Le commissaire de la NFL Roger Goodell a été bombardé de questions à propos de bonifications à l'arbitrage, mercredi, 10 jours après un non-appel qui a pour ainsi dire coûté aux Saints une chance d'accéder au Super Bowl.

Mis à jour le 30 janv. 2019
BARRY WILNER ASSOCIATED PRESS

Se disant d'accord avec la notion que les officiels auraient dû sévir pour un plaqué casque contre casque et de l'obstruction (le chef des officiels de la ligue, Al Riveron, a reconnu l'erreur, en lien aux gestes de Nickell Robey-Coleman), Goodell a ajouté que la ligue va réétudier le processus d'arbitrage.

Sans se mouiller, il n'a pas exclu l'ajout de tels jeux parmi ceux pouvant être révisés, après une consultation vidéo.

«Nous allons nous pencher sur les reprises, a dit Goodell, mentionnant que la NFL reconnaît la frustration des partisans des Saints. Il y a des idées depuis 15 ou 20 ans pour ajouter aux reprises. Mais le processus ne tient pas compte des questions de jugement. (Le jeu controversé), c'était une question de jugement.

«C'est aussi une séquence où rien n'a été appelé. Un appel qui viendrait d'un arbitre en studio ou du bureau central, c'est quelque chose auquel nos entraîneurs et nos clubs ont offert beaucoup de résistance. En ce moment, il n'y a pas de vague de soutien envers un tel changement.

«Ils n'ont pas voté pour cela dans le passé. Cela ne veut pas dire que nous ne le ferons pas. Nous allons soumettre ça au comité de compétition, mais la réalité est que pour de nombreux clubs, il y a à tout le moins une opposition philosophique.»

Goodell a complètement exclu toute utilisation des pouvoirs du commissaire pour modifier le non-appel ou reprendre la partie. Une action en justice a été intentée à cet effet à La Nouvelle-Orléans. Avec le comité de compétition, il veut toutefois examiner si les plaqués casque contre casque devraient être ajoutés aux jeux pouvant être revus en vidéo.

«Nous avons travaillé très fort pour intégrer la technologie, car nous voulons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour résoudre ces questions, a dit Goodell. Il faut continuer dans cette voie, mais la technologie ne résoudra pas tous les problèmes. Le jeu n'est pas arbitré par des robots, et il ne le sera pas.»

Au sujet de Colin Kaepernick, qui, selon certains, est persona non grata pour ses prises de position menant à des manifestations en faveur de la justice sociale et dénonçant la brutalité policière, Goodell a dit :

«Je pense que si une équipe décide que Colin Kaepernick ou tout autre joueur peut aider son équipe à gagner, ils vont faire le nécessaire. Ils veulent gagner et ils prennent ces décisions individuellement dans le meilleur intérêt de leur club. Ce sont nos clubs qui décident quels joueurs ils veulent embaucher.»