Après l’abandon de la détentrice du maillot rose, Annemiek Van Vleuten (Mitchelton-Scott), qui s’est fracturé le poignet gauche jeudi, le classement général allait être chamboulé à l’avant-dernière étape du Giro Rosa, vendredi. Et c’est la Néerlandaise Anna Van Der Breggen, coéquipière de Karol-Ann Canuel chez Boels-Dolmans, qui a enfilé la précieuse tunique après avoir terminé deuxième de l’étape au sprint derrière l’Italienne Elisa Longo Borghini (Trek-Segafredo).

Sportcom

« Nous sommes vraiment contentes ! Nous savions que l’étape serait vraiment dure et il y avait beaucoup de vent aujourd’hui (vendredi), alors il fallait vraiment être attentives », a reconnu Canuel qui s’est classée 52e (+9 minutes). « On a pris soin d’elle (Van Der Breggen) toute la journée pour la protéger du vent et la placer dans les premières au pied de la bosse afin qu’elle puisse ensuite faire ce qu’elle avait à faire. »

Des bordures ont marqué le début de l’épreuve de 92 kilomètres disputée entre Castelnuovo della Daunia et San Marco la Catola. La Gatinoise s’est d’ailleurs fait piéger à l’arrière.

« J’ai pensé au début que ma course était finie, mais nous avons quand même pu revenir », a-t-elle mentionné.

La Polonaise Katarzyna Niewiadoma (Canyon SRAM Racing) n’a pu protéger son avance de 15 secondes qui la séparait de Van Der Breggen pour conserver le maillot rose. Cette dernière a tout de même pris le temps d’aller la féliciter après l’étape de vendredi.

« Elles ont déjà été des coéquipières et elles se connaissent bien. C’était un beau moment en fait et Anna est vraiment une bonne fille. Nous sommes plus que des coéquipières. Nous sommes de bonnes amies », a soutenu la Québécoise qui est 34e (+25 minutes 29 secondes) au classement général.

Boels-Dolmans devra défendre l’avance de sa leader qui est de 1 minute 10 secondes à la dernière étape, samedi, une boucle de 110 kilomètres autour de Motta Montecorvino.

« Ce sera une étape dure avec 2200 mètres de dénivelé. Nous devrons être attentives », a conclu Canuel.