L'agent de Tom Brady a assuré vendredi que le quart-arrière des Patriots de la Nouvelle-Angleterre n'avait pas été victime d'une commotion cérébrale en 2016, contredisant ainsi l'ex-mannequin Gisele Bündchen, épouse de la vedette de la Ligue nationale de football (NFL).

Publié le 19 mai 2017
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Aucune commotion cérébrale n'a été diagnostiquée pour Tom la saison dernière», a déclaré Don Yee sur la chaîne de télévision ESPN.

«C'est une bonne chose que tous ceux qui sont proches de lui soient vigilants et surveillent sa santé», a-t-il ajouté, en référence aux propos tenus par Gisele Bündchen à la télévision américaine mercredi.

L'ancienne mannequin brésilienne avait fait part de son inquiétude pour la santé de Brady, son mari depuis 2009: «Il a eu une commotion cérébrale en 2016, il en a eu presque tous les..., nous n'en parlons pas, il a eu des commotions», avait-elle assuré sur CBS.

Ces déclarations pourraient obliger la NFL à ouvrir une enquête: les équipes sont en effet tenues d'informer la NFL si l'un de leurs joueurs a été victime, en match ou à l'entraînement, d'une commotion cérébrale. Le joueur doit alors se soumettre à un protocole médical pour pouvoir rejouer.

Or, lors de la saison 2016 conclue par le sacre de son équipe, son cinquième Super Bowl, Brady, 39 ans, n'a pas manqué de match en raison d'une commotion cérébrale et n'a pas été soumis au protocole de commotion cérébrale.

Brady a manqué les quatre premiers matches de la saison dernière dans le cadre de sa suspension prononcée par la NFL pour son rôle dans le «Deflategate», le scandale des ballons sous-gonflés révélé début 2015 quelques semaines avant la victoire des Patriots dans le Super Bowl.