Le repêchage de la LCF ne suscite certes pas le même intérêt que celui de la NFL. Les joueurs sont moins connus et la tâche des dépisteurs, chargés de dénicher la perle rare, est plus difficile. Cela dit, le repêchage reste le meilleur outil pour les équipes soucieuses d’améliorer leur groupe de joueurs canadiens. Voici six espoirs québécois qui devraient être choisis dans les premiers tours du repêchage, qui se déroulera ce soir.

Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Mathieu Betts

Mathieu Betts Ailier défensif (Laval)

S’il n’y avait pas la menace de la NFL dans le cas de Betts, il serait pratiquement assuré d’être l’un des cinq premiers espoirs choisis. Mais le contrat qu’il a signé avec les Bears de Chicago pourrait rendre la décision de le sélectionner au premier tour difficile à défendre. Betts est cependant le meilleur chasseur de quarts disponible et l’émergence de joueurs comme Kwaku Boateng et Justin Capicciotti au cours des dernières années démontre qu’il est possible pour des ailiers défensifs ayant évolué au football universitaire canadien de connaître du succès dans la LCF.

PHOTO QUENTIN WINSTINE, ARCHIVES THE JONESBORO SUN

Justin McInnis

Justin McInnis Ailier espacé (Arkansas State)

Natif de Pierrefonds ayant joué son football secondaire dans une école de Pointe-Claire, McInnis a connu de très bonnes saisons à l’Université d’État de l’Arkansas, totalisant 110 attrapés, 1548 verges et 9 touchés en 2017 et 2018. Même s’il mesure plus de 6 pi 4 po, McInnis a enregistré un temps fort respectable de 4,57 secondes lors de son sprint de 40 verges au Pro Day de l’université. Considéré comme le troisième espoir disponible par le Bureau de recrutement de la LCF, McInnis n’a pas signé de contrat avec une équipe de la NFL, mais obtiendra un essai avec les Colts d’Indianapolis.

PHOTO FOURNIE PAR L'UNIVERSITÉ DU CONNECTICUT

Hergy Mayala

Hergy Mayala Ailier espacé (Connecticut)

Certains observateurs pensent que Mayala sera un haut choix au repêchage, tandis que d’autres croient qu’il sera choisi en fin de deuxième tour ou même au troisième. Né en République démocratique du Congo, Mayala est arrivé à Montréal à l’âge de 7 ans. Il a disputé quatre saisons avec l’Université du Connecticut et a mené les Bulldogs pour les réceptions de passes à chacune des deux dernières. L’une des cartes cachées du repêchage puisqu’il est très difficile de prédire dans quelle tour il sera sélectionné.

PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Vincent Desjardins

Vincent Desjardins Plaqueur (Laval)

La cote de Desjardins a monté en flèche lors du camp d’évaluation national à Toronto. Il a été dominant dans les confrontations individuelles, de sorte que les équipes qui n’avaient pas bien fait leurs devoirs ont dû ajuster leur évaluation. C’est en grande partie parce qu’il a un gabarit atypique pour un plaqueur (6 pi 2 po et 260 lb) que Desjardins n’a pas eu droit à la publicité qu’il aurait dû obtenir dans les mois qui ont précédé le repêchage. Même s’il ne faisait pas partie du classement des 20 meilleurs espoirs du Bureau de recrutement de la LCF, Desjardins pourrait être repêché assez tôt.

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Samuel Thomassin

Samuel Thomassin Joueur de ligne offensive (Laval)

Bon an, mal an, il y a toujours un espoir du Rouge et Or chez les joueurs de ligne offensive. Cette année, ce joueur est Samuel Thomassin, qui a été un joueur partant durant plusieurs saisons à Laval. Thomassin est un garde imposant, très respecté et aimé de ses coéquipiers. Il devra par contre améliorer son jeu de pieds pour devenir un joueur régulier dans la Ligue canadienne. À moins d’une surprise, Thomassin sera repêché au deuxième, troisième ou quatrième tour, et pourrait donc être un candidat intéressant pour les Alouettes, qui possèdent trois choix de deuxième tour. Il obtiendra un essai des Giants de New York.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Maurice Simba

Maurice Simba Bloqueur (Concordia)

Simba n’a toujours pas reçu d’offre de contrat de la part d’une équipe de la NFL, mais participera au mini-camp des recrues des Chiefs de Kansas City ce week-end. Le colosse de 6 pi 8 po et 335 lb, né en République démocratique du Congo comme Hergy Mayala, a connu une fulgurante ascension avec les Stingers de l’Université Concordia et il devrait être sélectionné dans les deux premiers tours. Simba ne possède toutefois peut-être pas le jeu de pieds et l’agilité pour être un bloqueur dans la LCF et pourrait donc être muté à un poste de garde.