Rex Ryan et les Jets de New York ont soif de victoire plus que jamais. Trois défaites de suite, et voilà que les amateurs et les médias spéculent que le club est sur le point de s'écrouler.

Publié le 16 oct. 2011
Dennis Waszak fils ASSOCIATED PRESS

Le match de lundi soir, alors qu'ils accueilleront Miami, est vu comme plusieurs comme un match qu'ils ne peuvent pas se permettre de perdre. Ryan reste confiant envers ses protégés, croyant en leur capacité de renverser la tendance.

«Nous n'avons pas joué à la hauteur de nos attentes, ni de celles de nos partisans et tout ça, a concédé Ryan. Nous en sommes conscients, mais la saison n'est pas finie. Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, mais ce sont nous qui allons déterminer le reste de notre saison.»

À première vue, il n'y a pas trop matière à s'inquiéter avec un dossier de 2-3. Mais le fait que les blagues sont moins fréquentes de la part de Ryan et de sa troupe laisse supposer que le groupe n'est pas aussi relax que par le passé. Être de retour devant leurs partisans, après des défaites à Oakland, Baltimore et Foxborough, pourrait bien être le remède qu'on recherche du côté des Jets.

«Je pense que si on veut changer les choses ça commence assurément avec lundi soir, a dit l'ailier espacé Santonio Holmes. Tous les réflecteurs sont sur nous. C'est le temps de corriger la situation.»

«Il n'y a personne qui désespère, a ajouté l'ailier rapproché Dustin Keller, des Jets. Nous devons simplement respecter notre plan de match et nous assurer de faire ce qui a fonctionné dans le passé.»

Les Dolphins (0-4), qui viennent d'avoir leur semaine de repos, souhaitent tout aussi ardemment une victoire.

L'entraîneur Tony Sparano doit se débrouiller sans le quart Chad Henne, dont la saison est terminée après une blessure à l'épaule gauche. Matt Moore sera en poste à sa place - pour ce match-là, à tout le moins.

«Il n'y a pas de pression sur lui, a dit l'ailier espacé Brandon Marshall des Dolphins. Personne ne peut être plus négligé que nous en ce moment, alors nous ne sentons aucune pression.»

Moore sera le 16e quart partant pour les Dolphins depuis la fin de l'ère Dan Marino, au début de la saison 2000. C'est le plus haut total de la NFL à ce chapitre. Moore a cumulé une fiche de 10-13 comme partant avec les Panthers de la Caroline.

Les Dolphins veulent éviter une fiche de 0-5 comme cela a été le cas en 2007, quand ils ont perdu leurs 13 premiers matches en route vers une saison de 1-15.

Sparano dit qu'il peut puiser un certain vécu dans son expérience comme adjoint de Marty Schottenheimer à Washington, en 2001. Cette brigade avait gagné huit de ses 11 derniers matchs pour conclure à ,500, un scénario qui lui donne espoir pour ses Dolphins.

«Il suffit d'une victoire pour se remettre dans le bon chemin et en ce moment, c'est tout ce qui nous importe, a-t-il dit.

Nous voulons nous améliorer, nous voulons voir des joueurs progresser et nous voulons définir ce qu'il nous faut faire pour gagner un match.»