Hugo Houle soutient que la relation entre ses coéquipiers Michael Woods et Chris Froome est au beau fixe, en dépit d’un article dans L’Équipe qui prétendait le contraire lundi. « Il n’y a aucun problème entre les deux », a assuré le cycliste québécois.

Le quotidien sportif français a lâché une petite bombe en avançant que Woods avait exigé que Froome soit écarté de la sélection d’Israel-Premier Tech pour le Tour de France l’an dernier.

Le salaire annuel de Froome, évalué à 4,5 millions d’euros, mais renégocié à la baisse, aurait représenté « une certaine injustice » aux yeux de Woods, « au point de réclamer clairement le déclassement du Britannique (39 ans) dans la hiérarchie de l’équipe israélienne », pouvait-on lire sous la plume du journaliste Philippe Le Gars.

« Présent en mai 2023 à ses côtés sur le Tour de Romandie puis en juin sur la Route d’Occitanie, le Canadien avait ainsi obtenu de sa direction sportive la non-sélection de Froome pour le Tour de France afin d’avoir une équipe totalement à son service au départ de Bilbao. », a poursuivi Le Gars, habituellement bien renseigné. « Chris a mal vécu cette période, confie un proche, il n’avait pas vu venir le coup. »

Le fondateur Sylvan Adams et le co-commanditaire Jean Bélanger, PDG de Premier Tech, voudraient « replacer le Britannique sur le devant de la vitrine » parce que Woods « ne fait pas le poids face à Chris », selon un agent cité par le journaliste.

Froome, quadruple vainqueur du Tour, a balayé ces informations du revers de la main en affirmant que « c’est du nouveau pour moi » dans une publication sur X où il sollicitait l’opinion de Woods. « Même chose ici », a réagi le cycliste d’Ottawa, lauréat d’étape au Puy-de-Dôme l’an dernier.

Le sujet a fait l’objet de discussions au déjeuner d’équipe avant la troisième étape, mercredi, a fait savoir Hugo Houle. Le vétéran a maintenu que l’article n’avait « aucunement » secoué la formation israélo-canadienne.

« [Chris] était aussi surpris par la nouvelle. Il n’y a pas vraiment d’histoire là. C’est juste un journaliste qui a écrit cet article-là. Aux dires de Froome, à ceux de Mike et de ce que je vois, il n’y a aucun problème entre les deux. »

De son côté, Froome, qui n’est plus que l’ombre de lui-même depuis une terrible chute en marge du Dauphiné en 2018, a parlé de « fabrication complète » eu égard au fonctionnement interne d’IPT, dans un article de cyclingnews. com. « On est de bons amis », a-t-il fait valoir pour décrire sa relation avec Woods.

Dans le même papier, le manager sportif Rik Verbrugge a qualifié de « grosse bullshit » les insinuations de L’Équipe, ajoutant que la sélection pour le Tour s’appuierait uniquement sur les performances sur la route, comme l’an dernier. Blessé au Giro, Woods doit disputer le Tour d’Espagne en août. Froome, encore lâché mardi, aura fort à faire pour justifier un retour au Tour après ses participations en 2021 et 2022.