C’est « l’objectif suprême de la saison », la course idéale « pour se faire remarquer » par les équipes européennes et le cadre parfait pour « se mesurer aux autres cyclistes U23 [moins de 23 ans] » de la planète. Rencontrés hier soir dans le cadre des Mardis cyclistes de Lachine, trois membres de l’équipe canadienne ne cachaient pas leur enthousiasme de participer au Tour de l’avenir, du 15 au 25 août en France.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Avant le départ pour l’Europe, samedi, Nickolas Zukowsky, Adam Roberge et Laurent Gervais ont fait une dernière sortie lors de la neuvième étape des Mardis cyclistes.

« C’est une tradition. Chaque fois que je suis à la maison, je viens y faire un tour. Mais ça fait aussi partie de mon entraînement », dit Laurent Gervais, qui se définit comme un puncheur.

Dans quelques jours, le cadre sera totalement différent. Il mettra cet entraînement à profit lors de sa toute première course en Europe. Zukowsky, vainqueur du Grand Prix cycliste de Saguenay, et Roberge, champion canadien U23 du contre-la-montre, y ont davantage d’expérience. Ils avouent cependant ne pas trop savoir à quoi s’attendre en raison du calibre élevé.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Adam Roberge (à droite)

Le Tour de l’avenir, réservé aux cyclistes de moins de 23 ans, est considéré comme le grand « conservatoire du cyclisme mondial » et un « vivier du Tour de France ». Le tout récent vainqueur de la Grande Boucle, le Colombien Egan Bernal, avait par exemple remporté cette épreuve il y a deux ans.

Dans ce contexte, qui concentrera l’attention de bien des décideurs, les cyclistes canadiens ont une belle carte à jouer en matière de visibilité.

« Aux yeux des grandes équipes européennes, les résultats obtenus en Amérique du Nord ne valent pas autant que ceux obtenus là-bas. Le bassin est élevé en Europe et, se faire remarquer, c’est quand même assez gros », lance Zukowsky.

« C’est une belle place pour se montrer mais, en même temps, on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. On va pouvoir déterminer nos attentes après une journée ou deux de course », poursuit Roberge.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Laurent Gervais

La course, justement, s’annonce particulièrement difficile avec, au programme, plus de 1000 km répartis sur 10 étapes, dont un contre-la-montre. Les dernières étapes, disputées dans les Alpes, permettront surtout aux grimpeurs de s’illustrer.

« Ça suit un peu le format du Tour de France, avec des profils accidentés au début, puis des étapes en montagne pour finir. Les profils accidentés, ça peut être bien pour nous parce que ça ressemble au Québec et aux courses que l’on connaît en Amérique du Nord. Sur des cols de 20 km de long, ça sera plus difficile de faire sa marque », analyse Zukowsky, qui s’est frotté à beaucoup de dénivelé au cours des dernières semaines.

Parcours pas favorable

Dans le palmarès du Tour de l’avenir, un seul Canadien est monté sur le podium. En 2011, David Boily avait pris le deuxième rang, après avoir porté le maillot jaune durant quatre étapes. Selon Roberge, le profil de ce Tour de l’avenir ne favorise ni ses partenaires ni lui.

« Si l’un d’entre nous est capable de rester avec les meilleurs grimpeurs, on va l’entourer du mieux qu’on le peut. Mais si je regarde les gars dans l’équipe, on a tous de gros gabarits », souligne Roberge, qui compte l’équivalent d’une saison d’expérience en Europe.

« Ça nous prend pas mal plus de watts pour passer les bosses. »

Adam Roberge

Les Québécois Pier-André Côté et Charles-Étienne Chrétien ainsi que le Britanno-Colombien Ben Katerberg complètent l’équipe canadienne, qui prendra part à la compétition pour la première fois depuis 2011. L’annonce officielle n’est survenue que le mois dernier.

« Au milieu de l’année, on a appris que c’était un peu dans les plans d’y retourner après huit ans d’absence. J’étais super excité parce qu’on m’avait dit que j’avais de bonnes chances d’être dans l’équipe. Ça fait cinq à six semaines que je me prépare pour ce Tour. C’est l’objectif suprême de la saison », lance Gervais.

Zukowsky l’emporte

Sur une chaussée rendue glissante par la pluie en fin de course, Zukowsky (Floyd’s Pro Cycling) a remporté la neuvième étape des Mardis cyclistes, hier soir. Roberge (Elevate-KHS Pro Cycling) a pris le 3e rang, tandis que Gervais (Aevolo Cycling) a terminé 14e de cette épreuve de la Coupe Pro-Élite.

Au classement général, Alexis Cartier (Velo 2000/Rhino Rack) s’est emparé de la position de tête. « On est bien placés au classement général et on voulait faire le plus de points en partant en échappée. La pluie a compliqué les choses, et c’était vraiment glissant. »

Son jeune coéquipier Raphael Parisella, 16 ans, a glissé de la première à la troisième place. Le junior est toutefois satisfait de son parcours jusqu’ici. « Pour un junior, je pense que j’ai le record avec le maillot jaune. Je suis vraiment content de mon aventure à Lachine cette année. Je ne m’y attendais pas du tout avant de débuter la saison. »

La dernière étape des Mardis cyclistes sera présentée la semaine prochaine.