La cinquième saison de Laurent Duvernay-Tardif dans la NFL a été très particulière. Il l'a presque toute ratée, blessé à une jambe, puis a regardé les Chiefs de Kansas City s'incliner à un petit pas d'une première participation au Super Bowl en près de 50 ans, alors qu'il était impuissant sur les lignes de côté.

Mis à jour le 30 janv. 2019
Miguel Bujold LA PRESSE

«C'était la première fois que je vivais une longue absence comme celle-là, et ça n'a effectivement pas été facile», a raconté Duvernay-Tardif, mardi matin, dans la boulangerie de ses parents à Montréal.

Victime d'une fracture de Maisonneuve au début du mois d'octobre, Duvernay-Tardif a reçu le feu vert des médecins deux semaines avant la fin de la saison, mais n'est finalement jamais revenu au jeu.

«Ma cheville était bien guérie, et rendu à notre premier match éliminatoire contre les Colts [le 12 janvier], je sentais que je m'entraînais comme l'année dernière. Cela dit, je pense que mon jeu en situation de match n'était peut-être pas à un assez bon niveau.»

Le Québécois a donc compris la décision des Chiefs de le laisser de côté lors des matchs éliminatoires, même s'il aurait pu jouer au besoin.

«Andrew Wylie avait fait un bon travail tout au long de la saison. Lorsqu'on joue pendant 14 semaines, on développe une certaine chimie avec les autres joueurs. Il avait une expérience de jeu que je n'avais peut-être plus à ce moment-là.»

«Mais d'avoir travaillé très fort et d'avoir repoussé mes limites chaque jour afin de revenir au jeu avant la fin de la saison, puis de perdre en finale d'association, c'est sûr que c'est décevant.»

La priorité au football

La déception a cependant vite fait place à l'optimisme pour Duvernay-Tardif. Il a déjà le regard vers la saison prochaine.

«Je veux bien me préparer pour la saison 2019, et mon régime d'entraînement et ma vision pour celle-ci a commencé hier [lundi].»

«J'ai parlé aux entraîneurs au terme de la saison et ils sont confiants que je pourrai reprendre le poste de garde à droite.»

C'est parce qu'il veut se concentrer pleinement sur sa préparation en vue de sa prochaine campagne que Duvernay-Tardif attendra au moins un an avant d'amorcer sa résidence, lui qui est diplômé en médecine depuis mai.

«J'ai des entrevues et des meetings qui sont prévus avec différentes facultés afin d'établir quel plan sera le meilleur pour moi au niveau de ma résidence. Je vais quand même essayer d'aller passer quelques journées à l'hôpital afin de garder la main et pour que la transition soit plus facile lorsque je vais commencer ma résidence.»

Duvernay-Tardif investira également du temps et de l'énergie dans sa fondation. L'autobus «Bougez avec LDT» prendra la route et se rendra même jusqu'en Gaspésie pour faire la rencontre de jeunes et les inciter à être actifs physiquement.

Même si son horaire sera encore bien garni, Duvernay-Tardif s'accordera un peu plus de temps de repos qu'au cours des dernières années. «Je peux profiter de ma première saison morte officielle depuis cinq ans!»



Incroyable Mahomes

Duvernay-Tardif a été aux premières loges de la spectaculaire saison de Patrick Mahomes, la jeune super étoile des Chiefs. C'est notamment pour cette raison qu'il entrevoit l'avenir des Chiefs avec énormément d'optimisme.

«Pat est un joueur incroyable. Il est tellement explosif, créatif et talentueux. Il a prouvé qu'il était l'un des meilleurs quarts et sera probablement l'un des meilleurs de l'histoire», a lancé le garde.

«À la télé, on peut voir les passes qu'il lance sans regarder sa cible ou qu'il lance de la main gauche. Mais dans le caucus, on voit également un jeune joueur qui est capable de mener les troupes et de nous donner confiance. Et le leadership est la chose la plus importante pour un quart-arrière.»

Les effectifs semblent en place à Kansas City, du moins en attaque. Mais tôt ou tard, l'équipe devra prendre des décisions douloureuses en raison du plafond salarial à respecter.

Des joueurs comme Mahomes, Tyreek Hill, Travis Kelce et Chris Jones passeront tous à la caisse avant longtemps. L'équipe pourrait même perdre quelques joueurs importants dès cet hiver, puisque le centre Mitch Morse, le chasseur de quarts Dee Ford et le demi de coin Steven Nelson pourraient tous obtenir leur autonomie en mars.

«C'est la réalité de la NFL. Une équipe ne peut pas garder tous les joueurs qui performent bien en raison du plafond salarial. On l'a vu avec les Seahawks il y a quelques années. Lorsque Russell Wilson a signé son gros contrat, ils ont été obligés de se départir de plusieurs bons joueurs.»

«Cela dit, je pense qu'il y a un très bon noyau qui sera de retour la saison prochaine, et ça nous donnera de bonnes chances d'aller jusqu'au bout. Tout est à notre portée avec Patrick Mahomes. On va se rendre, ce n'est qu'une question de temps.»

Photo Mark Rebilas, USA TODAY Sports

Patrick Mahomes