(Bruxelles) Le sprinteur néerlandais Fabio Jakobsen, gravement blessé lors d’une chute à l’arrivée de la 1re étape du Tour de Pologne, le 5 août, se félicite d’être encore en vie, dans un communiqué mardi de son équipe Deceuninck.

Agence France-Presse

« C’était une période difficile pour moi aux soins intensifs, car j’avais peur de ne pas survivre », a déclaré Jakobsen, 23 ans, victime de nombreuses fractures au visage et au crâne.

PHOTO TOMASZ MARKOWSKI, AP

Fabio Jakobsen (à gauche) trébuchant dans la barrière juste avant d’entrer en collision avec son compatriote Dylan Groenewegen, durant le sprint final de la première étape du Tour de Pologne le 5 août 2020, à Katowice, en Pologne.

Les médecins et les infirmières à Katowice m’ont sauvé la vie et je leur en suis reconnaissant. J’ai été opéré pendant cinq heures et cela m’a donné une chance de rester vivant.

Fabio Jakobsen

Depuis mercredi dernier, le Néerlandais a quitté la Pologne et a été transféré à l’hôpital de Leiden, aux Pays-Bas, avant de finalement pouvoir rentrer chez lui. « Je dois beaucoup me reposer après cette grosse commotion. Dans les prochaines semaines et mois, je vais devoir subir quelques opérations et autres traitements pour mes blessures au visage. »

« Je suis vraiment reconnaissant d’être en vie. Je peux lentement regarder vers l’avenir et je me battrai pour récupérer », a conclu Jakobsen.

PHOTO D’ARCHIVES LUC CLAESSEN, AFP

Fabio Jakobsen

Jakobsen avait lourdement chuté le 5 août peu avant la ligne d’arrivée de la première étape du Tour de Pologne. Champion en titre des Pays-Bas, il avait été tassé par son compatriote Dylan Groenewegen (Jumbo) dans un sprint à pleine vitesse, en faux-plat descendant, et projeté par-dessus les barrières de sécurité.