Disons-le d'emblée, le 100e match de la Coupe Grey n'a pas été un grand cru. Mais la plupart des 53 208 spectateurs réunis au Rogers Center ont bien apprécié leur soirée, puisque les Argonauts de Toronto ont remporté le 16e championnat de leur histoire, et leur premier depuis 2004, en disposant des Stampeders de Calgary, 35-22.

Mis à jour le 26 nov. 2012
Miguel Bujold LA PRESSE

Les Argos ont été supérieurs à tous les niveaux: Ricky Ray a été nettement meilleur que Kevin Glenn; Chad Kackert a été plus productif et a couru avec plus d'autorité que John Cornish; et contrairement à celle des Stampeders, la défense torontoise a réussi quelques jeux clés dans des moments importants. Bref, la meilleure équipe a gagné.

> Le sommaire du match

Le match s'est joué au 2e quart, que les Argonauts ont dominé 17-3, et qui leur a permis de rentrer au vestiaire à la mi-temps avec une avance de 18 points. Les Stampeders ne sont jamais vraiment revenus dans le coup malgré quelques timides poussées en 2e demie.

On croyait toutefois que Larry Taylor avait relancé les hostilités avec un retour de botté de 105 verges dans les dernières minutes du 3e quart, mais le touché a été annulé en raison d'une punition à Keon Raymond. Ce fut ce genre de soirée pour les Stampeders, qui ont marqué leur seul majeur alors qu'il ne restait plus que 20 secondes au match.

Les Argonauts semblaient mieux préparés et ont joué avec plus d'intensité. C'est une combinaison qui est normalement suffisante afin de l'emporter.

Ray se met en marche

Allez savoir si c'est parce qu'ils étaient nerveux, mais Ray et Glenn ont tous deux été chancelants en début de match. La première passe de Ray a atterri dans les mains du demi défensif Quincy Butler, et Glenn a été responsable de deux revirements dans les 16 premières minutes de jeu.

Si la gaffe de Ray n'a mené à aucun point des Stampeders, les Argonauts ont inscrit leurs 14 premiers points de la rencontre après les deux revirements des Stamps. Quelques jeux après une mauvaise remise entre Glenn et Cornish, Chad Owens a complété une série offensive de 49 verges avec un touché de cinq verges pour ouvrir la marque. Puis Pacino Horne a intercepté une mauvaise passe de Glenn avant de filer dans la zone des buts pour un touché facile de 25 verges.

Les Stampeders n'étaient pas au bout de leur peine. Imprécis sur plusieurs de ses passes au premier quart, Ray s'est mis en marche au deuxième. Le vétéran a brillamment esquivé un sac qui semblait pourtant assuré avant de décocher une longue passe à Jason Barnes. Le jeu de 62 verges a mené à un placement de Swayze Waters, qui portait la marque à 17-3.

Les Argonauts ont porté ce qui s'est avéré le coup de grâce aux représentants de l'Ouest dans les dernières minutes de la première demie quand Dontrelle Inman a capté une passe de 32 verges de Ray, qui les positionnaient à la ligne d'une verge. Jarious Jackson a enfoncé le troisième touché des Argos deux jeux plus tard. La marque était alors de 24-6 et les Stamps n'allaient pas s'en remettre.

Du grand Jones

C'est vraiment à se demander pourquoi Chris Jones n'a toujours pas obtenu un poste d'entraîneur-chef dans la LCF. Le coordonnateur défensif a connu du succès partout où il est passé, et a maintenant permis aux Stampeders (2008) et aux Argonauts de remporter la Coupe Grey. L'attaque des Stamps n'a jamais été capable de trouver son rythme, dimanche, et c'est en partie parce que Jones avait construit un bon plan de match, une fois de plus.

On raconte que certaines équipes ont décidé de ne pas offrir leur poste d'entraîneur-chef à Jones parce qu'il est trop intense et que sa personnalité ne ferait pas l'unanimité. Or, son intensité et sa personnalité ne semblent décidément pas trop déplaire aux joueurs de sa défense.

> Réagissez sur le blogue de Miguel Bujold