(Montréal) Levez la main ceux qui prédisaient aux Alouettes de Montréal une fiche de 3-2 au moment d’amorcer leur deuxième de trois pauses réglementaires cette saison.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Nous n’étions pas nombreux, il faut l’admettre. Mais après avoir congédié leur entraîneur-chef moins d’une semaine avant le camp d’entraînement puis leur directeur général la semaine dernière, les Alouettes viennent de signer trois gains consécutifs pour la première fois en près de trois ans.

La formation de Khari Jones s’est donnée un rythme qu’elle ne craint pas de perdre au cours de la prochaine semaine de congé — bien méritée.

« Je ne pense pas du tout que ça va nous ralentir, a indiqué l’entraîneur-chef à la suite de la victoire de 20-10 aux dépens des Eskimos d’Edmonton, samedi. Ces gars sont si affamés. Nous aurons probablement à les retenir un peu afin qu’ils ne fassent vraiment rien au cours de cette semaine de congé. Personne n’abandonne au sein de ce groupe et je ne suis pas inquiété une seconde par cette pause.

« Je crois qu’ils ont besoin d’un repos — ce match a été une vraie bagarre. C’est le bon moment de se reposer et une fois que nous serons de retour, nous le serons à 100 %. »

« Un congé ça fait du bien. Ça a été un match très physique ; leur front défensif est incroyable, a renchéri le centre Kristian Matte. Pour guérir les bobos, ça fait du bien ! »

« Je ne pense pas que ça va nous jouer de tour, a pour sa par indiqué le quart Vernon Adams fils. Je pense qu’au contraire, ça nous permettra de reprendre le tout avec une concentration maximale contre un autre adversaire de section. Nous ne voulons plus perdre contre l’Est d’ici la fin du calendrier », a-t-il dit en référence au match du 2 août prochain, contre le Rouge et Noir d’Ottawa.

« Et puis, ça donne une semaine de plus à DeVier [Posey] et une semaine de plus à B. J. [Cunningham] », a-t-il ajouté au sujet des deux principaux receveurs des Alouettes, qui ont raté le dernier match en raison de blessures.

Message ?

Jones estime que ces trois victoires lancent un certain message aux autres formations de la Ligue canadienne de football.

« Nous sommes à prendre au sérieux, a-t-il souligné. Et message ou pas, je veux que nos gars le sachent. Nous allons nous présenter chaque semaine. Nous bâtissons cette mentalité semaine après semaine et nos joueurs commencent à y croire. Les entraîneurs travaillent d’arrache-pied pour que ces gars réussissent les jeux. Il s’agit d’un groupe solide, dont je suis fier de faire partie. Je veux qu’ils le sachent. Nous allons perdre d’autres matchs, mais la façon dont on joue importe plus. »

« Nous tentons seulement de revenir aux bons vieux jours d’une équipe montréalaise menée par Anthony Calvillo, a pour sa part imagé Adams. Ça commence à ma position. Je dois m’assurer d’être intelligent avec le ballon et m’assurer de mettre des points au tableau. Le reste se fera de lui-même. »