Source ID:15dd476ccac235a3b3027a807c72c0e7; App Source:StoryBuilder

Alouettes: lentement, mais sûrement

DeVier Posey... (Photo Frank Gunn, archives La Presse canadienne)

Agrandir

DeVier Posey

Photo Frank Gunn, archives La Presse canadienne

Kavis Reed est loin d'avoir comblé toutes les faiblesses de son équipe lors du premier jour du marché des joueurs autonomes, mardi. Le groupe de receveurs des Alouettes ne devrait toutefois plus être un problème.

Mardi matin, les Alouettes ont confirmé qu'ils avaient conclu une nouvelle entente de deux saisons avec B.J. Cunningham, le meilleur receveur du club depuis quelques années déjà. Puis, en début de soirée, les Als ont annoncé la mise sous contrat pour les deux prochaines saisons de DeVier Posey, qui a appartenu à plusieurs équipes de la NFL et de la LCF depuis ses débuts professionnels en 2012.

Ancien choix de troisième tour des Texans de Houston, Posey a connu sa meilleure campagne avec les Argonauts de Toronto, en 2017 (52 attrapés, 744 verges et 7 touchés en 12 matchs). Il a été nommé joueur par excellence du match de la Coupe Grey la même année, notamment grâce au plus long touché offensif de l'histoire de la classique, un jeu de 100 verges.

Après un passage chez les Ravens de Baltimore, Posey a joué une demi-saison avec les Lions de la Colombie-Britannique en 2018. En huit rencontres, il a saisi 29 passes pour des gains de 395 verges et a inscrit 3 touchés.

Grâce au quatuor composé de Posey, Cunningham, Eugene Lewis et Ernest Jackson, les Alouettes possèdent maintenant un groupe de receveurs qui devrait être suffisamment solide pour permettre à Johnny Manziel ou Antonio Pipkin de connaître un certain succès.

Reed a également trouvé du renfort pour sa ligne offensive en embauchant le Canadien Spencer Wilson, anciennement des Stampeders de Calgary. Joueur pouvant évoluer à toutes les positions sur la ligne, Wilson apportera de la flexibilité et pourrait être la solution au poste de bloqueur à droite si Trey Johnstone n'est pas prêt à devenir partant.

Le centre-arrière québécois Christophe Normand a également été embauché. Ancien du Rouge et Or de l'Université Laval, Normand n'a touché au ballon qu'à 24 reprises en quatre saisons dans la LCF (à Edmonton et à Winnipeg). Il est cependant un bon joueur d'unités spéciales qui ajoutera de la profondeur dans le champ arrière.

John Bowman... (Photo Robert Skinner, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

John Bowman

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Du travail à faire en défense

Le vétéran John Bowman a décidé de poursuivre sa carrière et le fera dans le nouvel uniforme montréalais. L'ailier défensif a signé un contrat de deux saisons avec la seule équipe pour laquelle il a joué dans la LCF.

Bowman a récolté cinq sacs en 2018 et peut encore contribuer aux succès de l'équipe, mais n'est plus le chasseur de quart de premier plan qui a réussi un minimum de sept sacs à chacune de ses saisons de 2007 à 2017.

Bowman est le meneur de la franchise avec 126 sacs en carrière. Les Alouettes devront tout de même mettre la main sur un autre ailier défensif capable d'ennuyer le passeur avec constance pour l'aider. Willie Jefferson aurait été le candidat parfait, mais il a accepté un contrat d'une saison à Winnipeg.

Reed a tout de même ajouté deux autres morceaux à sa défense, le secondeur Bo Lokombo et le demi défensif Patrick Levels. Lokombo a présenté des statistiques intéressantes avec les Lions de la Colombie-Britannique la saison dernière (71 plaqués, 16 plaqués sur les unités spéciales, 4 sacs et 2 interceptions), tandis que Levels n'est âgé que de 24 ans et a disputé ses deux premières saisons dans la meilleure organisation de la LCF, les Stampeders de Calgary.

Le nouveau coordonnateur défensif des Alouettes, Bob Slowik, n'a pratiquement aucune expérience dans la LCF. Reed a greffé quelques pièces intéressantes à la défense, mais devra en ajouter d'autres pour faciliter le travail de Slowik.

À défaut de mettre la main sur un joueur étoile en cette première journée du marché de l'autonomie, Reed semble avoir réalisé quelques embauches judicieuses. Il devra continuer de le faire au cours des prochains jours.

Mike Reilly... (Photo Mark Taylor, archives La Presse canadienne) - image 3.0

Agrandir

Mike Reilly

Photo Mark Taylor, archives La Presse canadienne

Reilly à Vancouver, Harris à Edmonton

Ailleurs dans le circuit, le paysage a considérablement changé. Mike Reilly a ouvert le bal en choisissant de déménager à Vancouver. Le quart-arrière a signé un contrat de quatre saisons d'une valeur de 2,9 millions avec les Lions.

Les Eskimos d'Edmonton n'ont pas perdu de temps pour remplacer Reilly et ont embauché Trevor Harris pour les deux prochaines saisons. Ils ont ensuite convaincu deux autres gros morceaux du Rouge et Noir d'Ottawa, Greg Ellingson et SirVincent Rogers, de déménager dans le nord de l'Alberta.

En plus d'Ellingson, Rogers et Harris, le Rouge et Noir a perdu les services du porteur de ballon William Powell, qui s'est entendu avec les Roughriders de la Saskatchewan. Brad Sinopoli doit se sentir bien seul ce matin...

Reilly et Harris étaient deux des trois quarts étoiles disponibles. L'autre était Bo Levi Mitchell, et les Roughriders et les Argonauts de Toronto ont bien tenté de le sortir de Calgary. Mitchell a finalement choisi de rester fidèle aux Stampeders, qui lui auraient accordé un contrat de quatre saisons d'une valeur de 2,8 millions, selon le site 3DownNation.com.




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer