C’est hier que s’est déroulé le repêchage annuel de la Ligue canadienne de football. Les Alouettes ont ajouté neuf jeunes joueurs à leur formation, dont le garde Samuel Thomassin, du Rouge et Or de l’Université Laval. Quant au coéquipier de Thomassin, Mathieu Betts, c’est à Edmonton qu’il jouera, si son aventure dans la NFL s’avère courte.

Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Kaion Julien-Grant (1) des X-Men de l’Université St. Francis Xavier lors de la Coupe Uteck, en novembre 2018

Un receveur pour les Als

Les Alouettes n’avaient pas de choix de premier tour, mais en possédaient trois de deuxième tour, si l’on tient compte du choix territorial que la ligue leur a donné. Avec leur premier de ces trois choix, ils ont repêché le receveur Kaion Julien-Grant, un Torontois qui a joué pour l’Université St. Francis Xavier. Il était classé neuvième espoir par le Bureau de recrutement de la LCF. « Je n’avais pas d’attentes, mais je pense que c’est le bon endroit et la bonne équipe pour moi », a commenté Julien-Grant, dont le père, Karim, a joué quatre matchs avec les Alouettes en 2004 comme ailier défensif.

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Vincent Desjardins, du Rouge et Or de l’Université Laval

Anderson plutôt que Desjardins...

Trois rangs après le choix de Julien-Grant, les Alouettes ont cette fois choisi un ailier défensif, Nate Anderson, qui n’était pas classé dans le top 20 du Bureau de recrutement de la LCF. Anderson n’est pas très imposant (6 pi 2 po et 253 lb)… tout comme un autre joueur de ligne défensive, Vincent Desjardins, qui a été choisi dès la sélection suivante par les champions en titre, les Stampeders de Calgary. Ailier défensif du Rouge et Or de l’Université Laval, Desjardins est l’un des joueurs dont la cote avait le plus monté lors du camp d’évaluation national à Toronto.

Reed voulait de la polyvalence

Afin d’expliquer sa décision de sélectionner Anderson avec le 16e choix, plutôt que Desjardins, le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, a souligné la polyvalence du premier. « On voulait ajouter de la profondeur chez nos ailiers défensifs canadiens et nous estimons que M. Anderson peut jouer comme ailier ou comme plaqueur. Il pourra nous donner de la profondeur immédiatement et pourra également contribuer à nos unités spéciales. » Reed et les Alouettes avaient de l’intérêt pour Desjardins. « Mais on sait ce qu’on veut faire en ce qui concerne notre rotation de joueurs et on voulait un joueur capable de jouer à l’intérieur et à l’extérieur. »

PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Mathieu Betts (9)

Betts chez les Eskimos

Mathieu Betts a un contrat en poche avec les Bears de Chicago et ses chances d’obtenir une place dans l’équipe sont bonnes, à tout le moins au sein de l’équipe de développement. Ça n’a pas empêché les Eskimos d’Edmonton d’utiliser la troisième sélection de la soirée pour le choisir. Manifestement, le DG Brock Sunderland ne craint pas de devoir patienter avant de voir l’ailier défensif avec son équipe. Avant la sélection de Betts, les Argonauts de Toronto et les Tiger-Cats de Hamilton avaient choisi les joueurs de ligne offensive Shane Richards (Oklahoma State) et Jesse Gibbon (Waterloo) avec les deux premiers choix du repêchage.

PHOTO QUENTIN WINSTINE, THE JONESBORO SUN VIA ASSOCIATED PRESS

Justin McInnis

Deux receveurs québécois au premier tour

Probablement parce qu’ils ont évolué dans la NCAA, Justin McInnis et Hergy Mayala, tous deux nés dans la grande région montréalaise, sont peu connus. Mais ils étaient considérés comme les deux meilleurs receveurs du repêchage, et la logique a été respectée. McInnis amorcera sa carrière avec les Roughriders de la Saskatchewan, qui l’ont sélectionné au sixième rang. Deux choix plus tard, les Stampeders de Calgary ont opté pour Mayala. Quatre ailiers espacés ont été choisis parmi les 11 premiers, une tendance que l’on voit rarement dans le repêchage de la LCF.

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Samuel Thomassin

Un Alouette à New York

Le 19e choix de l’encan était le choix territorial des Alouettes, et ces derniers l’ont utilisé pour sélectionner Samuel Thomassin. Le garde issu du programme du Rouge et Or de l’Université Laval est actuellement à New York, où il participe à un mini-camp des Giants. « C’est drôle de vivre ça dans une chambre d’hôtel avec un cochambreur, a lancé Thomassin. Je suis super excité, c’est un beau moment et une nouvelle étape qui commence. » Encore une fois cette année, le Rouge et Or de Laval s’est démarqué, trois de ses joueurs (Betts, Desjardins et Thomassin) ayant été choisi parmi les 19 premières sélections.

Les autres choix des Als

Après son quatrième choix de la soirée, le joueur de ligne offensive Zach Wilkinson (Northern Colorado), Kavis Reed semblait très satisfait de sa récolte jusque-là. « Nous sommes très heureux de nos sélections. Nous avons repêché des joueurs que nous connaissons bien et nous sommes persuadés d’avoir comblé les besoins qu’on estimait avoir dans l’organisation. » À leurs cinq choix suivants, les Alouettes ont repêché le receveur Chris Osei-Kusi (Queen’s), le plaqueur Michael Sanelli (Concordia), le demi offensif Jeshrun Antwi (Calgary), le secondeur Benjamin Whiting (Saskatchewan) et le demi défensif Cody Cranston (Ottawa).