Au cours de la saison morte, les Browns de Cleveland ont pris les grands moyens afin de poursuivre leur ascension de l’année dernière. À un point tel qu’ils sont actuellement les favoris pour terminer au premier rang de la division Nord de l’Américaine. Il serait mal avisé d’enterrer les Steelers de Pittsburgh et les Ravens de Baltimore, mais les Browns ont les outils pour finir premiers.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

BROWNS DE CLEVELAND

L’attaque des Browns devrait donner des maux de tête aux trois autres équipes de leur division pour plusieurs années. Après deux décennies risibles en ce qui concerne le poste de quart, les Browns ont enfin trouvé leur homme en Baker Mayfield, qui a très bien fait à son premier tour de piste.

Grâce à la transaction qui a amené Odell Beckham Jr. à Cleveland, Mayfield sera entouré d’un quatuor de receveurs qui fait l’envie des 31 autres équipes. Beckham a retrouvé son ancien coéquipier des Tigers de LSU et ami, Jordan Landry ; Antonio Callaway est toujours très dangereux en raison de sa grande vitesse ; et David Njoku est l’un des ailiers rapprochés les plus talentueux de la ligue.

Ajoutez les demis offensifs Nick Chubb et Kareem Hunt, qui a mené la ligue pour les verges au sol avec les Chiefs de Kansas City en 2017, et vous vous retrouvez avec les ingrédients nécessaires pour avoir une attaque dévastatrice. La ligne devra toutefois être améliorée au cours des prochaines années.

Il y a également beaucoup de talent en défense. Le chasseur de quart Myles Garrett joue comme le premier choix au total qu’il a été. Le secondeur Joe Schobert est l’un des joueurs les plus sous-estimés de la NFL. Denzel Ward et Damarious Randall sont deux pièces intéressantes autour desquelles la tertiaire se construit. Et le DG John Dorsey a ajouté les vétérans Olivier Vernon et Sheldon Richardson sur la première ligne.

Compte tenu de leur impressionnante collection de joueurs de talent, une autre exclusion des éliminatoires en janvier serait un retentissant échec pour les Browns.

Le chiffre : 0

Le nouveau pilote des Browns, Freddie Kitchens, a été un entraîneur-chef pour un grand total de 0 saison au cours de sa carrière, amorcée en 1999

Prédiction : 11-5

STEELERS DE PITTSBURGH

PHOTO CHARLES LECLAIRE, USA TODAY SPORTS

Le receveur de passes des Steelers JuJu Smith-Schuster

Il y a deux façons d’analyser les départs d’Antonio Brown et de Le’Veon Bell. Le verre à moitié vide : les Steelers ont perdu le meilleur receveur et le meilleur demi offensif de la NFL. Le verre à moitié plein : ils se sont défaits de deux cancers qui rongeaient l’organisation de l’intérieur.

Avec JuJu Smith-Schuster, James Conner, Vance McDonald et Donte Moncrief, obtenu comme joueur autonome, les Steelers ont encore du talent en attaque. À leur deuxième saison, James Washington et Jaylen Samuels devraient contribuer davantage, et on dit beaucoup de bien des recrues Diontae Johnson, dont le style de jeu s’apparente à celui d’Antonio Brown, et Benny Snell, qui ajoutera une nouvelle dimension avec ses courses en puissance.

Il reste que le travail de Ben Roethlisberger sera plus difficile sans Brown et Bell. À sa 15e saison, Roethlisberger a mené la ligue avec 5129 verges la saison dernière et devrait demeurer productif grâce entre autres à l’excellente ligne qui le protège.

Si l’attaque des Steelers risque d’être moins explosive et productive qu’au cours des dernières années, la défense devrait quant à elle être améliorée. Les Steelers ont grimpé de 10 rangs afin de pouvoir sélectionner Devin Bush au premier tour du repêchage. Le secondeur intérieur tentera de jouer un rôle similaire à celui que jouait l’excellent Ryan Shazier avant de subir une grave blessure à la colonne vertébrale.

Cameron Heyward, T.J. Watt, Stephon Tuitt, Javon Hargrave et Joe Haden forment un bon noyau défensif. Si Bush, Bud Dupree, Sean Davis et Terrell Edmunds, qui ont tous été des premiers ou des deuxièmes choix, progressent bien, la défense pourrait connaître sa meilleure saison depuis le début de la décennie.

Le chiffre : 0

Souvent critiqué à tort ou à raison, l’entraîneur-chef Mike Tomlin n’a jamais connu de saison perdante en 12 ans à la barre des Steelers. Sa fiche en saison est de 125-66-1.

Prédiction : 10-6

RAVENS DE BALTIMORE

PHOTO JIM BROWN, USA TODAY SPORTS

Mark Andrews (89) des Ravens

Normalement, lorsqu’une équipe entre dans ce que l’on pourrait qualifier de nouvelle ère, c’est qu’elle connaissait des difficultés auparavant. Mais ce n’était pas vraiment le cas des Ravens, qui ont remporté leur premier championnat de division depuis 2012 l’an dernier.

Ozzie Newsome, le seul DG qu’avait eu l’organisation depuis son arrivée à Baltimore en 1996, de même que Joe Flacco, Terrell Suggs et C.J. Mosley ont tous quitté l’organisation. Ces hommes ont tous marqué l’histoire des Ravens à divers degrés.

Ce que l’on sait, c’est qu’en attaque, les Ravens seront dépendants de leur jeu au sol plus que jamais. Lamar Jackson a permis aux Ravens de se classer pour les éliminatoires en remplaçant Flacco avec sept matchs à disputer la saison dernière. Il a remporté six de ses sept premiers départs en carrière, ce qui a convaincu John Harbaugh et les Ravens de lui donner le poste de quart partant.

En raison du style de jeu de Jackson, qui s’illustre d’abord et avant tout grâce à ses courses, les Ravens ont changé de coordonnateur offensif. Les jeux au sol des unités qu’a dirigées Greg Roman à San Francisco et à Buffalo ont presque toujours été parmi les plus efficaces de la NFL.

Mark Ingram a été embauché et devrait être le premier porteur de ballon de l’équipe, qui possède également une très bonne ligne offensive. Le bloqueur Ronnie Stanley et le garde Marshal Yanda en sont les piliers.

La force du groupe de receveurs se trouve chez les ailiers rapprochés. À leur deuxième saison, Hayden Hurst et Mark Andrews devraient être des joueurs clés de l’attaque, tandis que Nick Boyle est un excellent bloqueur. Les recrues Marqise Brown et Miles Boykin devront rapidement prendre leur place parmi les ailiers espacés.

En défense, la tertiaire des Ravens est peut-être la plus talentueuse du circuit, certainement l’une de celles ayant le plus de profondeur : Earl Thomas, Tony Jefferson, Marlon Humphrey, Brandon Carr, Jimmy Smith et Tavon Young sont tous de très bons joueurs. Mais les jeunes Matthew Judon, Tyus Bowser, Tim Williams et Jaylon Ferguson devront réussir à déranger les passeurs adverses.

Le chiffre : 9

Lamar Jackson a été victime d’au moins un échappé à chacun de ses neuf derniers matchs la saison dernière.

Prédiction : 8-8

BENGALS DE CINCINNATI

PHOTO DAVID KOHL, USA TODAY SPORTS

Le quart des Bengals Andy Dalton

Après 16 saisons, le mariage entre les Bengals et Marvin Lewis a pris fin l’hiver dernier. Lewis a été remplacé par Zac Taylor, un entraîneur de 36 ans qui a passé les deux dernières années avec Sean McVay et les Rams de Los Angeles.

Sur papier, l’attaque dont héritera Taylor n’est pas vilaine. Andy Dalton devrait normalement être sur le point d’atteindre son apogée comme quart-arrière. Joe Mixon et Giovani Bernard forment une bonne paire de demis offensifs. A.J. Green, Tyler Boyd et Tyler Eifert – s’il évite enfin les blessures – sont trois bons receveurs. Green ratera par contre le début de la saison, blessé à une cheville.

Le controversé Vontaze Burfict a été libéré et s’est joint aux Raiders d’Oakland, ce qui affaiblira encore davantage une unité de secondeurs qui représentait déjà le maillon faible de la défense. Une défense qui a souvent manqué de robustesse au fil des ans.

Le plaqueur Geno Atkins et l’ailier défensif Carlos Dunlap sont solides sur la première ligne, même s’ils ne sont plus de jeunes joueurs. Le demi de sûreté Jessie Bates III a connu une très bonne première saison et les demis de coin Dre Kirkpatrick et William Jackson III sont talentueux et de bons athlètes.

Les Bengals possèdent un bel équilibre et le talent nécessaire afin de pouvoir flirter avec une moyenne de ,500. Mais s’ils connaissent une autre saison décevante, Dalton risque d’être le prochain à quitter Cincinnati.

Le chiffre : 29

C’est au terme de la saison 1990 que les Bengals ont gagné un match éliminatoire pour la dernière fois. Cette disette de 29 ans est la plus longue de la NFL actuellement.

Prédiction : 5-11