Le repêchage de 2019 dans la NFL est considéré comme très relevé du côté défensif. Il y a tout de même des joueurs de grand talent en attaque. Et comme c’est toujours le cas, ce sont les quarts-arrières qui retiennent l’attention.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

PHOTO JOE MAIORANA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Dwayne Haskins, quart-arrière (Ohio State)

Dwayne Haskins

Quart-arrière

Les publications Athlon Sports, Lindy’s Sports et Pro Football Weekly ont tous classé Haskins au premier rang de leur classement respectif chez les quarts-arrières. Haskins possède tout ce que les recruteurs recherchent : bras puissant et précis, confiance et physique de l’emploi (6 pi 3 po et 220 lb). La seule chose qui pourrait faire peur aux équipes désireuses de le sélectionner est son peu d’expérience comme partant dans la NCAA. Il n’a joué qu’une seule saison complète avec les Buckeyes d’Ohio State, mais quelle saison ce fut ! Un total de 12 victoires en 13 matchs, 70 % de passes réussies pour 4831 verges, 50 touchés et seulement 8 interceptions.

PHOTO SUE OGROCKI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Kyler Murray, quart-arrière (Oklahoma)

Kyler Murray

Quart-arrière

Sélectionné au 9e rang du repêchage du baseball majeur par Oakland, en juin dernier, Kyler Murray a plutôt choisi d’amorcer sa carrière professionnelle au football. Athlète exceptionnel, il va sans dire, Murray a été le réserviste de Baker Mayfield durant deux saisons, puis l’a imité en remportant le trophée Heisman à sa seule campagne comme quart partant avec les Sooners d’Oklahoma. En plus d’accumuler 4362 verges par la passe, Murray en a ajouté 1001 au sol. Mais comme dans le cas de Dwayne Haskins, on parle d’un quart extrêmement talentueux, mais avec peu d’expérience. L’autre facteur qui ennuie les recruteurs est la taille de Murray (5 pi 10 po).

PHOTO JOHN DAVID MERCER, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Drew Lock, quart-arrière (Missouri)

Drew Lock

Quart-arrière

Cela fait déjà un bon moment qu’on entend parler de Drew Lock. Contrairement à Dwayne Haskins et Kyler Murray, il a été un quart partant pour une longue période dans la NCAA (trois saisons et demie). Mais tandis que la cote des deux autres montait, celle de Lock était à la baisse. Lock possède les éléments pour connaître du succès. Le gaillard de 6 pi 4 po est un passeur de talent et un bon athlète. On dit également de lui qu’il est rassembleur et aimé de ses coéquipiers. En contrepartie, sa technique est inconstante et il lance souvent le ballon appuyé sur le mauvais pied, un peu comme le faisait Jay Cutler. Sa fiche contre les équipes qui étaient classées dans le top 25 dans la NCAA n’a été que de 1-9 avec les Tigers du Missouri (13 touchés et 14 interceptions dans ces matchs), un drapeau rouge.

PHOTO JOSHUA S. KELLY, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Daniel Jones, quart-arrière (Duke)

Daniel Jones

Quart-arrière

Bien qu’il soit un bon passeur, Daniel Jones se démarque d’abord et avant tout à l’extérieur du terrain. Il est reconnu pour être un bon leader, travaillant et intelligent. Avec les Blue Devils de Duke, Jones menait une attaque avec une forte concentration de courtes passes et certains experts ne sont pas convaincus qu’il sera assez efficace avec ses passes plus longues pour connaître du succès dans la NFL. Sa lecture du jeu et sa capacité à bien voir venir le blitz sont d’autres éléments qui font douter les évaluateurs de talent. Dans le bon système offensif, Jones pourrait apporter une certaine contribution au sol, mais à 6 pi 5 po et 220 lb, sa vitesse et son agilité sont limitées.

PHOTO MARK REBILAS, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Josh Jacobs, demi offensif (Alabama)

Josh Jacobs

Demi offensif

Il est toujours un peu risqué de repêcher un porteur de ballon du Crimson Tide d’Alabama. Ces joueurs peuvent toujours profiter d’une ligne offensive dominante, ce qui les fait parfois paraître meilleurs qu’ils sont en réalité. Trent Richardson et Eddie Lacy en sont deux exemples. Mais contrairement à Richardson, Lacy, Mark Ingram et Derrick Henry, Josh Jacobs est un demi offensif polyvalent, capable d’être un facteur important dans le jeu aérien de son équipe. Solide même s’il n’est pas le plus imposant (5 pi 9 po et 215 lb), Jacobs n’a jamais été un demi à temps plein dans la NCAA. Le bon côté, c’est qu’il n’y a pas d’usure excessive.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

D.K. Metcalf, ailier espacé (Mississippi)

D.K. Metcalf

Ailier espacé

C’est le cas classique du coup de circuit ou du retrait sur trois prises. D.K. Metcalf mesure 6 pi 3 po, pèse 225 lb et est taillé au couteau. Cet imposant gabarit ne l’a pas empêché d’enregistrer un temps officiel de 4,33 s au sprint de 40 verges lors du « combine » de la NFL. Son jeu n’est pas le plus poli et certains de ses tracés de passe manquent de précision. Pas le plus agile, Metcalf joue comme un bulldozer, ce qui devrait donner toutes sortes de maux aux demis défensifs qui devront le couvrir. Sans surprise, il est un bloqueur efficace et robuste. Son père Terrence, son oncle Eric et son grand-père Terry ont tous joué dans la NFL. Metcalf a subi quelques blessures au cours des dernières années, dont une sérieuse au cou.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

N’Keal Harry, ailier espacé (Arizona State)

N’Keal Harry

Ailier espacé

Un receveur fiable, qui n’est cependant pas le plus explosif, N’Keal Harry a marqué 22 touchés dans la NCAA. Il est donc particulièrement productif près de la zone des buts. Il s’ajuste bien au ballon et est dangereux lorsqu’il l’a dans ses mains. Harry ne deviendra peut-être pas un premier receveur dans la NFL, mais les chances qu’il devienne un excellent deuxième semblent très bonnes. Il y a beaucoup de profondeur chez les ailiers espacés disponibles dans la cuvée de 2019, ce qui pourrait convaincre les équipes de patienter jusqu’au deuxième tour avant d’en sélectionner un.

PHOTO KEVIN JAIRAJ, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Marquise Brown, ailier espacé (Oklahoma)

Marquise Brown

Ailier espacé

Le cousin d’Antonio Brown a obtenu une moyenne de 18,3 verges lors de ses deux saisons avec les Sooners d’Oklahoma, une statistique qui en dit long. Brown est extrêmement explosif et rapide, une vitesse comparable à celle de Tyreek Hill, des Chiefs de Kansas City. Cela forcera les défenses à laisser un demi de sûreté de son côté presque en tout temps afin de prévenir les longs jeux. Car en plus de sa vitesse exceptionnelle, Brown possède des instincts similaires à ceux de son cousin lorsqu’il a le ballon et peut marquer à n’importe quel moment. Bien qu’il soit frêle (5 pi 9 po et 168 lb), Brown ne craint pas de s’aventurer en milieu de terrain.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

T.J. Hockenson, ailier rapproché (Iowa)

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Noah Fant, ailier rapproché (Iowa)

Noah Fant et T.J. Hockenson

Ailiers rapprochés

De l’avis d’une majorité d’experts, les deux meilleurs ailiers rapprochés disponibles proviennent de la même université (Iowa). C’est comme si les deux meilleurs gardiens disponibles au repêchage de la LNH jouaient pour la même équipe dans les rangs juniors. T.J. Hockenson est un joueur complet, du même moule que Rob Gronkowski. Il a capté 49 passes pour 760 verges et a marqué 6 touchés en 13 matchs la saison dernière. Mais ce qui le distingue, c’est qu’il est un excellent bloqueur. Le style de jeu de Noah Fant s’apparente plus à celui d’un ailier espacé format géant et il sera probablement rarement positionné sur la ligne offensive. Les deux anciens coéquipiers devraient être repêchés au premier tour.

PHOTO MICHAEL WOODS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Jonah Williams, bloqueur (Alabama)

Jonah Williams

Bloqueur

Jonah Williams est considéré comme le meilleur joueur de ligne offensive du repêchage par une majorité de gens. Il a joué comme bloqueur à gauche et à droite avec le Crimson Tide, mais certains experts croient qu’il se retrouvera ultimement à la position de garde dans la NFL. En grande partie parce que Williams excelle dans les jeux au sol, lui qui n’est pas un vilain athlète pour un colosse de plus de 300 lb. Un passionné de son sport, Williams n’a jamais raté un match dans la NCAA et serait très minutieux dans sa préparation et son étude du jeu. Cela étant dit, il est plus vu comme un bon partant en devenir qu’un futur habitué du Pro Bowl.