Quelques jours après l’annonce que la famille Wetenhall avait vendu les Alouettes à la Ligue canadienne de football (LCF), le commissaire du circuit, Randy Ambrosie, a répondu aux questions de notre journaliste, hier. Ambrosie a notamment confirmé que la LCF avait eu des discussions, au cours des derniers mois, avec plusieurs groupes qui souhaiteraient acheter les Alouettes, mais qu’elle négociait actuellement avec un seul groupe.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Pouvez-vous nous expliquer les différentes étapes qui ont mené à la vente des Alouettes à la LCF?

À la fin de la saison dernière, Andrew Wetenhall a exprimé le souhait que les Alouettes redeviennent l’équipe qu’ils étaient lors de leurs années de gloire, au cours d’une réunion des gouverneurs. Andrew a fait preuve de professionnalisme tout au long du processus. Nous avons exploré plusieurs options différentes, mais c’est le genre de dossier qui ne se règle pas du jour au lendemain. On ne recherche pas une conclusion rapide, on recherche la «bonne» conclusion. Je suis satisfait de l’état actuel du dossier.

Est-ce que la famille Wetenhall désirait conserver un pourcentage de parts dans l’équipe et est-ce que ce scénario a été envisagé?

Je ne vais pas discuter en détail des différents scénarios qui ont été envisagés. La famille Wetenhall a eu l’équipe durant 22 ans et Bob Wetenhall l’a menée à huit matchs de la Coupe Grey et trois championnats. Il a été intronisé au Temple de la renommée. Andrew a également été un très bon partenaire pour la LCF. Ce que je peux vous dire, c’est que la chose qui importait le plus à Andrew, c’était que les Alouettes redeviennent la franchise qui a connu tant de succès. Nous voulions traiter les Wetenhall avec tout le respect qu’ils méritaient.

Y a-t-il encore plusieurs groupes impliqués dans les discussions ou discutez-vous plutôt avec un seul groupe?

Nous discutons avec un seul groupe à ce moment-ci. On a toutefois eu des discussions avec plusieurs groupes remarquables au cours des derniers mois. Plusieurs Montréalais et Québécois ont fait connaître leur intérêt pour les Alouettes, et je peux vous dire qu’il y a beaucoup de gens exceptionnels à Montréal et au Québec.

Est-ce que la personne ou le groupe avec lequel vous discutez actuellement a déjà manifesté publiquement son intérêt à acheter l’équipe?

Je ne peux pas vous en dire plus.

Avez-vous une idée du temps qu’il faudra pour régler le dossier de la vente du club?

On ne veut pas s’imposer un délai artificiel. Ce qu’on veut, c’est faire le bon choix. Idéalement, on prendrait la bonne décision et on le ferait rapidement. Mais on est très satisfaits du processus jusqu’à maintenant et nous avons bon espoir de trouver le bon groupe de propriétaires pour les Alouettes.

Quels sont les critères que le nouveau propriétaire ou groupe de propriétaires devra posséder?

On veut que le nouveau groupe de propriétaires soit en mesure de connaître du succès sur le terrain et à l’extérieur, alors on recherche des gens qui sont bien qualifiés. On veut également que le groupe soit impliqué dans la communauté montréalaise, et je peux vous dire que tous les groupes avec lesquels nous avons discuté avaient de solides liens avec Montréal et le Québec. Nous recherchons également un ou des propriétaires qui s’engageront à long terme. Des gens qui nous aideront à faire évoluer la LCF.

Allez-vous exiger du nouveau propriétaire un engagement d’une durée minimale?

Nous n’avons pas mis un nombre d’années, c’est un peu plus subtil que ça. Mais nous recherchons des gens qui ont une vision à long terme. Et je peux vous dire que tous les groupes avec lesquels nous avons eu des discussions avaient une vision à long terme.

Les Alouettes connaissent des difficultés financières et il faudra vraisemblablement du temps pour redresser la situation. Est-ce que la ligue et les autres équipes du circuit aideront le nouveau propriétaire durant une certaine période, soit jusqu’à ce que la situation de l’équipe s’améliore et se consolide?

L’une des choses qui me donnent de la fierté, c’est l’engagement des gouverneurs quant à l’avenir des Alouettes de Montréal. Ils sont prêts à investir dans cet avenir. Il y a donc eu des discussions avec des propriétaires potentiels quant au rôle que la ligue pourrait jouer pour aider l’équipe. Je suis très fier d’être le représentant de nos gouverneurs. Ces gens comprennent que la LCF a beaucoup plus de valeur si les Alouettes de Montréal en font partie.

Qui gère actuellement les finances des Alouettes?

Les gouverneurs ont pris un engagement important afin de soutenir la franchise des Alouettes.

Compte tenu de la situation, est-ce que les Alouettes devront apporter des changements à leur structure ou pourront-ils conserver le même budget?

Les activités des Alouettes se poursuivront de la même façon que celles des autres équipes de la LCF. Nous allons travailler avec eux de près jusqu’à ce que le nouveau groupe de propriétaires soit en place.