Dans une dizaine d’années, il est possible qu’on se souvienne du repêchage de 2019 comme celui de la défense. Des espoirs de grand talent, il y en a à toutes les positions de ce côté du ballon, mais encore plus chez les joueurs de ligne. Voici un aperçu de la crème des jeunes joueurs défensifs qui seront sélectionnés lors du repêchage de la NFL, qui s’amorce jeudi soir.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

PHOTO JAY LAPRETE, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Nick Bosa, ailier défensif  (Ohio State)

Nick Bosa

Ailier défensif

Sur toutes les pages frontispices des guides annuels sur le repêchage, c’est Nick Bosa que l’on voit. Bosa est considéré comme l’un des meilleurs, sinon le meilleur espoir disponible. Chasseur de quarts comme son frère Joey, qui totalise 28,5 sacs en 35 matchs dans la NFL, il possède tous les outils nécessaires. Sa technique est raffinée ; il est fort, rapide et son sens de l’anticipation est excellent ; et son effort et son intensité sont irréprochables. Il n’a cependant disputé que trois matchs en raison de déchirures à l’abdomen et à l’aine en 2018, puis a choisi de privilégier sa remise en forme plutôt que de viser un championnat national avec les Buckeyes d’Ohio State, une décision qui a fait sourciller certaines personnes.

PHOTO DARRON CUMMINGS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Quinnen Williams, plaqueur (Alabama)

Quinnen Williams

Plaqueur

Quinnen Williams sera presque assurément sélectionné dans le top 5. Il a été le meilleur joueur du Crimson Tide d’Alabama en 2018, ce qui n’est pas peu dire, d’autant plus qu’il n’était âgé que de 21 ans. Même s’il pèse approximativement 300 lb, Williams est assez agile pour déjouer les joueurs qui doivent le bloquer. Il parvient à se rendre dans le champ arrière régulièrement, même s’il est souvent opposé à deux joueurs. Certains analystes pensent que Williams sera un joueur comparable à Fletcher Cox (Eagles de Philadelphie) dans la NFL. Chose certaine, il devrait avoir un impact considérable tôt dans sa carrière.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Rashan Gary, plaqueur (Michigan)

Rashan Gary

Plaqueur

Le potentiel de Rashan Gary est immense. Ses qualités athlétiques sont remarquables pour un joueur de 6 pi 4 po et 280 lb. Il est solide contre le jeu au sol, peut se rendre au quart-arrière, et peut même être utilisé en couverture de passe, ce qu’on ne voit pratiquement jamais chez les plaqueurs. Gary pourrait être utilisé à n’importe quelle position sur la ligne défensive. Il était souvent opposé à deux joueurs de ligne avec les Wolverines du Michigan, ce qui atteste de sa force. Les experts redoutent cependant une inconstance dans l’effort et ses instincts de joueur ne seraient pas les plus aiguisés.

PHOTO MICHAEL WYKE, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Ed Oliver, plaqueur (Houston)

Ed Oliver

Plaqueur

Comme Quinnen Williams et Rashan Gary, Ed Oliver est particulièrement agile et explosif pour un plaqueur. Certains analystes estiment même qu’il pourrait être un secondeur intérieur s’il perdait du poids. Oliver pourrait avoir de la difficulté contre des lignes offensives imposantes dans la NFL. Aussi curieux que ça puisse sembler, Oliver est un peu léger pour un plaqueur, même s’il pèse 275 lb. Il n’est d’ailleurs pas le plus efficace contre le jeu au sol. L’autre facteur qui pourrait dissuader certaines équipes de repêcher Oliver, c’est qu’il a eu des problèmes avec l’entraîneur-chef de l’Université de Houston, Major Applewhite. Le potentiel d’Oliver est intéressant, mais il ne représente pas une valeur sûre comme Quinnen Williams, Nick Bosa ou Josh Allen.

PHOTO JEREMY BREVARD, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Dexter Lawrence, plaqueur (Clemson)

La ligne défensive de Clemson

Les Tigers de Clemson ont surpris le Crimson Tide d’Alabama lors du match de championnat de la NCAA en janvier et leur grande force se trouvait sur leur ligne défensive. Les quatre joueurs partants de l’unité devraient tous trouver preneurs cette semaine. À moins d’une surprise, les plaqueurs Dexter Lawrence et Christian Wilkins, ainsi que l’ailier défensif Clelin Ferrell seront tous repêchés dès jeudi soir au premier tour. L’ailier défensif Austin Bryant devrait quant à lui être choisi en milieu de repêchage. L’Université d’État du Mississippi verra également deux de ses joueurs de ligne défensive être sélectionnés assez tôt, l’ailier Montez Sweat et le plaqueur Jeffery Simmons, qui devraient respectivement être pris au premier et au deuxième tour.

PHOTO JASEN VINLOVE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Josh Allen, secondeur (Kentucky)

Josh Allen

Secondeur extérieur

Ce qui est intéressant dans le cas de Josh Allen, c’est qu’il pourrait s’améliorer substantiellement au cours des prochaines années. Le bond qu’il a fait de 2017 à 2018 a fait écarquiller les yeux. Agile et explosif, Allen a réussi 17 sacs, 88 plaqués et a provoqué 5 échappés la saison dernière. À 6 pi 5 po et 255 lb, Allen a davantage le physique d’un secondeur extérieur dans une défense 3-4, mais pourrait également être un ailier défensif dans une défense 4-3. Il varie bien la vitesse avec laquelle il s’amène vers la ligne offensive et possède un très bon jeu de mains. L’Université du Kentucky a produit de bons chasseurs de quarts au cours des dernières années, et Allen sera fort probablement le meilleur du lot.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Devin White, secondeur (LSU)

Devin White

Secondeur intérieur

De l’avis d’une majorité d’experts, trois joueurs se démarquent chez les secondeurs intérieurs : Devin White, Devin Bush et Mack Wilson. White a toutefois une longueur d’avance et devrait être le premier repêché. Il est le prototype du secondeur intérieur idéal de nos jours. Excellent en couverture de passe grâce à sa lecture du jeu et à ses instincts, White rate rarement un plaqué, alors qu’il en a totalisé 256 lors des deux dernières saisons. Le produit de l’Université d’État de la Louisiane (LSU) se démarque aussi par sa personnalité. Il a annoncé son départ des Tigers avec une lettre de remerciements bien sentie de 2000 mots.

PHOTO MICHAEL CONROY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Devin Bush, secondeur (Michigan)

Devin Bush

Secondeur intérieur

S’il était un peu plus grand, Devin Bush serait peut-être sélectionné avant Devin White. À 5 pi 11 po, Bush est petit pour un secondeur intérieur et est donc parfois vulnérable contre la passe. Ça ne l’empêche par contre pas d’être très actif et robuste. La force d’accélération de Bush est remarquable et il lit le jeu exceptionnellement bien. Cette combinaison le rend d’une grande efficacité sur de courtes distances. Bush est un joueur polyvalent et émotif, qui pourrait être choisi dans la première moitié du tour initial malgré son gabarit atypique pour la position qu’il occupe. Son père Devin Bush Senior a joué huit saisons comme demi de sûreté dans la NFL.

PHOTO JOSHUA L. JONES, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

DeAndra Baker, demi de coin (Georgia)

DeAndra Baker

demi de coin

C’est souvent chez les demis de coin que l’on trouve les meilleurs athlètes au football. DeAndra Baker n’est toutefois pas le genre de joueur qui pourrait gagner une compétition d’athlétisme. Il s’illustre d’abord et avant tout par son intelligence et sa combativité. Baker est un bon joueur de football, confiant, polyvalent, physique et capable de réussir des jeux importants : il a réussi au moins deux interceptions à chacune de ses trois dernières saisons avec les Bulldogs de Georgia. Parce que sa vitesse est un peu limitée, mais qu’il est en revanche très efficace sur de courtes distances, Baker pourrait être utilisé dans les zones intermédiaires (slot corner) dans la NFL. Il a joué quatre saisons dans la NCAA et est donc un joueur expérimenté.

PHOTO BUTCH DILL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Deionte Thompson, demi de sûreté (Alabama)

Deionte Thompson

Demi de sûreté

Un autre espoir provenant de la pépinière que représente l’Université de l’Alabama. Depuis 2010, sept demis défensifs du Crimson Tide ont été choisis au premier tour. Deionte Thompson devrait être le huitième. Un voltigeur de centre qui couvre beaucoup de terrain et qui est très instinctif, Thompson est également un joueur qui ne craint pas de s’amener près de la ligne d’engagement. Il n’a disputé qu’une seule campagne comme partant dans la NCAA et est donc très vert. En contrepartie, il y a probablement beaucoup de potentiel qui n’a toujours pas été exploité. Très bon athlète et un meneur qui a souvent le nez dans son livre de jeux, Thompson pourrait devenir un joueur de premier plan.