(Montréal) Le deuxième séjour de Brandon Bridge chez les Alouettes de Montréal aura été de très courte durée : le retour d’Antonio Pipkin dans la formation a fait en sorte que les Alouettes ont libéré le quart canadien, mercredi.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

La formation de Khari Jones avait embauché Bridge à la fin juin, afin de pallier la perte de Pipkin, blessé à la jambe dès le premier match de la saison.

Comme Pipkin a réintégré la formation des Oiseaux avant la séance de mercredi, les Alouettes ont libéré le Canadien, qu’ils avaient repêché en 2015.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Brandon Bridge, lors de son premier passage avec les Alouettes

« C’est un peu de la malchance, a dit Jones au sujet de Bridge, qui semble toujours être le quart de trop partout où il passe. J’ai eu l’occasion de lui parler aujourd’hui. Pour nous, ça a surtout à voir avec le fait qu’il n’a pas pris part au camp. Je me sens très en confiance avec les trois quarts que nous avons sous la main et malheureusement, il n’y a pas grand-chose qu’il aurait pu faire pour en devancer un. »

Le retour de Pipkin ne change toutefois rien à la formation partant en attaque des Alouettes. C’est toujours Vernon Adams fils qui amorcera le match de vendredi, face au Rouge et Noir d’Ottawa.

À moins d’une blessure à Adams, on voit mal de quelle façon Pipkin pourrait retrouver le poste de quart partant dans l’immédiat.

Les Alouettes ont apporté un autre changement à leur formation cette semaine, libérant le spécialiste des retours de botté Marcus Taylor pour le remplacer par Shakeir Ryan.

Taylor n’a disputé qu’une rencontre, contre les Eskimos d’Edmonton il y a deux semaines, mais on sent que la direction des Alouettes n’a pas apprécié ce qu’elle a vu de lui.

« Encore une fois, la vie est parfois injuste, a imagé Jones. Peut-être qu’il a toutes les qualités pour devenir un bon joueur à cette position dans la ligue, mais nous n’avons pas vu suffisamment des qualités recherchées dans son jeu pour le garder au sein de notre formation. »

« Nous avions besoin d’une meilleure exécution », a tout simplement résumé le coordonnateur des unités spéciales, Mickey Donovan.

Quant à Ryan, le natif de Lafayette, en Louisiane, les Alouettes ont parlé d’un « projet à long terme » dans son cas.

« Il n’a que 23 ans. Si nous faisons du bon travail avec lui, il peut connaître une carrière de 10 ans dans cette ligue », a estimé l’entraîneur des demis à l’attaque André Bolduc.

Finalement, en raison de la blessure subie par Tyler Johnstone, dont le nom a été inscrit à la liste des blessés pour six matchs, Jones a confirmé que Sean Jamieson agira comme bloqueur droit et que Spencer Wilson sera au poste de garde à droite.

« Jamieson a joué à cette position dans le passé. Spencer et lui font du bon boulot pour nous. Nous sommes confiants avec ces gars dans la formation », a indiqué Jones.