La blessure à une cheville qu’a subie Antonio Pipkin lors du premier match des Alouettes est moins sérieuse qu’on le craignait au départ, mais c’est Vernon Adams fils qui affrontera les Tiger-Cats, vendredi soir à Hamilton. Il aura ainsi l’occasion de démontrer qu’il est prêt à être un quart partant à sa quatrième saison dans la LCF.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Venu en relève à Pipkin le 14 juin à Edmonton, Adams a été le meilleur des deux quarts. Il a également été le plus productif de l’équipe lors de ses deux matchs préparatoires. Une autre bonne performance d’Adams à Hamilton suffirait-elle à convaincre Khari Jones de lui donner le poste de partant même lorsque Pipkin reviendra au jeu ?

« Je ne veux pas regarder aussi loin en avant. Je me concentre sur le match de cette semaine et on réévaluera la situation la semaine prochaine », a répondu l’entraîneur-chef au terme d’un entraînement sous la pluie battante, hier.

Adams n’a jamais aussi bien joué qu’au cours du dernier mois dans la LCF. Sa prise de décisions est plus rapide et il joue avec plus d’assurance. Lorsque l’attaque a produit depuis le début du camp, c’est généralement lui qui la dirigeait.

« Vernon a bien fait lorsqu’il est arrivé dans le match à Edmonton, il a réussi de beaux jeux. Mais il aurait également préféré mieux faire lors de certains autres », a toutefois rappelé Jones, qui faisait notamment référence à l’interception qui a éteint les derniers espoirs des Alouettes.

« J’aurais aimé ravoir mes trois dernières passes dans ce match. On doit retourner au tableau, apprendre de ses erreurs et s’améliorer », a commenté Adams.

Si Adams continue de s’améliorer comme il l’a fait depuis son arrivée dans la LCF en 2016, les chances qu’il devienne un quart partant seront bonnes. Certains joueurs aiment le football, tandis que d’autres en raffolent. Adams fait partie du deuxième groupe.

Un allié en Bridge

Réembauché par les Alouettes il y a quelques jours, le quart Brandon Bridge connaît bien Adams. Peut-être mieux que quiconque dans la LCF, les deux jeunes passeurs ayant joué ensemble à Montréal, puis avec les Roughriders de la Saskatchewan.

« Je suis très heureux d’être son coéquipier à nouveau. En Saskatchewan, il est arrivé alors que la saison était déjà en cours [en 2017], mais il a apporté un vent de fraîcheur grâce à son enthousiasme. Même les jours où ça nous tente moins, Vernon insuffle de l’énergie par sa seule présence. Je ne dirai jamais assez de bonnes choses à son sujet », a commenté Bridge.

« Vernon est un compétiteur féroce et il veut vraiment devenir un très bon quart-arrière. Je crois sincèrement qu’il possède tous les outils nécessaires pour l’être. »

Brandon Bridge

Après une courte hésitation pour s’assurer de choisir les bons mots, Adams n’a pas caché que son souhait était le même que celui de tous les joueurs professionnels.

« On aspire tous à être partant. Personne ne veut être réserviste. On verra bien si c’est ce qui se produira. Je vais jouer au meilleur de mes habiletés en prenant ce que la défense me donnera et en évitant les interceptions. »

La meilleure situation

C’est Matthew Shiltz qui sera le réserviste d’Adams vendredi soir. Jones est toutefois ravi de pouvoir compter sur un autre quart d’expérience dans son écurie à la suite de l’acquisition de Bridge, qui a signé un contrat d’une saison comme joueur autonome.

« Brandon apporte de l’expérience. Il a déjà été un partant dans cette ligue et c’est une valeur ajoutée. Il a joué davantage que nos autres quarts. Il assimile bien notre attaque et c’est bon de savoir qu’on a un autre quart qui pourrait jouer au besoin. »

Retranché par les Argonauts de Toronto à la fin du camp d’entraînement, Bridge n’est pas surpris de se retrouver avec l’équipe qui l’avait repêché en 2015 et avec laquelle il a disputé sa première saison.

« Je savais que je finirais par recevoir l’appel d’une équipe et que Montréal était une possibilité. Quand Antonio [Pipkin] s’est blessé, j’ai su que les chances étaient bonnes que c’est ce qui se produirait. »

Brandon Bridge

« Je suis heureux d’être de retour. Je vais demeurer sur la côte Est, à une distance raisonnable de ma famille [Mississauga], et c’est un endroit qui m’est familier. Quelques autres équipes m’ont témoigné de l’intérêt, mais j’ai choisi celle où je pensais obtenir la meilleure occasion pour moi. »

Lorsqu’Adams a su que les Alouettes voulaient réembaucher Bridge, il a tenté de convaincre son ami d’accepter leur offre.

« Brandon m’a envoyé un message trois jours avant son embauche pour me dire que les Alouettes l’avaient contacté. Je lui ai répondu de s’amener à Montréal et de revenir là où tout avait commencé pour nous dans la LCF. »

« On a joué ensemble ici et en Saskatchewan, alors on a une très belle amitié. On est toujours demeuré en contact et on communique ensemble à longueur d’année. Il est l’un de mes bons amis dans la ligue. »

Le contenu canadien mis à l’épreuve

Au cours des dernières saisons, les Alouettes ont particulièrement été éprouvés par les blessures à deux endroits : au poste de quart et chez les joueurs canadiens. Avec la blessure de Pipkin et celles du maraudeur Taylor Loffler (genou) et de Bo Lokombo (côtes), ça s’est poursuivi lors de leur premier match en 2019.

« C’est toujours très difficile de perdre deux Canadiens qui sont des joueurs d’impact comme eux. On espère que la durée de leur absence ne sera pas trop longue », a dit Jones au sujet des blessures de Loffler et de Lokombo.

C’est le Canadien Ty Cranston qui remplacera Loffler, tandis que Glenn Love prendra la place de Lokombo. Puisque Love est un Américain, les Alouettes utiliseront quatre joueurs de ligne offensive canadiens plutôt que trois comme ce fut le cas à Edmonton, vendredi soir. Le bloqueur Chris Schleuger sera donc laissé de côté au profit de Tyler Johnstone ou de Spencer Wilson.

Un nouvel entraîneur adjoint

Une semaine après l’embauche de Robert Gordon comme responsable des receveurs, un autre ancien ailier espacé de la LCF s’est joint au personnel d’entraîneurs des Alouettes, hier. Il s’agit de Marquay McDaniel, qui occupera un poste d’adjoint en attaque.

McDaniel a joué trois saisons avec les Tiger-Cats de Hamilton et six avec les Stampeders de Calgary. Il a remporté la Coupe Grey en 2014 dans l’uniforme des Stampeders. Il a également participé au camp d’entraînement des Stampeders à titre d’entraîneur invité en 2018.

Prochain match : Alouettes c. Tiger-Cats, vendredi (19 h 30) à Hamilton