(Montréal) La neuvième semaine d’activités de la Ligue canadienne de football n’est pas toujours le théâtre d’un match intrigant, mais celui de vendredi soir, entre les Alouettes de Montréal et les Roughriders de la Saskatchewan, pourrait bien entrer dans cette catégorie.

Simon Servant
La Presse canadienne

Un peu à l’image d’un combat de boxe, il y aura d’un côté la défensive des Alouettes (3-3), qui viennent de subir un premier revers à leurs quatre dernières parties, et de l’autre, l’attaque des Roughriders (4-3), qui n’ont pas perdu à leurs trois dernières sorties.

L’attaque des Roughriders arrive au stade Percival-Molson en ayant fait feu de tout bois récemment, inscrivant près de 36 points et amassant près de 403 verges offensives par match. La formation de la Saskatchewan a profité de ses succès pour s’inviter dans la course au premier rang de la section Ouest après un lent début de saison.

La saison des Montréalais ne s’était pas non plus amorcée de la façon souhaitée, avec deux revers de suite, mais depuis ce temps, l’équipe est parvenue à se hisser au deuxième échelon de la section Est. En grande partie grâce à sa défense, qui de semaine en semaine retranche en moyenne 73 verges allouées à son total, passant de 608 contre les Eskimos d’Edmonton, lors du match d’ouverture, à 244 face au Rouge et Noir d’Ottawa, vendredi dernier.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la période d’adaptation avec le nouveau coordonnateur défensif, Bob Slowik, semble terminée et la chimie semble installée. Le moment est donc peut-être bien choisi pour se frotter à une des équipes de l’heure de la LCF.

« Depuis quelques semaines, nous sommes plus à l’aise en défensive, a noté le secondeur canadien Hénoc Muamba. Je crois que Bob l’est maintenant plus avec nous et il sait comment nous utiliser. Au début de la saison, il cherchait à savoir quel genre de joueurs nous étions, mais chaque semaine, il effectue quelques petits ajustements pour nous mettre dans une bonne position. »

L’attaque diversifiée des Roughriders passe notamment par le quart Cody Fajardo, qui occupe le deuxième rang du circuit au chapitre des verges aériennes (1705) et des touchés au sol (6). Il a même utilisé ses jambes lorsqu’il en a eu besoin. Lors de la série de victoires de son équipe, il a totalisé 155 verges en 24 courses.

Ajoutez à ça les apports offensifs du porteur de ballon William Powell, qui est troisième pour les verges au sol (520) et premier pour les majeurs par la course (7), et des receveurs Shaquelle Evans et Kyran Moore, vous avez là une formation qui peut vous faire mal de plusieurs façons.

« C’est une équipe qui est différente de celles que nous avons affrontées cette saison, a observé Muamba. Leur attaque est diversifiée, mais nous préférons nous concentrer sur notre jeu plutôt que sur le leur. Nous savons que si nous sommes disciplinés pendant la totalité du match, nous avons une des meilleures défensives de la ligue. »

Et en inversant les rôles

Bien qu’un peu moins efficace que celle des Alouettes dernièrement, la défensive des Roughriders n’est toutefois pas en reste. Notamment après avoir limité à seulement 19 points la meilleure attaque du circuit canadien, celle des Tiger-Cats de Hamilton, la semaine passée.

L’ailier défensif Charleston Hughes y est pour quelque chose. Hughes domine largement la colonne des sacs avec un total de 10, et ce, en seulement 7 parties cette saison. L’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, a cependant toujours un plan en tête pour empêcher que des ailiers défensifs comme lui viennent terroriser son champ-arrière.

PHOTO MARK TAYLOR, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Charleston Hughes (39)

« Charleston est un adversaire de qualité, mais nous faisons beaucoup d’ajustements pour tenter de limiter le travail des joueurs de sa trempe. Malheureusement, nous affrontons plusieurs bons ailiers défensifs comme lui dans cette ligue, a déclaré Jones en riant. Nous avons toujours un plan pour contenir ce genre de gars. Parfois, nous utilisons même deux joueurs contre eux. »

Il vaut en effet mieux pour l’attaque des Alouettes que Hughes n’élise pas domicile derrière la ligne offensive. D’autant plus que les Oiseaux devront se passer de leur quart numéro un, Vernon Adams fils, et vraisemblablement des services du porteur de ballon William Stanback, qui ne s’est pas entraîné de la semaine.

En relève, Antonio Pipkin agira comme poste de quart et il devrait partager les tâches avec Matthew Shiltz. Le vétéran porteur de ballon de 32 ans Jeremiah Johnson obtiendra la confiance de Jones, qui souhaite aussi utiliser le jeune Ryder Stone.

Cette attaque par comité pourrait permettre à plusieurs joueurs de se faire valoir et de montrer à leurs entraîneurs tout leur savoir-faire lorsque la situation se présente.

« Je veux voir la façon dont l’équipe peut jouer face à l’adversité et je veux voir mes hommes élever leur jeu d’un cran. J’ai confiance en ce que peut nous apporter Jeremiah et Ryder aura l’occasion d’être dans le champ-arrière aussi. Je veux également regarder Antonio à l’œuvre et peu importe ce qui va se passer, Matthew aura sa chance. Nous avons l’occasion de tenter des choses et je veux voir les joueurs saisir cette opportunité sans qu’ils aient à se soucier de savoir quand ils vont jouer », a conclu Jones.