen de gagner des matchs alors qu’ils semblent pratiquement perdus. Adams a manifestement ce petit quelque chose.

« C’est l’une de ses grandes forces, en effet. Certains quarts ont la capacité à mener leur équipe à la victoire, et c’est son cas. Il le faisait dans les rangs universitaires et il le fait maintenant dans les rangs professionnels », a convenu Khari Jones, hier.

L’équipe se sent bien lorsqu’il joue. L’énergie qu’il apporte est très impressionnante.

Khari Jones, entraîneur-chef des Alouettes

Adams sait fort bien qu’il a encore beaucoup de choses à améliorer et à apprendre. Il sait cependant tout autant qu’il peut être un très bon quart-arrière dans la LCF. Cela fait de moins en moins de doute.

« Je ne suis pas le quart le plus grand, le plus doué ou le plus précis de cette ligue. Mais j’ai du cœur. Je me fous éperdument de la force, de la vitesse ou de la taille d’un joueur. Ce qui compte le plus, c’est d’avoir du cœur, et j’en ai beaucoup.

« J’ai assez de talent pour jouer dans cette ligue, je pense. Alors avec un peu de talent, du cœur, de l’intelligence et tous les joueurs étoiles qu’il y a autour de moi, je pense qu’on peut accomplir beaucoup de belles choses. »

Lorsqu’un journaliste lui a demandé s’il croyait pouvoir devenir le meilleur quart-arrière de la LCF, Adams n’a pas hésité : « Je veux devenir le meilleur quart de cette ligue et je le serai un jour. »

Fini pour Loffler

Blessé lors du match à Calgary, Taylor Loffler a reçu de mauvaises nouvelles dans les heures qui ont suivi. Le maraudeur a été victime d’une déchirure du ligament croisé antérieur d’un genou et ne jouera plus en 2019.

« Il sera opéré prochainement et il commencera sa réadaptation. Il a subi la même blessure [à l’autre genou] par le passé et il est revenu au jeu et a connu beaucoup de succès. On espère donc que l’histoire se répétera », a commenté Khari Jones.

C’est un autre joueur canadien, Bo Lokombo, qui s’est entraîné comme maraudeur avec la défense, hier.

« Bo a déjà joué à cette position, alors on veut voir s’il serait à l’aise de le faire à nouveau. Ty Cranston est un autre candidat et Jarnor Jones a occupé ce poste lors de notre dernier match, alors on sait qu’il peut le faire », a indiqué l’entraîneur-chef.

Stanback de retour

William Stanback était quant à lui de retour sur le terrain et s’est dit parfaitement rétabli de la blessure à un talon qu’il a subie le 2 août. « Je me sens en pleine forme et c’est très agréable de reprendre l’entraînement avec mes coéquipiers après une victoire incroyable comme celle-là. »

Jeremiah Johnson a bien fait durant l’absence de Stanback et il n’est pas impossible que les deux demis offensifs se partagent les répétitions, dimanche contre les Argonauts de Toronto, une rencontre qui sera présentée à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

« Peu importe quelle sera la décision de l’entraîneur, je vais l’accepter, que je sois le partant ou non. On est tous deux capables de faire le boulot », a dit Stanback.

Amendes ou suspensions ?

Au moment d’écrire ces lignes, la Ligue canadienne n’avait toujours pas sévi à l’endroit de Tommie Campbell et de Jarnor Jones, les deux joueurs des Alouettes qui ont été au centre des échauffourées avant le match contre les Stampeders. Campbell et Jones ont tous deux donné des coups de poing à des membres des Stampeders et il fait peu de doute qu’ils seront mis à l’amende ou même suspendus par la LCF.

« Ce n’est pas représentatif de notre équipe ou de moi-même. J’ai dit à nos joueurs que ce n’était pas ce genre d’équipe qu’on voulait former », a dit Khari Jones.

« Les joueurs peuvent parler avant le match, mais ça ne peut pas dégénérer de cette façon. On doit être en mesure de mieux se contenir, peu importe la situation qui se présente. »

Prochain match : Alouettes c. Argonauts de Toronto, dimanche (12 h) à Moncton